La Conférence des grandes écoles (CGE) a analysé le parcours des fondateurs des start-up qui ont participé au Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas, rendez-vous incontournable de l’électronique et de l’innovation. 190 start-up et entreprises en croissance françaises étaient présentes à Las Vegas du 6 au 9 janvier 2016, dont 22 start-up labellisées « French Tech ». La France est la deuxième délégation la plus représentée après les Etats-Unis (193 start-up) et la première au niveau européen, largement devant Israël (17), le Royaume-Uni (14) et l’Allemagne (10).


Plus de 8 fondateurs sur 10 issus de Grandes écoles



 

L’étude réalisée sur les 190 start-up dresse un constat significatif : 83% des fondateurs ont été formés dans les Grandes écoles dans un cursus principal ou complémentaire.

« Ce résultat confirme que le passage par une Grande école favorise le développement du potentiel d’innovation des futurs créateurs » constate Francis Jouanjean, délégué général de la CGE. « C’est un levier important dans la création de richesses et d’emplois dans des secteurs porteurs » ajoute-t-il.

 

 

Réalisée pour la première fois l’an dernier, Cette enquête avait montré que 78% des fondateurs de start-up présentes au CES de 2015 avaient été fondées par des diplômés de Grandes écoles. Des profils de créateurs variés ayant des formations de nature différentes L’analyse de la CGE a permis de pousser le constat plus loin en analysant la formation principale (master, diplôme d’ingénieur…) et la formation complémentaire (MS, MBA…) des fondateurs. Ainsi 79% des fondateurs de ces start-up ont obtenu leur diplôme principal dans une Grande école et 64% en formation complémentaire. L’étude montre que les profils des créateurs sont très variés : ingénieurs, managers, designers… L’hybridation des compétences nourrit la recherche d’idées nouvelles et la création d’entreprises capables de développer des innovations de rupture qui changent le monde.

 

 

Focus sur la méthodologie de l’étude

Parmi les 190 start-up présentes sur le CES de Las Vegas, la CGE a pu identifier le ou les fondateurs de 156 d’entre elles.
Lorsqu’au moins un des fondateurs de la start-up avait, au cours de son parcours, étudié soit en formation principale (correspond à des formations
de niveau Bac+5) soit en formation complémentaire (MBA, MS, doctorat…) dans une Grande école, la start-up a été considérée comme fondée par un étudiant de Grande école.

 

La contribution des Grandes écoles au développement de l’entrepreneuriat en France

Le dynamisme des Grandes écoles et le développement de leur potentiel entrepreneurial s’expriment à travers la stimulation de l’esprit de créativité et d’initiative des étudiants. Le lien avec l’entreprise, l’ouverture à l’international et un ancrage territorial fort, placent les Grandes écoles au coeur du développement économique.

 

Créée en 1973, la Conférence des grandes écoles (CGE) regroupe 218 établissements d’enseignement supérieur et de recherche français et étrangers représentant tout le spectre des formations supérieures en Grandes écoles de niveau Master et au delà. Assurant une formation de masse (40% des masters délivrés chaque année en France) et de recherche intensive (50 % des thèses dans les disciplines couvertes par les Grandes écoles), les Grandes écoles mettent en cohérence un projet pédagogique en fonction du profil de l’étudiant et des débouchés professionnels.

Véritable label de qualité, la CGE s’assure du respect par l’ensemble de ses membres de ses principes fondamentaux (excellence, insertion professionnelle, ouverture internationale, accréditation des formations…). Les 218 Grandes écoles membres permettent à la France de proposer une offre de formation et de recherche à déclinaisons multiples et de répondre ainsi aux besoins très variés des entreprises.