C’est l’heure du bilan pour le Chapitre des grandes écoles de management ! Un an après avoir pris la tête du Chapitre, sa présidente Alice Guilhon et Christophe Germain, son nouveau VP (suite au départ de TBS de François Bonvalet) sont revenus le 6 novembre dernier sur les succès 2019 et les sujets chauds qui ponctueront 2020.  

 

Tableau d’honneur pour les écoles du Chapitre. En termes d’insertion professionnelle de leurs diplômés tout d’abord, comme en attestent les chiffres premier emploi très positifs révélés dans sa dernière enquête d’octobre 2019. Un succès confirmé par les classements internationaux, dont celui du FT dans lequel 25 écoles françaises sont présentes parmi les 100 listées. « Il y a très peu d’écoles classées par pays. Ces chiffres sont assez exceptionnels, sachant que de grandes nations sont absentes. Halte au « grandes écoles bashing » : il faut se satisfaire des belles réussites des business schools françaises depuis 20 ans… même s’il y a encore du travail à faire bien sûr », insiste Alice Guilhon, présidente du Chapitre et DG de SKEMA BS.

>>> Tout savoir sur la dernière enquête insertion de la CGE

Les dossiers chauds

Et le travail ne manque pas sur le bureau du Chapitre ! Parmi les plus gros sujets d’actu :

#1 La prise de parole dans le débat public. « Les écoles de management ont toute leur place dans les débat portant sur les sujets enseignement supérieur. Mon rêve serait que nos professeurs interviennent en tant qu’expert sur leurs sujets auprès du grand public ! » martèle Alice Guilhon. Car « si les tribunes sont souvent dévolues aux sociologues et économistes, les gestionnaires ont aussi beaucoup de choses à dire », ajoute Christophe Germain, VP du Chapitre et DG d’Audencia.

#2 Le déploiement du Grade  de Licence récemment officialisé. « Nous remercions Frédérique Vidal d’avoir soutenu notre travail en la matière. Car il y va de la compétitivité internationale du système de l’enseignement supérieur français, à laquelle il est important que participent les écoles de management », insiste la présidente du Chapitre.

 

  « Nos écoles de management sont des facteurs de rayonnement et d’attractivité très importants pour notre pays.  A chacun de nos voyages, nous sommes des ambassadeurs de la France qui participent à l’impact de la France à l’étranger » – Christophe Germain, VP du Chapitre et DG d’Audencia.

 

#3 L’ouverture sociale. Alors que Frédérique Vidal a interpellé des acteurs emblématiques de l’ESR sur ce sujet, l’heure est aux propositions. Parmi elles, la polémique allocation de points bonus aux boursiers. Et sur ce sujet, la prudence est de mise du côté du Chapitre. « C’est un sujet complexe sur lequel nous ne pouvons parler au nom de écoles car nous ne nous sommes pas encore réunies pour en discuter. Si toutes les pistes méritent d’être explorées, il faut toujours garder l’équité comme fil rouge », indique Christophe Germain.

>>> La CGE s’engage pour l’ouverture sociale dans les grandes écoles

#4 La perte de vitesse des prépas. Si elle admet que la croissance de la filière reste légère, la présidente du Chapitre continue à voir dans les classes prépa la « filière royale vers les écoles de management. Une filière sélective mais surtout, un dispositif résolument méritocratique. Nous continuerons à nous battre pour les prépas qui font partie de notre ADN.» Une porte ouverte au retour des prépas intégrées ? « Pourquoi pas, rien n’est tabou » précise-t-elle.  

#5 Surfer sur l’actualité internationale. « Les étudiants en gestion sont les plus nombreux au sein de la communauté des jeunes dans le Supérieur… et ça va continuer ! Au regard des évolutions économiques et géopolitiques de certains pays, l’écosystème français s’impose comme une vraie alternative. L’effet Brexit se fait par exemple clairement ressentir au sein de nos institutions. De plus en plus d’étudiants indiens quittent ainsi le UK pour la France. Et parallèlement, l’Europe profite aussi de l’effet Trump. Le classement de nos écoles dans le FT (un classement plébiscité en Inde et Chine) leur permet aussi de  tirer leur épingle du jeu », précise Christophe Germain.  

Quels relais de croissance ?

Pour relever ces défis, plusieurs relais de croissance sont listés par le Chapitre. Le Programme Grande Ecole (PGE) tout d’abord. « Un programme pépite voués à être également soutenu par les MS, les MSc et les Executive MS, des programmes très professionnalisants en un ou deux ans » indique Alice Guilhon. Autre pistes en vue : le Bachelor et l’Executive Education.