Vivre 1 000 vies différentes et faire rire les autres, deux moteurs intimes qui ont conduit Michaël Hirsch, jeune diplômé de NEOMA Business School, à changer de trajectoire, à faire un choix de vie : devenir comédien et humoriste.

 

Comment l’humour est-il entré dans votre vie ?

L’humour fait partie de moi depuis toujours. J’aime ce double principe, un peu comme les chatouilles, qui fait rire et démange à la fois. J’ai fait une école de commerce car je ne savais pas quoi faire à l’issue du lycée. Je ne voulais pas me fermer de portes, et continuer à nourrir ma curiosité.

Et le théâtre ?

J’aime l’idée de trajectoire : car c’est à NEOMA que j’ai appris les rudiments du métier de comédien ! J’ai rejoint la troupe de théâtre de l’école. J’étais aussi le rigolo de service qui faisais des sketches pour l’accueil des admissibles. J’ai adoré ces moments, jouer devant un public différent tous les jours, engager un contact sur ce mode. NEOMA a été un formidable terrain de jeu et un tremplin. J’ai monté mon premier spectacle grâce à mon directeur de programme. En 2011, après ma sortie de l’école et ce spectacle à Reims, c’était décidé je serai comédien. J’ai donc intégré le cours Cochet pour mener des études d’art dramatique durant deux ans et demi.

Un travail, un métier, comment définissez-vous votre activité ?

C’est un choix de vie. Car plus qu’un travail, être comédien, humoriste, produire et monter mes spectacles, c’est une vie. En ce sens, la notion d’engagement est essentielle. Le choix de travailler dans un environnement moins formel que celui de l’entreprise implique d’accepter que la réussite ne soit pas comparable à celle des autres. Durant vos études vous êtes guidé par la perspective de construire votre carrière, or un artiste ne se projette pas du tout ainsi. Faire ce choix d’une certaine liberté implique aussi de renoncer à un confort plus accessible via le cheminement classique après une grande école.

Quels sont vos moteurs pour cette vie ?

Au départ, j’avais envie de m’amuser. J’ai toujours été passionné d’histoires, qu’on m’en raconte et que j’en raconte. Je suis principalement mu par mes envies de création, et je travaille un modèle économique et financier au service de mon activité artistique. De ce point de vue, mes études à NEOMA me sont très utiles. Mon état d’esprit c’est : mieux vaut une tentative imparfaite que pas de tentative du tout.

Qu’aimez-vous le plus dans cette vie ?

Ce qui est merveilleux dans mon métier c’est qu’il est drivé par la curiosité. Cela aurait pu être une phrase de petit garçon : « Plus tard, je serai un grand curieux ! » Je lis beaucoup, j’observe la réalité, puis j’ajoute un peu de rêve et de fantaisie pour mes spectacles. Ce que j’aime profondément c’est avoir 1 000 vies ! Par exemple dans mon spectacle « Pourquoi ? », chaque soir je vis 100 vies sur scène, explorant les facettes d’une vie de l’enfance à son dernier jour. Je suis en tournée en France jusqu’en juin. Le spectacle existe depuis 2014, et j’ai eu beaucoup de chance, je l’ai joué plus de 450 fois devant 55 000 spectateurs en tout. Je produirai à Avignon en juillet le nouveau spectacle que je suis en train d’écrire. Je ne m’interdis rien pour la suite. C’est comme lorsque j’ai choisi cette vie, je ne savais pas où cela me mènerait.

https://www.michaelhirsch.fr/

Le truc de Michael pour prendre la parole en public

Ce qui marche à tous les coups, c’est d’être sincère dans ce que l’on dit. Il n’y a pas plus convaincant qu’un être humain sincère. Les autres sont très sensibles à cela. Or, ce n’est pas toujours possible. Dans ce cas, cela s’appelle être comédien !

 

« Je suis principalement mu par mes envies de création, et je travaille un modèle économique et financier au service de mon activité artistique »

 

Plastic Omnium : le handicap nous concerne tous !

Agnès Rabuel, chargée de Mission Handicap travaille pour renforcer l’engagement des collaborateurs de l’équipementier automobile en France sur le handicap

Imaginez une ville plus connectée et ecofriendly avec SPIE CityNetworks

Acteur majeur de la transition énergétique et numérique des territoires, SPIE CityNetworks offre le terrain de jeu idéal pour construire une société plus responsable.

Adova Group : l’humain au cœur de la transformation

ADOVA veut réveiller le marché des matelas et des canapés dépliables à grand renfort de technologies. Coulisses d’une transformation aussi bien numérique que managériale.

Cdiscount : le e-commerce en mode inclusion !

Cdiscount, une entreprise handi inclusive. Sa DRH, Nathalie Estrada (ICN Business School 96) et son DSI Frédéric Eich vous expliquent pourquoi les jeunes diplômé(e)s en situation de handicap ont toute leur place chez le leader du e-commerce...

ORPEA déploie son modèle de valeurs dans le monde

ORPEA : leader mondial de prise en charge de la Dépendance avec des établissements de santé dans 16 pays. Yves Le Masne, son DG, a gravi tous les échelons en 26 ans.

Bureau Veritas plus que jamais engagé pour le handicap

Depuis son 2e accord, la Mission Handicap de Bureau Veritas France relève de nouveaux challenges. Rencontre avec Nadège Moll Bourcereau, RRH et Responsable Mission Handicap

Le handicap droit au BUT

Sandrine Lenoble, Responsable RH & Handicap de BUT nous dévoile les clés du succès de l’inclusion de collaborateurs en situation de handicap.

Malakoff Médéric Humanis, un groupe à votre écoute !

Malakoff Médéric Humanis : une entreprise handi-friendly ? Assurément ! présentation avec Stéphanie Le Dorner, Responsable RH Qualité de vie au travail

Handicap : KONE mise sur l’ascenseur social

KONE se développe avec un objectif : l’accessibilité à l’ensemble du public. Nele Böcker Responsable Mission Handicap de KONE, nous en dit plus.

John Cockerill : la formation continue sur un plateau d’argent

Le centre de formation Campus Cockerill : le must pour les collaborateurs et clients du Groupe John Cockerill, selon sa directrice générale, Carole Ruhland.