«La cité du luxe» journée d’échanges entre professionnels du secteur et événement phare de l’EIM. Paris s’est tenue le 31 Mars dernier. Cette 4éme édition mettait en lumière le thème «Réseaux Sociaux et Luxe » autour de nombreux intervenants.

 

 

 

La 4ème édition de cette journée d’échanges et de débats avait pour vocation de réunir les étudiants diplômés et futurs diplômés de l’EIML Paris et les professionnels du luxe, afin de réfléchir ensemble aux problématiques actuelles du secteur. Réseaux sociaux & luxe : un sujet cette année au cœur de l’actualité pour les entreprises du luxe qui ont particulièrement besoin de réinventer leur mode de communication.

L’implication des étudiants de l’EIML Paris a été très forte autour de ce thème, tout au long de l’année, que ce soit dans le cadre de leurs projets de consulting sur les stratégies social média des maisons de luxe, de leurs mémoires de recherche ou lors de cette journée avec les 90 tweets réalisés en live par les étudiants.

 

La 1ère table ronde a débattu du story telling et du luxe ou « comment raconter de belles histoires à l’ère du numérique ? ».

 

Autour de Nathalie LEMONNIER, la modératrice de la table ronde et fondatrice de l’Agence LEMON THINK, Pierre-Etienne BOILARD, Fondateur de MENSQUARE, Johannes WILBRENNINCK, Directeur marketing et communication de ROBERT CLERGERIE, Candice COLLOMB, Responsable Marketing et Communication Digitale du ROYAL MONCEAU ainsi que Elisabeth CROUZET, International Digital and CRM Manager de DECLEOR CARITA ont éclairé les participants sur l’importance de la mise en ligne de contenu par les marques. Dans un univers très concurrentiel, que ce soit dans l’hôtellerie, l’aromathérapie, ou encore dans le domaine de la mode il faut savoir tisser des relations humaines via les réseaux sociaux en captant l’attention des influenceurs puis en élargissant ses cibles.

 

Tout l’enjeu est de créer des contenus très fréquents, légers et peu chers avec deux objectifs principaux : le développement de sa notoriété et de son chiffre d’affaires.

« Chez Décléor, les contenus réseaux sociaux sont importants car nous sommes en repositionnement de la marque. Il nous faut donc véhiculer ce nouveau positionnement par les réseaux sociaux. Nous croyons aussi à la notion de Love Brand. C’est un concept à la mode qui vise à créer un attachement au consommateur au-delà du service » précise Elisabeth CROUZET « Pour Robert Clergerie, nous sommes repartis du produit avec comme objectif de donner envie, générer du désir tout en rajeunissant la marque. Nous nous sommes donc appuyés sur les réseaux sociaux en nous appuyant sur un concept d’User Generated Content (UGC), les #ClergerieGirls. Nous avons eu de très bons résultats. Nous avons doublé nos fans sur Instagram, rajeuni notre clientèle avec une génération de contenus très qualitatifs. Notre objectif à nous était de rajeunir la marque et de faire le buzz. C’est réussi. » ajoute Johannes WILBRENNINCK.

 

Autour de la 2ème table ronde, c’est du « client empowerment » et des marques de luxe dont il était question.

 

« Les réseaux sociaux ont-il donné le pouvoir aux clients ? » interrogent l’ensemble de ses intervenants, à savoir Sébastien GIRARD, Blogueur ICON ICON, Marie MIHAILEANU, Digital Account Director dhez TBWA, Delphine DESNEIGES, Blogueuse DEEDEE, Cédric DAMOUR blogueur PARISIAN EYE et Hubert VAN CAPPEL, expert digital, modérés par Olivier BILLON, Fondateur de l’Agence YKONE.

 

Ils sont revenus sur l’importance des réseaux sociaux dans la vie des individus, qui y passent aujourd’hui près de 1h30 par jour. Les influenceurs sont les personnes qui ont le plus de pouvoir, ils sont clients et font la promotion des marques. L’idée actuellement pour les marques est de trouver une ligne commune entre elles et les influenceurs. Il faut adapter les valeurs de la marque de luxe en fonction de ce qu’il se fait sur les réseaux sociaux, se créer une image, l’entretenir et la multiplier grâce aux influenceurs.

 

Enfin, la 3ème table ronde avait pour thème le ecommerce et le luxe : « les marques de luxe partent-elles à la conquête du commerce social ? ».

 

De nombreux intervenants professionnels du ecommerce sont venus débattre autour de Stéphane TRUCHI, modérateur de la table et CEO de l’IFOP : Antoine BAPST, PDG de RAZORFISH, Nicolas ANDRE, Partner – Chief Data Planneur de SYNOMIA, Sébastien FABRE, Fondateur et CEO de VESTIAIRE COLLECTIVE, Bruno ALAZARD, International Group Ecommerce Director de CHRISTIAN LOUBOUTIN, Jean DUSSETOUR, CEO de HEADOO et enfin Alexia PASSOT, diplômée de l’EIML Paris et responsable marketing et communication chez VOITURES NOIRES.

 

Selon eux, 75 % des consommateurs seraient influencés par les réseaux sociaux dans leurs achats. Ils sont aujourd’hui de vraies sources d’informations sur les achats des consommateurs. Instagram, Facebook ou encore Youtube sont devenus des outils promotionnels qu’utilisent les marques pour mettre en valeur leurs produits auprès des consommateurs.

 

Pour Bruno ALAZARD, « Instagram (et la transformation sur Instagram) devient un sujet d’importance notamment pour passer du like au buy. “On a 7 millions de fans mais pas 7 millions de clients”…  “On rêve d’avoir Instagram avec une solution qui fonctionne pour vendre. Instagram peut par exemple nous aider à recruter nos nouveaux clients ou en tout cas à transformer davantage notre base de fans.” »

 

Ce ne sont donc que les prémices d’une société en pleine évolution, dont l’histoire reste encore à écrire…

 

C’est de cette manière, que cette riche journée d’échanges et de débats s’est terminée, en attendant la 5ème édition de la Cité du Luxe, déjà programmée pour le jeudi 30 mars 2017.