Le 28 mai 2011, ils étaient 4 500 étudiants à fouler la pelouse du stade Charléty et à arpenter les gradins, en maillot de foot ou en tenue de pom-pom girls. Ils reviennent sur ce qu’ils ont pensé de cette troisième édition…

Pierre Magrangeas, étudiant Centrale Paris et PDG de l’entreprise eQuarLat
Qu’est-ce qui t’a donné envie de participer au Challenge du « Monde des Grandes Écoles et Universités » en 2011 ?
Il y a plein d’étudiants qui viennent d’un peu partout donc pour rencontrer des gens, c’était sympa, et pour rencontrer des entreprises aussi, c’était très bien ! Il y avait également plein d’associations donc cela créait une sorte d’ambiance de fête foraine.
Justement, peux-tu me décrire un peu plus précisément l’ambiance ?
En fait, il n’y a pas une, mais plusieurs ambiances :
– au niveau du stade, c’est très sportif
– au niveau des stands, c’est plus fêtard, il y a plein de gens qui s’adonnent à des activités très différentes
– et enfin, avec les entreprises, c’est très sérieux.
Pourquoi es-tu venu ?
J’ai rencontré les entreprises pour créer des contacts, échanger des cartes de visite.

 

Vincent Delevallé, président du Raid Centrale Paris
Qu’est-ce qui t’a donné envie de participer au Challenge du « Monde des Grandes Écoles et Universités » en 2011 ?
C’est un partenariat qui existe depuis quelque temps déjà avec le Raid Centrale Paris. On est revenus parce que c’est l’occasion d’avoir de la visibilité auprès de nombreux étudiants : c’est une opportunité pour faire parler de nous dans une bonne ambiance. Et puis, on organise aussi une épreuve du CDMGEU.
Qu’est-ce qui t’a le plus marqué ?
Le nombre et la diversité des écoles représentées, tant par la provenance géographique que par le domaine d’études. J’ai pu à la fois rencontrer des gens que je ne connaissais absolument pas et retrouver des gens que je connaissais et qui étaient dispersés un peu partout en France.
Comment décrirais-tu l’ambiance ?
C’était très sportif et festif avec toutes les fanfares qui jouaient. À la fin, on a organisé une épreuve dans le stade et on entendait le bruit d’une foule en délire, avec plein de jeunes et d’énergie.

 

Aurore Thiot, membre de l’équipe des pom-pom de l’INSA Rouen lors de l’édition 2011
Qu’est-ce qui t’a donné envie de participer au Challenge du « Monde des Grandes Écoles et Universités » en 2011 ?
Au départ, l’école nous a envoyé un mail pour nous prévenir qu’ils cherchaient à former une équipe de pom-pom girls. C’était un peu nouveau. Je me suis dit que c’était une expérience à vivre au moins une fois dans sa vie.
Quelle a été ta participation lors de la journée du Challenge du « Monde des Grandes Écoles et Universités » ?
Il y avait un concours qui opposait les pom-pom girls de chaque école. Tout au long de la journée, nous sommes allées supporter les sportifs (footballeurs et athlètes). D’ailleurs, notre équipe de football masculin a gagné à la fin de la journée. C’était intense !
Qu’est-ce qui t’a particulièrement plu ?
L’ambiance, parce que c’était vraiment énorme de se retrouver dans ce stade, avec autant d’écoles toutes habillées différemment.
Une anecdote qui t’a marquée ?
La course des mascottes : elles sont toutes parties au top sauf une qui est partie en sens inverse !

 

Jessie Lemoine Zemmour, capitaine de l’équipe de foot féminine de l’ESCP Europe lors de l’édition 2011
Qu’est-ce qui t’a marquée lors de l’édition 2011 du Challenge du « Monde des Grandes Écoles et Universités » ?
C’est plutôt le monde, et surtout l’engagement des étudiants : certains étaient venus déguisés, d’autres avaient préparé des chorégraphies, des chansons…
Est-ce que l’événement s’est avéré à la hauteur de tes attentes ?
Je m’y étais rendue un peu à reculons, en particulier parce les entreprises étaient présentes et que par conséquent, on ne savait pas trop de quel genre d’ambiance il s’agirait. Mais en fait, c’était très détendu. Je ne pensais pas qu’il y aurait autant de monde. On a vu des équipes de foot qu’on n’avait jamais rencontrées auparavant.

Les pom-pom girls de l’INSA Rouen

Les pom-pom girls de l’INSA Rouen

Isabelle Pain, membre de l’équipe des pom-pom de l’INSA Rouen lors de l’édition 2011
Qu’est-ce qui t’a donné envie de participer au Challenge du « Monde des Grandes Écoles et Universités » en 2011 ?
« Le fait de pouvoir représenter mon école lors d’un tournoi sportif amical et de pouvoir rencontrer d’autres écoles et élèves. Il y avait également des représentants de certaines entreprises et c’est vrai que le CDMGEU pouvait être l’occasion de les approcher et de prendre des contacts pour d’éventuels futurs stages. »
Quelle a été ta participation lors de la journée du Challenge du « Monde des Grandes Écoles et Universités » ?
« J’ai fait partie de l’équipe de pom-pom girls de l’INSA de Rouen. Je n’y ai pas participé de façon sportive mais uniquement en tant que supporter. Je n’ai pas participé à beaucoup d’activités à part, bien sûr, le jeu organisé par le Journal des Grandes Écoles ! Nous avons surtout suivi les différentes équipes de l’INSA sur les terrains pour les encourager. »
Qu’est-ce qui t’a particulièrement plu ?
« Tout ! L’ambiance surtout était vraiment chouette. De voir autant d’étudiants réunis dans un même endroit dans le seul but de faire du sport et de s’amuser, de défendre leurs couleurs et leur école… C’était vraiment une très bonne expérience. »
Comment décrirais-tu l’ambiance de cette journée ?
« C’était vraiment une super ambiance. C’était à celui qui ferait le plus de bruit pour son école mais toujours dans une ambiance étudiante agréable et bon enfant. »

 

Nicolas Bausson, responsable du bureau des sports de l’École Polytechnique, a assisté à la conférence de lancement de l’édition 2012 du Challenge du « Monde des Grandes Écoles et Universités »
Qu’as-tu envie de raconter à tes camarades sur le Challenge du « Monde des Grandes Écoles et Universités » ?
« Je vais surtout leur parler de la partie sportive, bien sûr. J’ai noté deux épreuves qui sont particulièrement attractives. Tout d’abord, le relais 10 x 200 mètres, car l’athlétisme est surtout une discipline individuelle. Le relais ajoute une dimension d’équipe et une part de solidarité. Ce sont des dimensions importantes pour les polytechniciens, et qui permettent de se supporter les uns les autres, de créer une grosse ambiance dans le stade ! L’autre élément qui m’a marqué est la partie sensibilisation au handicap. Surtout le fait que les valides puissent participer, faire du basket fauteuil, c’est une très bonne idée. Je vais faire en sorte que l’on envoie des participants, car je trouve cela important de nous ouvrir, de rencontrer des personnes handicapées, de faire des choses ensemble. »
Que penses-tu de la partie forum entreprises ?
« Elle est très intéressante aussi. Cela va nous permettre de prendre des contacts, de découvrir des entreprises. D’autant plus que c’est un forum différent de ceux où l’on se présente en costume cravate pour un contact assez formel. Venir en baskets et short permet de désacraliser la relation avec l’entreprise. Car pour l’instant, nous sommes encore un peu “coincés” et en plus, nous n’avons pas l’habitude de porter des chemises ! »

 

Claire Bouleau

 

 

Pour vous inscrire, rendez-vous sur www.cdmge.fr