A l’heure où j’écris cet article, les bénévoles de la Mission Ganesh Himal sont tous rentrés en France suite à nos 3 semaines passées au Népal. Ce ne sont pas moins de 31 étudiants qui ont pris part à cette mission en juillet 2016, afin de mener à bien nos objectifs, à savoir enseigner l’anglais et apporter du matériel scolaire, sensibiliser à la gestion de l’environnement, apporter une aide médicale et faire un reportage sur notre projet dans la région reculée du Népal nommée Ganesh Himal. – Par Marine Perthuis, vice présidente

 

UNE IMMERSION TOTALE DANS LES VILLAGES DE MONTAGNE

Dans notre association, les étudiants en charge de la mission changent chaque année, c’est donc avec curiosité et peutêtre avec une petite pointe d’appréhension aussi, que nous sommes partis à l’aventure. Le programme était simple : arrivée à Katmandou, départ pour un trek de 4 jours afin d’atteindre nos 5 villages d’accueil, 2 semaines chez l’habitant dans les montagnes, puis trek retour de 3 jours vers Katmandou. Nous pouvions ainsi partager nos repas avec les habitants, échanger sur nos différentes cultures et apprendre à vivre avec eux.

VUE SUR LES MONTAGNES, AU RÉVEIL À SHERTUNG

VUE SUR LES MONTAGNES, AU RÉVEIL À SHERTUNG

LA CULTURE NÉPALAISE : « BIG PROBLEM ? – NO PROBLEM »

Si le programme semblait clair, nous n’aurions jamais pensé que cela signifiait aussi partager un bus de 20 personnes à 40 (sans compter celles sur le toit), les toilettes communes (c’est-àdire essentiellement dans la nature) les maisons construites à base de bâches et planches de bois ajourées, les sangsues et les puces. Mais si l’hygiène et le confort n’étaient pas au rendez vous, quel bonheur de pouvoir en apprendre autant sur leur culture ! Et puis comme ils le disent eux-même « Big problem ? -No problem ».

 

UN BILAN MITIGÉ DE NOS MISSIONS SUR PLACE

Finalement, c’est surtout la concrétisation de la mission qui nous a posé le plus de problème. En cette période estivale de mousson, la plupart des villageois travaillent aux champs, adultes comme enfants. Rassembler un maximum de personnes pour des cours d’anglais et les faire participer aux collectes de déchets n’était donc pas chose facile. C’était même un peu décevant de les entendre dire que les fours apportés l’hiver dernier ne leur servent pas. Mais nous allons réfléchir, nous appuyer sur notre expérience estivale et pouvoir ainsi adapter nos futures missions. Parce qu’il est clair que si dans le futur nous ne fonctionneront pas de la même manière, l’expérience est bien trop enrichissante (pour les Népalais comme pour nous) pour l’arrêter en si bon chemin ! Si je le referais ? Oui, 1 000 fois oui !

SALOMÉ ET LUCIE, 2 BÉNÉVOLES DE LA MISSION AVEC DES ENFANTS DE CHALISH

SALOMÉ ET LUCIE, 2 BÉNÉVOLES DE LA MISSION AVEC DES ENFANTS DE CHALISH

L’association Mission Ganesh Himal
était composée cette année de 55 étudiants, répartis en 8 pôles : la cellule Animation chargée d’organiser des activités de récolte de fonds, la cellule Bourses et Sponsors chargée de rechercher des partenariats, la cellule Communication pour faire notre promotion, la cellule Environnement pour développer des projets touchant à cette branche, la cellule Pédagogie responsable de la préparation des cours d’anglais, le pôle Médecine, le pôle Reportage, et le Bureau pour organiser toute la mission. Au final, entre les ventes de gâteaux, les Campus Awards de Natixis remportés ou encore les séances d’entartrage pour faire connaître le projet, nous avons récolté plus de 15 000 € afin de mener à bien nos objectifs sur place !

 

CONTACT :
http://nepalmgh.wixsite.com/mission-ganesh-himal
marine.perthuis@agroparistech.fr, 06 76 01 84 30