Les grandes Ecoles qui forment des informaticiens de haut niveau

 

Banque coopérative régionale du groupe BPCE, 2e groupe bancaire français, la Caisse d’Epargne Rhône Alpes (CERA) accompagne plus de 2 millions de clients dans cinq départements. Un réseau créatif et dynamique que nous présente Jean-Bernard Mateu (X 83-Télécom ParisTech 88), le président de son directoire.

 

 

Jean-Bernard Mateu

Jean-Bernard Mateu

Banque régionale, la CERA est un acteur clé de l’économie dans cinq départements de la région Rhône-Alpes : le Rhône, l’Isère, l’Ain, la Savoie et la Haute-Savoie. Ses 3 000 collaborateurs, déployés dans 300 agences et 6 centres d’affaires, servent tous les marchés – particuliers, professionnels, entreprises, collectivités locales, associations, organismes en charge du logement social…– dans tous leurs besoins. « Nous sommes avant tout au service de notre région, explique Jean-Bernard Mateu, et, en tant que 2e Caisse d’Epargne de France, nous avons la capacité d’ingénierie suffisante pour assurer une grande palette de missions, qui vont de la gestion des comptes courants à la gestion de fortune, de l’accompagnement des entreprises à celui des grands projets des collectivités locales, comme le chantier de rénovation du quartier de la Confluence à Lyon, dont nous avons dirigé le financement. Nous sommes également le premier financeur des stations alpines, en étant partenaire – et dans certains cas actionnaire et administrateur – des sociétés de remontées mécaniques. »

 

Une banque au service des citoyens !
A travers ses actions de Responsabilité Sociétale d’Entreprise, dotées d’un budget de cinq millions d’euros en 2011, la CERA s’implique au sens large dans la vie de la cité en soutenant de multiples événements organisés sur son territoire. « Parce qu’il ,est dans nos gènes de banque mutualiste d’être au service de la collectivité et des citoyens, nous sommes très impliqués dans le mécénat culturel. Nous apportons, notamment, notre soutien à de grands rendez-vous tels que le Festival de musique baroque d’Ambronay ou Les Nuits de Fourvière, à des établissements culturels comme les musées des Beaux-arts de Grenoble et de Lyon ou encore aux Studios Rhône-Alpes Cinéma. Nous sommes également mécènes sportifs et, à ce titre, la CERA est un partenaire historique et fidèle de la Fédération Française de Ski. » Pour aller plus loin dans ses actions de solidarité, la CERA s’est dotée d’une Fondation qui intervient dans trois grands domaines : la recherche médicale sur le vieillissement, l’insertion sociale des personnes fragilisées et le soutien à la création d’emploi. « Nos performances financières sont très élevées et nous n’avons pas d’actionnaires à servir. Cette implication citoyenne, que rend possible notre réseau de 600 000 sociétaires, profite de manière vertueuse à l’économie locale : en apportant des moyens financiers à la culture ou à l’insertion, nous contribuons indirectement à générer de l’activité dans nos territoires. Ce mélange fructueux fait toute la noblesse de notre métier de banquier régional et coopératif. »

 

Un acteur majeur de la vie économique
Soulignant que les initiatives en faveur du développement de l’emploi, ont, en dix ans, contribué à la création de 5 000 emplois, Jean-Bernard Mateu précise que la CERA est présente, par l’intermédiaire de fonds d’investissement, au capital de près de 200 entreprises régionales. Au travers de sa filiale commune avec Siparex, elle investit également dans de nouveaux fonds pour soutenir l’économie locale : « Présents dans des fonds spécifiques dédiés à la création d’entreprise, nous allons monter en puissance dans le fonds « Rhône-Alpes Création 2 » et, aux côtés de la région et avec Siparex, nous sommes partie prenante du lancement du Fonds régional d’investissement. Nous travaillons aussi sur des dispositifs innovants orientés vers les TPE, qui ne sont pas la cible traditionnelle des fonds d’investissements existants, car nous sommes convaincus que les TPE d’aujourd’hui seront les PME de demain si l’on accompagne leur développement. » Comptant parmi les premiers employeurs rhônalpins, la CERA va renforcer son maillage du ,territoire par la création de nouvelles agences : « Pour accompagner notre croissance, souligne Jean-Bernard Mateu, nous offrons aux jeunes diplômés Bac +5 de nombreuses portes d’entrée dans tous les métiers de la banque, en particulier dans le management commercial ainsi qu’au sein de notre direction financière. Nous avons notamment besoin de talents dans le montage de projets de financements complexes pour les entreprises et les collectivités. Par la formation et la mobilité, nous offrons de vraies perspectives d’évolution de carrière, en interne, mais aussi, pour les forts potentiels, dans l’ensemble du groupe BPCE. »

 

L’innovation dans tous les domaines…
« Ce qui nous guide, assure Jean-Bernard Mateu, c’est d’avoir toujours un coup d’avance pour mieux servir tous nos clients ! » Pour conquérir de nouvelles parts de marché – en hausses constantes ces trois dernières années – la CERA va continuer à proposer « des produits, des placements et des services à la pointe de l’innovation technique et financière ». Et, forte de son appartenance au groupe BPCE, des innovations, elle en porte beaucoup ! « Grâce à notre filiale Natixis, nous apportons notre caution aux entreprises locales qui exportent grâce à une « Garantie à l’étranger ». Pour aider les particuliers à préparer leur fin d’activité professionnelle, nous avons lancé au début de l’été le livret « Solution Libre Retraite », un produit simple et accessible, qui offre – cas unique sur le marché – une rémunération garantie sur une durée de 16 ans. » Lancée au milieu de l’année dernière, l’agence à distance « monbanquierenligne.fr » atteste, quant à elle, de la stratégie ambitieuse de CERA dans le domaine des technologies de l’information. Cette initiative, qui a déjà séduit plus de 10 000 clients, permet à la fois au client d’être suivi par un conseiller attitré, mais aussi de souscrire et de contractualiser en ligne des produits bancaires grâce à une sécurisation quasiinstantanée : « L’entrée dans nos vies quotidiennes des nouvelles technologies a bouleversé à la fois notre rapport au temps et les relations interpersonnelles, la généralisation de la correspondance par email ayant eu pour effet de re-personnaliser les échanges. Il est crucial d’adapter en permanence ,notre offre aux nouvelles attentes. » Pour la CERA, l’innovation peut aussi être festive. Ainsi, en juin 2012, la banque conviera-t-elle ses 600 000 ,sociétaires à un pique-nique multi-sites afin de commémorer le tricentenaire de la naissance de Jean-Jacques Rousseau. Elle est aussi partenaire, via sa Fondation d’Entreprise, des manifestations qui seront organisées à cette occasion dans la région Rhône-Alpes tout au long de l’année : « Figure régionale de premier plan, au delà de l’argent, le philosophe a célébré certaines des valeurs humaines qui fondent l’éthique de la Caisse d’Epargne et qu’il nous semble important de porter. »

 

Les SI, un enjeu majeur
« Au-delà des connaissances techniques de base, j’ai acquis à Telecom ParisTech des méthodes de travail et d’analyse, une capacité à mener des projets d’envergure et à détecter les opportunités et les obstacles. J’y ai appris aussi à développer mon esprit critique ! » Diplôme en poche, Jean-Bernard Mateu a rejoint le secteur bancaire, où il a déroulé tout son parcours en évoluant vers des métiers non techniques comme le marketing, le commerce ou les RH : « J’avais envie, précise-t-il, d’appliquer les technologies que j’avais apprises, dans un secteur ouvert sur le monde et de les mettre au service d’univers économiques différents. La banque m’est très vite apparue comme réunissant tous ces paramètres. Aujourd’hui, plus que jamais, les systèmes d’information sont un enjeu crucial pour la banque. Ses performances reposent autant sur la fiabilité et sur la disponibilité des données qu’ils lui apportent, que sur la capacité qu’ils ont de lui permettre de proposer de nouvelles offres innovantes à un rythme accéléré. Les systèmes d’information ont aussi un impact sur la vie au travail des collaborateurs et, pour améliorer les processus de gestion, leur architecture fonctionnelle et technique doit être évolutive et résolument au service de la fluidité et de la qualité. Qualité dont nous avons fait un axe stratégique fort de développement ! »

 

Une nouvelle ère pour la banque
Administrateur du Cercle Turgot, un think tank qui porte la réflexion sur les grands sujets économiques, ,financiers et sociaux et qui veut promouvoir les jeunes talents, auteurs, économistes et chercheurs, Jean-Bernard Mateu estime que le système bancaire est entré dans une nouvelle ère : « La crise que nous traversons est avant tout une crise de confiance dans les Etats, dont les banques détiennent des titres. Il est important de bien faire la distinction entre le monde financier en général et les banques, et notamment les banques de dépôt. Les banques régionales vont donc être en première ligne pour réaliser cet important travail de pédagogie auprès du grand public. Vaisseau amiral du groupe BPCE et première Caisse d’Epargne de France en termes de rentabilité et d’efficacité commerciale, la CERA offre un environnement très stimulant sur le plan intellectuel et humain. Elle a besoin des meilleurs talents pour continuer de grandir dans l’excellence et pour relever les grands défis de demain ! »

 

CG

 

Contact : www.recrute.caisse-epargne.com/