Fiche d’identité :  Coline Mattel, 18 ans, Originaire des Contamines Montjoie en Haute-Savoie, Licence 2 Arts du spectacle à l’université Pierre Mendès France à Grenoble
TÉMÉRAIRE, C’EST SANS DOUTE L’ADJECTIF QUI DÉCRIT LE MIEUX COLINE. EN EFFET, COLINE N’A PEUR DE RIEN, PAS MÊME DE S’IMPOSER EN SAUT À SKI ! DISCIPLINE ENCORE MÉCONNUE DU GRAND PUBLIC, LE CONCOURS FÉMININ EST APPARU IL Y A 15 ANS ; ON PEUT DIRE QUE COLINE TOMBE À PIC ! LA CONTAMINARDE REVIENT POUR NOUS SUR SA PASSION ET SON PARCOURS SPORTIF EXEMPLAIRE.

Coline Mattel

Un sport sur mesure pour Coline !
Comme tous les enfants de la station de Contamines Montjoie, Coline chausse les skis avant même de savoir marcher. A 7 ans, ses moniteurs de ski alpin l’emmènent découvrir la discipline du saut à ski sur un tremplin de 30 m aux Houches. « Lorsque je me suis retrouvée au haut du tremplin, j’étais tétanisée. C’était très impressionnant. » D’un naturel fonceur et casse-cou, la jeune fille dépasse très vite sa crainte et s’élance ! « Même si je ne suis pas restée très longtemps dans le vide, ce 1er saut reste gravé dans ma mémoire. Le fait d’avoir dépassé ma peur m’a convaincue : le saut à ski est pour moi ! » A la recherche de sensations fortes, Coline décide de se consacrer pleinement à sa nouvelle passion. « J’adore l’adrénaline que je ressens en sautant. Comme sur le tremplin, une fois qu’on est lancé, on ne peut plus s’arrêter ! » A seulement 11 ans, Coline est la plus jeune athlète à participer à une Coupe du Monde féminine dans cette discipline. A 14 ans, elle remporte sa 1ère Coupe du Monde junior et se place 5e des championnats du monde de ski nordique. Par la suite, les podiums s’enchaînent pour Coline qui termine 3e au classement de la coupe du monde 2013. Qualifiée pour les J.O de Sotchi de février 2014, l’adolescente réalise son rêve à l’âge de 18 ans en remportant le bronze pour le 1er concours olympique de saut à ski féminin. « J’avais clairement annoncé que je visais une médaille. J’ai eu un début de saison irrégulier qui m’a permis d’arriver à mon meilleur niveau à Sotchi. » Un enthousiasme débordant qui promet une belle carrière à la jeune fille !

Sur les planches… du théâtre !
Pleine d’entrain, la jeune fille ne tient pas en place. En parallèle de ses entraînements intensifs, Coline pratique depuis 7 ans le théâtre au sein d’une troupe. Cette seconde passion devient une véritable vocation au lycée. « Au moment de faire mes voeux d’orientation, c’est devenu une évidence : je veux faire du théâtre mon métier. » Après avoir validé brillamment sa 1ère année de licence, elle songe à poursuivre dans une école spécialisée et réaliser son rêve de devenir un jour comédienne. Aujourd’hui, Coline concilie parfaitement le saut à ski, le théâtre, ses cours et sa vie privée. « Je n’ai jamais songé à arrêter mes études. J’ai besoin de faire des tas d’activités différentes pour apprécier ce que j’entreprends. Sans mes cours et le théâtre, je n’aurai jamais atteint ce niveau en saut ! » Et même si la jeune fille doit parfois renoncer à certaines sorties entre amis pour s’entraîner, c’est ainsi qu’elle savoure d’avantage ses succès en compétition ! « Après une saison mémorable comme celle-ci, les sacrifices en valaient la peine ! »

PORTAIT CHINOIS
Ton porte-bonheur
Ma culotte de compétition avec des petits canards !
Une anecdote de compétition
Lors de mon premier saut en Coupe du Monde, j’étais trop légère pour mes skis et risquais la disqualification. J’ai donc bu 2 litres d’eau, mais cela m’a empêchée de réussir mon 2nd saut !
Ton rêve
Jouer à la Comédie Française.
Ton tremplin fétiche
Sotchi ! C’est là que j’ai gagné ma 1ère coupe du monde et remporté ma 1ère médaille olympique.
Ton leitmotiv
Mon esprit de compétition. Je repousse toujours plus loin mes limites.

Olympe Muller