L’audit attire toujours les jeunes diplômés. Un secteur qui recrute, qui évolue avec les nouvelles réglementations nationales ou internationales et les changements économiques et financiers. – Par Isabelle Chaboud, professeur d’audit à Grenoble École de Management

 

 

Les Big Four : les quatre plus gros cabinets mondiaux que sont Deloitte, EY, KPMG et PwC suivis de près par Mazars ont annoncé des perspectives de recrutement en France très positives pour 2016. Deloitte estime les recrutements à 800 jeunes diplômés, stagiaires et alternants. Mazars devrait recruter plus de 500 CDI, PwC envisage 1 500 recrutements. EY prévoit 1 300 embauches dont environ 900 cadres débutants. Chez KPMG, les recrutements devraient dépasser la barre des 1 500.

 

DES PERSPECTIVES DE CARRIÈRES INTÉRESSANTES

Certes le recrutement chez les Big Four et Mazars est très sélectif mais le jeu en vaut la chandelle. Les recrutés bénéficieront d’un programme de formations soutenu tout au long de leur vie professionnelle et pourront suivre des carrières évolutives et variées. A titre indicatif, Mazars consacre 11 % de sa masse salariale à la formation. Les cabinets d’audit sont également souvent plébiscités par leurs employés. EY par exemple a été classé 23è World’s Best multinational workplace en 2015 dans le palmarès des Great Place to Work®. Les possibilités d’évolution transversale sont également possibles par exemple un jeune diplômé peut débuter par l’audit et évoluer ensuite vers le conseil.

© fotolia

© fotolia

UNE PALETTE DE MÉTIERS TRÈS VARIÉS

En audit, il y a rarement de routine. Même si les cabinets utilisent une méthodologie définie, les zones de risques sont propres à chaque secteur, chaque industrie puis à chaque client. Le métier évolue en permanence, pour ne citer que quelques exemples sur 2015-2016, de nouvelles problématiques ont émergé avec la chute des cours du pétrole, la forte volatilité des devises ou encore le Brexit. Avec la réforme de l’audit légal et notamment la rotation des auditeurs, les cabinets essayent de trouver des relais de croissance à l’audit et rachètent de petits cabinets pouvant leur apporter des lignes de services complémentaires. Citons le rachat de Nealite par PwC France en octobre 2015 pour renforcer ses équipes spécialisées dans la transformation digitale ou de Outbox group en 2016, consultant spécialiste dans les technologies du Cloud. Quant à EY, il a repris Bluestone Consulting fin 2015 permettant à EY France d’élargir l’offre en analytics. PwC a développé de nouvelles compétences dans le domaine des Fintech par exemple avec la mise en place de la plateforme DeNovo pour aider ses clients institutionnels à comprendre l’écosystème des Fintech. Plus récemment, Deloitte France a lancé un site online dédié au Brexit afin de répondre aux interrogations de ses clients traitant avec le Royaume-Uni ou implantés en territoire britannique. « Expert en Brexit » va devenir un nouveau métier !

La force des Big four est d’anticiper des tendances et de s’y préparer et comme en attestent les quelques exemples mentionnés préalablement, de nouveaux métiers et de nouvelles opportunités émergent. Enfin, il convient de rappeler que le passage en cabinet d’audit est un excellent tremplin vers des professions variées : audit interne, contrôle de gestion, assistance à une direction financière, gestion de patrimoine, risk management, analyste financier , compliance officer… sans compter qu’il ouvre aussi sur le private equity, les banques d’affaires et les activités de fusions et acquisitions.