Pourquoi certains clubs de football anglais sont au bord de la faillite ?

• Après avoir étudié la performance sportive, économique et financière des clubs de football anglais, Christophe Germain a observé des anomalies de gestion dans les clubs anglais

• Certains clubs anglais sont au bord de la faillite, pourtant, les investisseurs sont toujours aussi nombreux à financer dans ces équipes

Christophe Germain, DGA et directeur des programmes d’Audencia Business School, a étudié la rentabilité des clubs de football de la Premiere League. Après avoir observé la performance économique, financière et sportive de la première division française, Christophe Germain a transposé son étude à l’Angleterre. Il a observé plusieurs anomalies de gestion, certaines équipes seraient même au bord de la faillite. Explications.

 

Pourquoi étudier la rentabilité des clubs anglais ?

Tout d’abord, car je suis passionné de football. Ensuite, il s’agit d’une réflexion globale débutée il y a 3 ans avec une étude sur la première division française. Le football génère beaucoup de business et nous souhaitions approfondir la situation. Il nous est apparu intéressant d’observer les clubs anglais, car la Premiere League est perçue comme un exemple.

Nous voulions savoir s’il y avait un cercle vertueux, si les performances sportives génèrent aussi des performances économiques et financières.

Capture d’écran de l’étude de Christophe Germain : cercle vertueux de la performance des clubs de football

 

Performance économique et sportive sont donc intimement liées ?

L’une ne peut pas aller sans l’autre. Plus un club est performant sur le plan sportif, plus il va générer d’argent. Si le club génère de l’argent, il va se permettre d’acheter des joueurs d’un meilleur niveau et ainsi améliorer la performance sportive.

 

« C’est une sorte de « fuite en avant », les équipes génèrent de plus en plus de revenus grâce aux droits de retransmission, mais ils déboursent de plus en plus d’argent en transferts. »

 

Comment expliquer que l’accroissement de la performance économique n’entraîne pas un accroissement de la performance financière ?

Lorsque les clubs génèrent du résultat et des recettes, ils utilisent cet argent pour acheter et payer des joueurs. C’est une sorte de « fuite en avant », les équipes génèrent de plus en plus de revenus grâce aux droits de retransmission, mais ils déboursent de plus en plus d’argent en transferts. Presque tous les clubs sont endettés, certains ont des capitaux négatifs permanents et se trouvent en situation de faillite, comme Chelsea.

 

« Le football est un environnement irrationnel comme les investisseurs qui considèrent que ces clubs ont une valeur supérieure à leur valeur financière ! »

 

Comment arrivent-ils à survivre à leur faillite ?

Le football est un environnement irrationnel comme les investisseurs qui considèrent que ces clubs ont une valeur supérieure à leur valeur financière ! Pour preuve, ils font confiance et beaucoup de clubs sont rachetés par de riches propriétaires. Ils vont réinvestir, apporter de l’argent au capital et rembourser de la dette. Cependant, ils ne gagneront pas d’argent. Aujourd’hui, la valeur des transferts a été multipliée par 2 ou 3, mais cela peut encore augmenter. Donc nous pouvons nous demander si ce modèle va atteindre son asymptote et exploser ou continuer cette fuite en avant. Tout est envisageable.

© Pixabay

 

En revanche, pourquoi certains clubs, comme Liverpool, ont de bonnes performances économiques et financières malgré une pauvre performance sportive ?

Le propriétaire du club de Liverpool, la société Fenway Sport Group, a progressivement épongé les dettes du club qui se trouvait alors en situation de faillite depuis 2010. Pourquoi ? Des bruits courent actuellement sur la possible « entrée » dans le capital du club d’un investisseur chinois. Peut-être est-ce donc pour « rendre la mariée belle » avant d’en céder une partie à bon prix.

 

« En France, les clubs les plus mauvais sur le plan financier avaient les meilleurs résultats sportifs et inversement. »

 

Quelle comparaison peut-on faire avec les clubs français ?

Si on reprend les trois pôles [performance sportive, économique et financière, NDLR], nous avions également mis en évidence une relation positive entre performance sportive et économique pour la France. En revanche, il n’y avait pas de relation entre performance économique et financière, contrairement aux clubs anglais. Cependant, nous avions constaté une relation négative entre performance financière et sportive. En France, les clubs les plus mauvais sur le plan financier avaient les meilleurs résultats sportifs et inversement. Cela s’explique par les dépenses folles dans l’achat dans les joueurs. Aujourd’hui, globalement, le championnat français est très loin de l’Angleterre, les montants ne sont pas les mêmes avec, malgré tout, deux exceptions : Monaco et le PSG.