Laboratoire et locomotive des tendances, le luxe français est un bijou d’innovation dans un écrin de tradition. Au sommet de ce secteur d’excellence, CHANEL incarne cette vitalité créative. Nicolas Beau (ISG 87, IMD 08), Directeur International Business Development Horlogerie Joaillerie, apporte sa pierre (précieuse) à l’édifice.

 

CHANEL sous toutes ses coutures

« Une entreprise privée farouchement indépendante guidée par la création. » C’est ainsi que Nicolas Beau présente CHANEL. Maison de haute couture certes, mais surtout pionnière dans l’univers du luxe. Outre la mode, CHANEL se positionne sur les segments du parfum, des produits de beauté, de l’horlogerie et de la joaillerie. Un créateur à la tête de chacun de ses métiers. « Indépendance et création sont nos maîtres-mots. »

Le luxe made in France

Intrinsèque à ce processus de création, les émotions sont plus que jamais au cœur de l’expérience client. « On achète une montre de luxe ou un bijou serti de diamants pour ce qu’ils représentent : un plaisir », illustre Nicolas Beau. Plaisir d’avoir ou plaisir d’offrir, fiançailles ou cadeau d’anniversaire, le produit doit susciter un sentiment unique. Emotion et expérience client, la recette gagnante du luxe ? « C’était déjà très prégnant les années précédentes, cela va clairement se renforcer en 2019 et nos boutiques évolueront en ce sens. »

Quid du digital ? Vitrines de prestige, fascinantes et séduisantes, les boutiques de luxe sont loin de désemplir malgré la hausse des achats en ligne. Et pour cause, à l’exception des parfums, aucun des produits CHANEL ne sont vendus sur Internet. « A travers un écran, l’émotion propre à la création ne se transmet pas. Il faut absolument essayer un bijou pour en tomber amoureux n’est-ce pas ? »

Un métier cousu main

La joaillerie et l’horlogerie sont apparues respectivement en 1932 et en 1987. Nicolas Beau et son équipe sont chargés de développer leurs ventes sur les 5 continents. Ils doivent s’adapter à toutes les situations, s’appuyant sur un réseau de distribution très sélectif. Un de ses grands défis aujourd’hui : faire cohabiter les générations. « La transmission du savoir ne se fait plus uniquement par le haut. Les jeunes générations ont beaucoup à nous apprendre aussi, dans le respect de l’expertise des plus anciens », explique le manager. Une perpétuelle évolution de ses missions.

Le + de la formation continue En 2008, Nicolas Beau s’est formé deux mois à l’IMD Business School. Une expérience très enrichissante sur le plan professionnel, personnel et culturel. « J’ai rencontré des gens du monde entier, issus de grands groupes, du pétrole à la tech. Un beau moment de partage avec les professeurs également, même si c’était parfois difficile de redevenir étudiant ! »

L’artisanat, un bijou inestimable

La mode et le luxe font rêver les nouvelles générations. Mais faut-il nécessairement être passionné pour y travailler ? Nicolas Beau partage son expérience. « Je suis arrivé dans l’univers du luxe car j’étais fasciné par les métiers manuels. Plus qu’une passion, j’ai l’amour de l’artisanat. Leur travail est remarquable », avoue-t-il. Emailleurs, orfèvres, sertisseurs, horlogers … Le dirigeant a trouvé son « bonheur » chez CHANEL. « Pour se démarquer en entretien, la flamme doit briller dans vos yeux. Vous devez sincèrement être attiré par le produit, le connaître, en voir toute la beauté », conseille-t-il.

 Contact : https://careers.chanel.com/