Issue de la fusion de l’Ecole Centrale Paris et de Supélec, CentraleSupélec accueillera le 10 septembre 2017 ses étudiants sur son tout nouveau campus. Incarnation du rapprochement de ces deux partenaires historiques, il représente ainsi une étape essentielle dans la réalisation de l’ambition de l’institution : devenir une référence mondiale pour la formation des leaders de culture scientifique et technique dont le monde a besoin.

 

Un bâti en rupture

Construire l’école du 21e siècle, adaptée à l’évolution de la recherche et ouverte sur la Cité : telle était la volonté de CentraleSupélec dans la création de son nouveau campus. Une ambition qui « induit des ruptures fortes dans le bâti et dans la vie du bâti. Le campus devait représenter notre identité et nos valeurs : préparer des ingénieurs de très haut niveau, en capacité d’appréhender toutes les problématiques des entreprises et de porter le changement dans un contexte multiculturel et multidisciplinaire », indique Hervé Biausser, Directeur Général de l’école.

C’est ainsi dans cette optique que l’espace a été structuré en quatre champs (la Sciences & la Technique, l’Entreprise, le Monde et l’Homme) et la structure divisée en univers, chaque univers représentant un des champs avec une très grande flexibilité du bâti.

Ouverture et flexibilité

CentraleSupélec a aussi fait de l’ouverture un maitre-mot dans la création de ses nouveaux bâtiments. « Une ouverture sur la ville et sur le monde qui se concrétise par les principes de la diagonale et du forum qui favorisent les rencontres. Tout le monde doit pouvoir se croiser, se mélanger », insiste l’agence néerlandaise OMA, conceptrice du bâtiment Gustave Eiffel. Un concept d’ouverture visant à permettre aux étudiants de faire de l’école un lieu de travail bien sûr, mais aussi un lieu de vie, constitué de grands espaces et de petites bulles. Avec un mot clé : IN-TE-GRA-TION !

Zoom sur les nouveaux bâtiments

C’est d’ailleurs dans cette dynamique que l’architecture du nouveau campus a été imaginée autour de trois bâtiments : Gustave Eiffel et Francis Bouygues, tout juste sortis de terre et Louis C. Breguet, préexistant, selon plusieurs principes : l’hybridation, la densité, la sérendipité, la diversité, l’adaptabilité et la flexibilité.

Porté par ces principes, le bâtiment Gustave Eiffel (aussi nommé LabCity) accueille les activités de recherche et d’enseignement, la vie associative, un auditorium de 970 places, de nombreux amphis et espaces collaboratifs de travail, un centre de langues mutualisé avec Paris-Sud et l’ENS Paris-Saclay, un centre de documentation et un impressionnant espace de restauration complètement ouvert et partagé avec les partenaires de l’école sur le Plateau.

Le bâtiment Francis Bouygues est quant à lui dédié aux laboratoire liés à l’entreprise ou à la simulation, à la Fabrique CentraleSupélec (centre de ressources et d’expertises de 1 200 m2 spécialisé dans l’électronique, la mécanique et l’informatique), à l’incubateur (30 places) et à des équipements sportifs couverts. Un mur d’escalade devrait même être opérationnel dans les prochains mois.

L’émotion d’Hervé Biausser, Directeur Général de CentraleSupélec

« Pour moi, ce nouveau campus est du domaine du rêve. Les bâtiments de Châtenay avaient à peine un an quand j’ai commencé à y étudier. Quelle émotion de les fermer et de découvrir ce nouveau campus en tant que directeur. C’est vraiment un magnifique outil de travail. Nous étions convaincus que le campus serait réussi si nous n’avions pas l’impression d’entrer dans une école : je crois qu’on peut dire que nous avons relevé le défi !»

Le logement étudiant, ça se passe à SerendiCity !

Sur le nouveau campus, le logement étudiant a été imaginé en deux lots. Un premier de 1 100 chambres prêtes à recevoir les étudiants pour cette rentrée et un second qui mettra à disposition 154 logements et 224 places en septembre 2018.

« Il y avait beaucoup de mystères autour de ce nouveau campus »

Alors qu’elle va faire sa rentrée à CentraleSupélec le 10 septembre prochain, Louise a eu la chance de découvrir son nouveau campus en avant-première. « J’étais très impatiente de le découvrir. Je ne suis pas déçue et suis même hyper surprise ! Cette architecture très contemporaine montre bien que CentraleSupélec est une école tournée vers l’international, une école qui bouge ! Les deux nouveaux bâtiments favorisent l’échange et la rencontre et incarnent bien l’aspect de l’ingénieur communicant que nous devrons être en entreprise. Car le job d’ingénieur, ce n’est pas que des maths ! J’ai hâte de découvrir le campus avec les autres étudiants mais j’aime déjà beaucoup le cœur du bâtiment Gustave Eiffel et sa cafet’ qui est au centre de tout. Ça peut être marrant de manger à côté d’un prof ou d’un étudiant d’une autre école ! »