Grenoble Ecole de Management

 

C’est bien connu : les français détestent parler d’argent et n’aiment pas la finance ! Alors que les américains parlent assez librement de leurs salaires et de leur patrimoine, rien de tel avec nos compatriotes pour qui les questions d’argent et de finance font l’objet d’un véritable tabou.

Il faut dire que la crise financière liée aux crédits subprimes en 2008 et plus dernièrement celle de la dette des pays européens qui a failli faire exploser la zone Euro ne sont pas de nature à faire renouer les français avec le monde de la finance. Au-delà des raisons culturelles liées notamment à la tradition catholique de la France (les pays protestants affichent un comportement différent), le manque de sensibilisation des jeunes en matière de finance constitue certainement un frein à  la bonne compréhension des mécanismes financiers de base. Mais cela ne concerne pas que les jeunes, à moins de considérer qu’on est jeune de 7 à 77 ans comme dans le journal de Tintin ! Des questions comme l’utilité de la Bourse, le rôle des banques, le financement des entreprises et bien d’autres restent souvent sans réponse quand elles ne font pas l’objet d’apriori erroné. C’est dire si la question comment sensibiliser les jeunes à la finance est d’actualité ! Pour sensibiliser, on peut bien sûr organiser des conférences ou participer à des salons sur la finance, mais cela est ennuyeux, surtout pour la génération Y. Alors, un bon moyen est d’avoir recours aux jeux. Personnellement mon premier jeu d’initiation aux affaires fut le célèbre Monopoly. On y apprend à acheter, vendre et hypothéquer des terrains, des gares et des hôtels dont on tire des revenus aléatoires. Bien sûr, comme c’est un jeu, la chance joue son rôle. Mais n’est-ce pas aussi le cas dans la « vraie vie » ?
Aujourd’hui, avec la révolution numérique et l’attachement des jeunes à leurs Smartphones et autres tablettes, il est possible de s’initier à la finance à travers des jeux. Certains sont simples, voire simplistes et donc réducteurs, d’autres permettent de simuler de véritables décisions financières et il y en a pour toutes les tranches d’âge. A partir de 8 ans, il est ainsi possible d’acquérir des premières notions de finance personnelle avec des jeux proposés par l’Institut d’Education Financière du Public (lafinancepourtous.com). Ces jeux permettent de gagner des « Glings » (monnaie virtuelle) et de les utiliser pour acheter des « goodies » (accessoires) dans un magasin virtuel en gérant son budget. Pour les étudiants, il existe de nombreux jeux permettant de s’initier aux marchés financiers. Citons par exemple « Golden Boys » qui est une simulation boursière réaliste et accessible à tous, du débutant au trader chevronné, sur deux niveaux de jeu. Vous pouvez investir sur les bourses de Paris (SRD) et de New York (Nasdaq / Dow Jones), appliquer des effets de levier, pratiquer la vente à découvert, et même jouer seul ou au sein d’une équipe d’investissement…
La simulation boursière Golden Boys vous propose de jouer avec des actions des bourses de Paris, New York, Hong-Kong. Vous pourrez également trader le Forex. Vous avez le choix ! Des équipes d’étudiants de plus de 250 écoles et universités participent à ce jeu et sont classés en fonction de leur performance. A noter que les écoles de gestion ne sont pas forcément les mieux classées. C’est ainsi que des écoles d’ingénieurs arrivent à battre des écoles de commerce !
Au-delà des jeux, le nec plus ultra c’est bien sûr la salle de marché installée au sein de l’école. C’est ainsi que Grenoble Ecole de Management à l’instar d’autres grandes écoles s’est doté d’une salle de marché dotée du système d’exploitation Bloomberg. Utilisée pour les enseignements elle est aussi animée par une association d’étudiants qui organise notamment une compétition boursière : la TRADERSCUP. De quoi mobiliser même les étudiants qui ne suivent pas la filière finance à l’école et in fine de les sensibiliser aux marchés financiers !

 

Par Michel Albouy, professeur senior de finance à Grenoble Ecole de Management et directeur du MSc Finance à Singapour.