« En France, quand on parle de handisport, on a un peu trop tendance à surligner le mot handicap devant le mot sportif », déplore Stéphane Binot, Conseiller Technique Régional au Comité Régional Ile-de-France Handisport. Car le handisport c’est bien plus que ça. Haut niveau, performances et résultats : si cela ne fait pas toujours le buzz, c’est pourtant bien aussi la réalité des sportifs en situation de handicap.

Stéphane Binot est Conseiller Technique Régional au Comité Régional Ile-de-France Handisport.

Stéphane Binot est Conseiller Technique Régional au Comité Régional Ile-de-France Handisport.

De grands événements
Avec pour mission de développer la pratique sportive des personnes en situation de handicap présentant une déficience motrice ou sensorielle, la Fédération Handisport et son Comité Régional d’ID F proposent à des enfants, adolescents et adultes, la pratique de 45 disciplines (30 en ID F) extrêmement variées. Des sports spécifiques bien sûr, comme le rugby fauteuil, mais aussi des sports très proches de leurs homologues traditionnels comme le cécifoot (pour les déficients visuels), l’aviron ou le handbike (vélo à bras). Des compétitions internationales sont même organisées en France, à l’image du Championnat du Monde espoirs de basket-fauteuil ou la Coupe du Monde de football en fauteuil électrique à Paris en 2009 et 2011, ou encore le Championnat du Monde d’athlétisme IPC qui aura lieu cette année à Lyon.

 

Faire cohabiter les publics dans des lieux de pratiques communs
Malgré tous ces évènements, le handisport reste malheureusement encore très confidentiel en France. C’est pourquoi le Comité écoles et les entreprises, afin de banaliser la présence du handicap dans la société. « Le vrai enjeu, c’est de faire se côtoyer tous les publics dans des lieux de pratiques communs. Même si certains clubs ont intégré des sections handicap, la pratique reste souvent cantonnée à des lieux spécifiques. Et pourtant le handisport n’a pas à rougir de ses performances, parfois meilleures que celles des sportifs valides. Pour preuve, notre équipe de basket fauteuil est Vice-Championne du monde, notre équipe de cécifoot a remporté la médaille d’argent aux Jeux Paralympiques de Londres en battant le Brésil, et je ne parle même pas des performances individuelles incroyables en athlétisme ! Malgré toutes ces médailles, on ne fait toujours pas le buzz. »

 

Le handisport, le lieu de l’expression des vraies valeurs sportives
Et pourtant, le handisport permet d’exprimer au mieux toutes les valeurs humaines qui font depuis toujours l’AD N du sport. Sans stigmatisation, les clubs handisport sont ouverts à tous, sportifs valides compris. Dans une ambiance particulière où l’échange est de mise, on y pratique des disciplines extrêmement physiques où les sensations sont au rendez-vous. « Le basket-fauteuil par exemple, c’est du contact, des muscles, des règles exigeantes et du dépassement de soi » rappelle Stéphane Binot. Haut niveau, esprit de compétition, enjeu sportif, compétitions internationales : voilà ce qu’est le handisport, une pratique sportive à part entière qui n’est pas dénaturée par un quelconque lobbying financier et où on se retrouve autour de vraies valeurs.

 

Rendez-vous au Challenge du ‘‘monde des Grandes Ecoles et Universités’’ !
« Nous essayons d’insuffler l’esprit du handicap dans tous les évènements sportifs : il est donc tout naturel que nous soyons présents pour la 1ère fois au CDMGEU. Nous en profiterons pour rencontrer des jeunes sportifs en situation de handicap, les orienter et détecter les meilleurs potentiels. Ce sera aussi l’occasion d’entreprendre, aux côtés de Ryadh Sallem et de son association des actions de découverte et de sensibilisation au handicap et au handisport. Tous les jeunes pourront se mettre en situation de handicap et comprendre que la pratique du handisport est au moins aussi difficile et technique que la pratique de leurs sports habituels. »

 

CW.

 

Pour en savoir plus :
www.handisport-iledefrance.org