Le cadre intermédiaire se situe au milieu de la ligne hiérarchique. Il a pour responsabilité principale de concilier les décisions stratégiques de la direction et les acteurs du terrain. Audrey Rouziès, maître de conférences au département stratégie de TSM, nous explique tout ce qu’il faut savoir sur un poste qu’elle considère « entre le marteau et l’enclume ».

 

Le rôle clé du cadre intermédiaire ? Être l’arbitre et le lien entre direction et terrain. « Il a un rôle descendant, car il fait circuler les valeurs de l’entreprise et applique les décisions prises en amont. Il a également un rôle ascendant, car il est au contact du terrain. Il est en charge de faire remonter les éléments commerciaux et marketing auprès de la direction stratégique. Le cadre intermédiaire a ce rôle d’aiguillon qui lui permet de venir challenger la direction stratégique. Cependant, dans certaines entreprises, il peut se trouver entre deux flux d’informations contraires et cela peut conduire à des situations compliquées. »

 

Une responsabilité aux multiples compétences

Communication, gestion de projets et gestion des conflits, tels sont les outils qui composent la palette du cadre intermédiaire et qui sont nécessaires pour pouvoir prétendre à ce poste. Audrey Rouziès explique : « si un diplômé souhaite s’orienter vers ce type de responsabilité, je lui conseille, en complément de sa formation à la gestion et au management, de s’orienter vers des formations autour de la gestion de conflit, de la communication non violente et de la programmation neurolinguistique. Ces formations sont de réels accélérateurs de carrière. Le cadre intermédiaire se retrouve au cœur de l’information, mais également au milieu des conflits, il est important de bien savoir les gérer. Il doit également posséder des compétences en management d’équipes. »

Comment devenir cadre intermédiaire ?

En sus des compétences requises pour l’exercice du métier, un employé ne peut prétendre au poste de cadre intermédiaire avant plusieurs années d’ancienneté. « Le chiffre peut varier de la taille de l’entreprise et du pays dans lequel on se place, mais en moyenne, en Europe, c’est un poste obtenu après sept ans de carrière. Dans certaines petites structures innovantes, type startup, un jeune diplômé pour exercer en tant que cadre intermédiaire après un ou deux ans. Dans une multinationale, il faut une dizaine d’années avant de prétendre à ce poste. Aujourd’hui, on observe que ce titre est de mieux en mieux considéré, qu’il est reconnu et très souvent, on prend de plus en plus soin d’écouter les cadres intermédiaires. »

Un métier aux multiples opportunités

Le cadre intermédiaire a la possibilité d’évoluer dans son entreprise. Ce poste offre de nombreuses opportunités grâce aux compétences développées. Il peut alors prétendre à un poste dans la gestion de projet. « Le cadre intermédiaire est un bon coordinateur qui sait faire circuler l’information et faire travailler ensemble plusieurs services. Ceci constitue des caractéristiques nécessaires pour être chef de projet. »

Au-delà de cette possibilité de carrière, le cadre intermédiaire peut également s’orienter vers les métiers du conseil interne. « Si le cadre intermédiaire sait maximiser sa compétence de circulation de l’information, il peut exercer en tant que conseiller interne pour faire descendre les valeurs et les indicateurs de performance que la direction veut faire circuler. » À terme et selon la culture de l’entreprise, le cadre intermédiaire peut progressivement évoluer et atteindre des postes de direction.

 

Pour découvrir des opportunités dans les plus grandes entreprises et des témoignages de dirigeants inspirants, c’est par ici : 

norelem : l’industrie 4.0 n’attend que vous !

« Laissez-vous gagner par l’usine du futur 4.0 et découvrez un monde d’opportunités » assure Coskun Duman, Directeur Général du groupe norelem.

GBH : cultivons l’envie d’entreprendre

Si Michel Lapeyre est un DG épanoui, c’est parce que le Groupe Bernard Hayot est un acteur 100 % familial qui offre de réelles opportunités dans un contexte international challengeant !

Total tête de proue du projet Amiral

Avec le Projet Amiral, Total accélère son développement au Moyen-Orient. Son directeur, Jean-Jacques Mosconi (ENS 77), dévoile les contours de ce nouveau complexe pétrochimique et les challenges qui attendent les jeunes diplômés.   Après avoir...

Avec Otis Elevator, prenez l’ascendant sur votre carrière

160 après sa création, Laurent Chevalier, Directeur France Field Operations d’Otis Elevator, perpétue l’esprit d’innovation spécifique à Otis Elevator

Sauvez des vies avec Novo Nordisk

Depuis plus de 95 ans, Novo Nordisk lutte contre le diabète. Et si Aude Montin (IMT Mines Albi-Carmaux 2004), Directrice Contrôle Qualité, a tout de suite été séduite par cette société danoise, c’est parce que chaque jour, elle sauve des vies...

CIBEX : une success story racontée par son fondateur

En 1997, Robert Pivont a fondé CIBEX, promoteur constructeur. Découvrez le parcours et les conseils de ce chef d’entreprise inspirant

Solvay : quand la chimie relève les défis sociétaux

Entre Béatrice Totel et Solvay, il y a une vraie alchimie ! Opportunités, innovations, transition écologique… Le géant de la chimie offre des parcours passionnants

Une carrière sous un nouveau jour chez Cofidis

Nicolas Wallaert (IÉSEG School of Management 95), Directeur Général de Cofidis, vous dévoile en exclusivité ce que vous pouviez ignorer sur cette entreprise connectée et engagée.

Assystem : le bon mix entre projets d’ingénierie et enjeux de société

Vous souhaitez façonner le monde de demain ? Stéphane Aubarbier, COO du GroupeAssystem, vous amène au cœur des mutations énergétiques et digitales.

SNCF invente l’avenir !

Sophie Chambon-Diallo, Directrice RSE et développement durable du Groupe SNCF, ouvre ses portes aux jeunes créatifs passionnés par la transition écologique.