L’innovation et l’entrepreneuriat sont des thématiques capitales pour notre économie et ce faisant un enjeu clé pour les étudiants. Mais comment les enseigner, les développer dans une formation supérieure ? L’enjeu est de transmettre le goût de la complexité, de l’exploration des possibles, de considérer que ces possibles sont à construire.

Au niveau de l’École polytechnique, l’innovation et l’entrepreneuriat stimulent des initiatives prometteuses de la part des élèves (activités associatives, concours entrepreneuriaux), des enseignantschercheurs, des anciens élèves (financements, témoignages, accompagnement). L’enjeu est d’articuler des initiatives locales en cherchant des synergies et une cohérence. L’École a ainsi créé en 2014, au sein de la Direction de l’Enseignement et de la Recherche, un programme pour mettre en oeuvre et développer la stratégie en matière d’entrepreneuriat et d’innovation.

Du côté des enseignements, leur fort développement date en fait de la fin des années 90. Un travail mené dans le cadre de ParisTech a montré vitalité et la variété des initiatives lancées dans les écoles depuis une quinzaine d’années. Dans les enseignements de l’Ecole polytechnique, l’innovation et l’entrepreneuriat ont ainsi connu d’importants développements, sur les thématiques clés du management de l’innovation et de l’entrepreneuriat : stratégie de l’entreprise innovante, marketing stratégique, design, théories et méthodes de conception, management de projet.
De plus, l’offre de Masters « Sciences Technologies société et Innovation » s’est développée rapidement, notamment grâce à des partenariats avec des entreprises.

L’une des conditions de réussite d’une formation à l’innovation est d’intégrer étroitement l’enseignement des corpus du management de l’innovation et leur mise en pratique dans une situation d’innovation réelle au sein d’une entreprise. C’est ce que propose la pédagogie du Master Projet Innovation Conception (PIC) au travers de cours qui alternent avec un projet mené avec une entreprise durant la durée du cursus. Un tutorat rapproché, assuré par des enseignants chercheurs experts de ces problématique constitue un levier clé pour réaliser cette intégration entre la théorie et la pratique. Cette formation a connu une montée en puissance continue depuis sa création, en 2002, grâce à des partenariats académiques forts (HEC, Telecom ParisTech, Mines ParisTech notamment) et à la création de la chaire management de l’innovation. Créée en 2005, cette chaire organise un partenariat pérenne avec des entreprises : actuellement, elle est soutenue par Air Liquide, MBDA Renault, Safran, Seb, Valeo. L’expérience du Master et de la Chaire montre que l’enseignement de l’innovation, comme les recherches associées nécessitent une ouverture de l’entreprise aux chercheurs et aux étudiants. Cette structure permet aux étudiants de contribuer aux travaux sur le management de l’innovation comme l’a illustré l’ouvrage sur « le management de l’innovation de rupture » . En une dizaine d’années, le Master PIC a ainsi (résultats d’une enquête auprès de ses anciens élèves) constitué une communauté très active de plus de 160 diplômés : plus de 75 % des anciens souhaitent continuer à s’impliquer dans la vie du Master. La variété des débouchés montrant la diffusion des enjeux d’innovation à l’ensemble de l’économie : 33 % des anciens rejoignent l’industrie, 25 % le conseil à la fois dans de grands cabinets généralistes ou des cabinets spécialisés sur l’innovation, un peu plus de 10 % poursuivent dans la recherche et un peu moins de 10 % dans les PME ou start-ups.

Plus récemment, le Master Innovation Technologique et Entrepreneuriat, créé en 2011, apparaît comme une initiative complémentaire car celui-ci vise à former de futurs entrepreneurs et intrapreneurs. Il permet d’exploiter la proximité naturelle qui existe entre recherche scientifique et construction d’une innovation, qui sont tous deux des processus fondés sur l’exploration, l’expérimentation, l’essai / erreur et l’apprentissage. En corollaire de cet objectif de motivation et l’envie, ce programme vise à réapprendre à s’exposer, à ne pas avoir peur d’échouer, ce qui reste le résultat probable lorsque l’on explore des territoires nouveaux. Ces exemples ne représentent qu’une partie des initiatives d’enseignement de l’innovation et de l’entrepreneuriat à l’École polytechnique. Toutefois, ils témoignent d’une ambition commune, celle de former des ingénieurs capables d’affronter les challenges d’innovation de demain. Ces formations visent à leur donner la flexibilité intellectuelle pour aborder et gérer de vraies ruptures.

 

1. http://www.paristech.fr/index.php/fre/Actualites/Publication-du-tome-2-du-Livre-Blanc-PIMREP-Former a-l-innovation-a-ParisTech
2. http://www.graduateschool.polytechnique.edu/accueil-graduate-school/master/nosprogrammes/ formation-sciences-technologies-societe-et-innovation 303960.kjsp?RH=1255592341501
3. Le site du master http://masterpic.fr/ et de la chaire http://www.chaireinnovation.fr/ rupture
4. « Management de l’innovation de rupture : Nouveaux enjeux et nouvelles pratiques » (2011) http://www.editions.polytechnique.fr/?afficherfiche=172
5. http://www.master-xite.com/

 

Par Romain Beaume, Chargé d’enseignement- recherche, chaire management de l’innovation, École polytechnique
et Christophe Midler, Directeur de Recherche Professeur responsable de la chaire management de l’innovation et du Master PIC Centre de Recherche en Gestion de l’École polytechnique