« Toi tu seras la PDG ». C’est ainsi que ses camarades désignaient toujours Béatrice Lafon (Cesem 82) lors des jeux de rôles organisés pendant ses études de commerce. Aujourd’hui CEO monde de Claire’s, marque de bijou x et d’accessoires de mode chouchoute des jeunes filles du monde entier , elle met son âme de leader au service d’un Groupe qui performe sans se prendre au sérieux. Rencontre avec cette compétitrice qui vit le business à vitesse grand V.

 

Béatrice Lafon (Cesem 82), CEO monde de Claire’s

Béatrice Lafon (Cesem 82), CEO monde de Claire’s

La force de l’humain
Sa place parmi les leaders du marché des accessoires de mode à travers le monde, Claire’s ne la doit en aucun cas au hasard. En dénicheur de tendances, le Groupe introduit en effet en moyenne 150 nouvelles références par semaine, une performance assez unique. En plus d’une collection extrêmement large, il dispose d’une capacité de stocks très importante qui permet à sa CEO d’affirmer que : « quand on a besoin de quelque chose, on le trouve toujours chez Claire’s ! » L’enseigne mise aussi sur une grande proximité avec ses clients. « Nos équipes sont toujours disponibles pour les conseiller et répondre à leurs questions. Nos magasins sont faits pour qu’ils puissent toucher et essayer les produits, qu’ils s’y sentent bien et décontractés. » Ainsi le fun est-il une valeur essentielle de ce Groupe qui ne veut pas se prendre au sérieux, emblème d’une performance matinée de chaleur humaine. En magasins bien sûr, mais aussi au siège où règne « une osmose très forte ». Béatrice Lafon, dont la porte du bureau est toujours ouverte, entretient aussi une relation de proximité assez rare avec les clients du Groupe qui peuvent lui envoyer directement des mails auxquels elle répond toujours dans les 24h « au début ils n’y croient pas mais après ils adorent ça ! »

 

Le PDG ou l’incarnation de la force tranquille
« Décisionnaire final, le PDG challenge le statu quo et impulse le changement. Il doit avoir une force interne nourrie par des convictions, des opinions, être bien dans sa peau, calme et reposé. Ses équipes ont besoin de savoir qu’il est aux manettes pour travailler avec sérénité. Un PDG qui panique c’est la pire chose pour une entreprise. »

 

Les challenges mondiaux d’une CEO à 100 à l’heure
Avec l’humain au coeur de son management, Béatrice Lafon carbure aux challenges. Et quand on est a la responsabilité de 18 000 personnes et de 3500 magasins dans 47 pays, ils sont aussi nombreux qu’ambitieux. Outre la taille du business (en tant que CEO Europe, elle manageait « seulement » 6 000 employés et 1200 magasins dans 15 pays), la maîtrise des fuseaux horaires est devenue pour elle une question cruciale. « Je peux avoir des meetings à 5h du matin comme à minuit : je dois toujours être libre pour mes équipes. » Le partage est aussi essentiel. « Mon rôle est de permettre la captation et le partage de toutes les bonnes idées dans une entreprise globale à l’écoute du local.» Un vaste programme qui nécessite organisation et discipline. « Je ne dors pas beaucoup, c’est sûr ! Pour relever ces challenges, je dois savoir dire non, faire des choix, travailler très vite, déléguer et accepter que je ne peux pas tout faire. Etre Président c’est choisir ses batailles et ses idées.»

 

Secret de Président
«‘‘ Tout est possible dans la vie, l’impossible prend juste un peu plus de temps ‘‘ : j’ai  faite mienne cette phrase d’Einstein.Je suis aussi persuadée que le succès entraine le succès et que lorsqu’on n’en a pas, cette conviction que tout problème a une solution vous permet de vous relever permettent de me lever chaque matin en me disant que j’ai la chance d’aller faire un job qui me passionne. »

 

« Tout est possible
dans la vie, l’impossible prend juste un peu plus de temps »

Une compétitrice qui fait tout pour faire gagner son équipe
Et pour cela, Béatrice Lafon peut compter sur un leadership plein de style qui, selon ses équipes, résulterait d’une subtile combinaison d’ouverture, de rapidité, d’humanisme et d’expérience. « C’est très facile de m’approcher. Pour preuve, un des salariés de notre entrepôt de Chicago est récemment venu dans mon bureau pour me dire à quel point il avait adoré notre dernier catalogue. Ma prise de décisions très rapide et ma capacité à mettre l’humain avant tout sont aussi des traits appréciés de mes collaborateurs et de nos fournisseurs. Car, comme on dit en anglais: ‘ Business is people, you don’t build businesses, you build teams and teams build businesses ’. Ma connaissance des métiers de l’entreprise est également un atout qui renforce ma légitimité en tant que leader auprès de collaborateurs qui savent que je comprends leur activité quotidienne. »

 

Message aux graines de leaders !
« Si vous avez des rêves, des ambitions, une vocation, écoutez votre petite voix et suivez la. Apprenez à développer votre intuition, n’ayez pas peur d’avoir des opinions et de penser différemment de la majorité car l’innovation, celle qui préfigure des plus belles choses, est toujours au départ l’idée d’une seule personne. Au niveau business, vous devez comprendre que le monde est un : la dimension nationale disparait peu à peu, ce qui compte aujourd’hui c’est l’humain, le relationnel en one to one avec le client, cette dichotomie fondamentale entre le monde et l’individu. »

 

Plus de doute possible, le leadership, Béatrice Lafon l’a donc dans le sang. « Depuis toujours, j’ai besoin d’apporter ma contribution et de faire la différence. J’adore les problèmes pour la joie qu’ils me procurent quand je leur trouve une solution. » Elle est d’ailleurs convaincue qu’on ne devient pas leader par hasard. « Seul, le PDG est le dernier maillon de la chaine. Il ne peut pas assumer ses responsabilités sans cette force interne qui lui donne confiance en lui, en sa capacité et en son expérience pour prendre des décisions et accepter de rattraper les erreurs qu’il peut commettre en faisant des mauvais choix. » Est-ce à dire qu’un PDG serait forcément un compétiteur ? Pour Béatrice Lafon, c’est une évidence, surtout dans la grande distribution. « Dans le retail, chaque heure compte, chaque jour est différent, il n’y a pas de business plus rapide dans la prise de décisions. »

 

Président à plein temps ?
« Pour recharger mes batteries et garder l’esprit clair, je fais du yoga tous les jours et suis un programme de gym trois fois par semaine. Maman d’un petit garçon de 7 ans, mes vacances et mes weekends me sont très précieux. J’ai la chance d’avoir deux personnes qui se chargent à temps complet de l’intendance de la maison et qui s’occupent de mon fils lorsque je ne suis pas là. Je délègue aussi beaucoup de choses à Sue, mon incroyable assistante qui me permet d’être toujours en alerte sur les choses importantes. Mais je dois être capable d’accepter que tout ne se fait pas : il n’y a que 24h dans une journée, même dans celle d’un PDG ! »

 

CW.

 

Contact : beatrice.lafon@claires.co.uk