LOIN DE L’IMAGE D’EPINAL DU CHERCHEUR DANS SON LABORATOIRE, LA CHIMIE ET LA PHYSIQUE OFFRENT DES OPPORTUNITÉS DE PARCOURS AUSSI DIVERSIFIÉES QU’ÉTONNANTES. COUP DE PROJECTEUR SUR CES NOMBREUX MÉTIERS AU COEUR DES GRANDS DÉFIS DE DEMAIN.

© Serge Chapuis

© Serge Chapuis

« LA CHIMIE, C’EST LA SCIENCE D’AVENIR »

Où débuter dans la chimie ?
La chimie irrigue des domaines industriels et sociétaux très variés : industrie chimique bien sûr, mais aussi santé, énergie, alimentation, matériaux, transports, gestion des ressources… Un chimiste peut débuter sa carrière dans la R&D (de la recherche fondamentale au développement produit), la fabrication, la qualité… Il peut aussi créer son entreprise (nos étudiants suivent d’ailleurs plusieurs enseignements en entrepreneuriat). Quel que soit le secteur dans lequel il évolue, le chimiste doit prendre en compte les enjeux de la chimie verte. Source d’une grande créativité, elle constitue l’avenir de la chimie et de l’industrie mondiale.
Les grands défis du chimiste de demain ?
Etre capable de créer une nouvelle chimie et de la faire évoluer en allant chercher le ressourcement aux confins des autres disciplines (biologie et physique en particulier). Développer une culture en sciences humaines et sociales et savoir appréhender l’interculturalité (nos étudiants sont formés en ce sens). Apprendre à communiquer, car dans un monde où se développe une certaine défiance vis à vis des sciences et des technologies, le scientifique doit savoir expliquer au grand public ses démarches. Développer l’esprit d’innovation et d’entrepreneuriat.
Pourquoi travailler dans la chimie ?
C’est une discipline d’avenir qui sait résoudre les grands problèmes sociétaux qui se posent à l’Humanité. Elle s’identifie à un tissu industriel varié et offre donc une certaine stabilité en terme d’emploi, en France et à l’international, dans des domaines très divers (les chimistes sont même appréciés en finance ! ). C’est enfin une science confrontée aux attentes de la société et qui pousse donc à développer réflexion et qualités humaines.

 

L’AVENIR S’INSCRIT À L’INTERFACE DE LA PHYSIQUE, DE LA CHIMIE ET DE LA BIOLOGIE

Vers quels métiers se dirigent vos diplômés ?
La formation de l’ESPCI a pour particularité d’allier chimie, physique et biologie dans une approche originale caractérisée par l’enseignement par la recherche. 70 % de nos élèves la poursuivent avec une thèse sur des domaines souvent à l’interface de la physique et de la chimie (physique de la matière molle notamment) ou de la chimie et de la biologie (synthèse de molécules, imagerie médicale,…). Connectés aux réalités de l’entreprise, 80 % d’entre eux travaillent dans l’industrie (énergie, chimie, pharmacie, production de minéraux…) comme ingénieur R&D, responsable de laboratoire, chef de projet… dans des centres de R&D. D’autres font le choix de l’entrepreneuriat ou continuent dans la recherche académique à l’Université, au CNRS ou encore à l’ESPCI dans des laboratoires alliant la recherche la plus fondamentale à la plus appliquée.
Quels défis s’ouvrent à eux ?
Ils sont formés pour devenir des ingénieurs de l’innovation capables d’aborder les grands problèmes de la société et de générer des idées et des systèmes industriels pour y répondre. La santé, l’énergie, les télécommunications et le développement durable font donc partie de leur quotidien. Un de leurs grands défis sera aussi de savoir sortir de leurs labos pour expliquer leurs travaux de recherche. S’ils ont déjà l’occasion de le faire dans le cadre de l’Espace Pierre-Gilles de Gennes, lieu de médiation scientifique de l’ESPCI, cette communication vers le grand public est vouée à se développer.
Pourquoi se tourner vers un métier alliant chimie, physique et biologie ?
Parce que ça fait rêver et que les travaux de recherche en la matière débouchent vers des solutions concrètes aux grands problèmes de notre société. Quoi de plus passionnant que de comprendre le monde qui nous entoure et d’en faire bénéficier le plus grand nombre ?

 

CW