Fiche d’identité :
28 ans. Doctorant en chimie à l’Université
de Bourgogne Membre de l’atelier de théâtre

 

Clément Van Melckebeke

Clément Van Melckebeke

Découverte !
J’ai toujours eu un intérêt pour le monde du spectacle, mais je n’avais jamais eu l’occasion de faire de théâtre auparavant. Plus jeune, j’étais timide et je manquais de maturité. J’ai découvert le théâtre à la fac il y a maintenant 5 ans. A la rentrée 2008, un ami m’invite à l’accompagner à la présentation de l’atelier théâtre de la fac : j’ai beaucoup aimé l’ambiance et je me suis immédiatement inscrit pour les castings. Nous avons tous les deux été pris pour jouer dans la pièce !

 

Tes sensations ?
Avant de monter sur scène, j’ai le trac. C’est quelque chose que l’on ne perd jamais, je dirai même que l’on apprend à l’apprivoiser. C’est la preuve que l’on est investi à 100 % dans le projet. Même les meilleurs comédiens ont le trac après 10 ans sur les planches ! On se met en danger et une fois sur scène, on fait tout pour se dépasser. Pendant la représentation, je me sens flotter, j’ai la sensation d’une légère ivresse qui me transporte.

 

Les projets ?
Le club de théâtre se compose de deux ateliers : l’atelier de création et l’atelier de découverte. Je fais partie du premier; il vise à mettre en scène une pièce grâce à des professionnels du métier qui nous encadrent. Nous montons 3 pièces : Antigone, L’opéra du dragon et Splendides qui seront présentées au public lors de notre festival en mai. Nous proposons également des « stages » ouverts à tous les étudiants de la fac sur des thèmes variés tels que Comment construire 1 personnage ? ou encore La voix. La grande nouveauté de cette année, c’est le lancement d’un journal dans lequel sont publiés des articles sur l’univers du théâtre. Je participe à la mise en oeuvre de cette revue avec l’une des comédiennes ; nous faisons la mise en page et rédigeons des articles. L’atelier de découverte permet aux étudiants curieux de découvrir le théâtre sans forcément participer à la pièce. Ils explorent des thèmes et exposent le fruit de leur travail lors du festival. Pour 2014, les étudiants se sont penchés sur la micro fiction et le théâtre d’objets.

 

Futur comédien ?
Je ne me destine pas à devenir comédien professionnel, même si mon métier s’en rapproche. Mon métier de professeur a un côté très théâtral : le professeur doit savoir captiver ses étudiants et pour cela, il ne faut pas hésiter à se mettre en scène et occuper l’espace !

 

Ton Rôle ?
Je joue le chef des gangsters dans Splendides de Jean Genet. C’est l’aventure de deux gangsters qui se retrouvent enfermés dans un hôtel surveillé par la police. Pour sortir de cette « prison », ils décident de travestir le chef. C’est une expérience perturbante mais très drôle et enrichissante. Se mettre dans la peau d’une femme est vraiment difficile ; être confronté aux regards des gens m’a beaucoup appris. Cette scène m’a fait penser à Depardieu dans Tenue de soirée, il est incroyable dans ce film !

 

Olympe Muller