La société de travaux publics Colas, aujourd’hui un leader mondial dans la construction et l’entretien d’infrastructures de transport, a été créée en 1929 pour exploiter un brevet d’émulsion de bitume. Innovation et esprit d’entreprise étaient dès lors ancrés dans les gènes de Colas, à l’image de son PDG Hervé Le Bouc (ESTP 76). Entretien.

Hervé Le Bouc, (ESTP 76), PDG de Colas

Hervé Le Bouc, (ESTP 76), PDG de Colas

L’empreinte ESTP
On reconnaît les élèves qui sortent de l’ESTP à leur état d’esprit. C’est une école de l’humilité. La pédagogie, partagée entre théorie et ateliers pratiques, prépare parfaitement à nos métiers où la réflexion en amont mène à l’action sur le terrain. C’est à l’ESTP que j’ai découvert les métiers passionnants de la route ainsi qu’en effectuant des stages chez Colas, il y a 37 ans. Aujourd’hui, je suis membre du conseil d’administration de l’ESTP et j’apprécie de participer à la réflexion sur les nouvelles formations et les partenariats pays. C’est essentiel pour que les étudiants se forment aux différentes langues et cultures, et que les Français continuent d’être les champions de l’export en TP.

 

Un esprit pionnier
Le concept de route est intimement lié à ceux de communication, de société, d’échange. Chez Colas, nous considérons que la route est un média. Tous les jours, nous imaginons comment elle peut être source d’information, d’énergie… La construction routière est un secteur innovant, dans lequel Colas a une position de pionnier. Nous avons été les premiers à nous implanter en Afrique, en Amérique du Nord, en Europe Centrale, en Asie… Les premiers aussi à développer une activité ferroviaire. Nous possédons également le plus grand centre de recherche sur les matériaux routiers au monde, le CST (Campus Scientifique et Technique Colas), qui développe des produits novateurs, notamment sur le plan environnemental.

 

L’envie d’entreprendre
Nous offrons aux jeunes collaborateurs la possibilité d’entreprendre en leur donnant, dès leur arrivée, des responsabilités avec un compte client, un compte fournisseur, une équipe, du matériel et, surtout, l’opportunité de prendre des décisions en maîtrisant les risques des prises d’affaires et de leur exécution. Il y a une délégation très forte, dont nos jeunes collaborateurs sont friands, ce que je comprends très bien puisque je suis moi aussi passé par là. Quand je suis entré chez Colas, il y avait une publicité illustrée d’un homme sous la pluie avec casque et bottes, accompagné du slogan « Un vrai métier d’homme ». La formule date un peu ! Mais c’est vrai que c’est à la fois un métier difficile, soumis aux intempéries,… et un métier fabuleux, à très fort potentiel pour qui souhaite entreprendre… que l’on soit une femme ou un homme

 

Une confiance construite dans le temps
Aux profils entrepreneurs, autonomes, créateurs, responsables, nous savons offrir de l’action, mais aussi une excellente qualité de travail. Dans le top 200 des employés du Groupe, la moyenne est de 15 ans d’ancienneté, et elle monte à 25 ans pour 85 % du Top management. Cette année, nous avons été placés 10e dans le classement du label Happy Trainees de meilleures-entreprises. com. Il y a des signes qui ne trompent pas, ceux qui travaillent chez Colas s’y sentent bien.

 

Des stagiaires motivés
Pour la deuxième année consécutive, Colas organise un concours ouvert à ses stagiaires qui leur propose de réaliser un film sur l’entreprise. Les lauréats remportent des séjours à Venise, Berlin, Cannes et Los Angeles à l’occasion des différents festivals du film. Résultat, des courts-métrages représentatifs de la culture et du dynamisme de l’entreprise, à découvrir sur : www.thestagiairecolas-lefilm.fr

 

En chiffres (France 2012) :
2 000 stagiaires par an – 400 embauches de Bac +5 – 7,4 milliards d’euros de chiffre d’affaires (Groupe Colas monde : 13 milliards d’euros)

 

A.F.

 

Contact : www.colas.com (rubrique RH)