SI L’ON REGARDE D’UNE FAÇON GÉNÉRALE, LES GRANDS MÉTIERS DES DIPLÔMÉS N’ONT PAS ÉVOLUÉ DANS LEURS ACTIVITÉS GLOBALES : MARKETING, VENTE, COMPTABILITÉ, FINANCE ET RESSOURCES HUMAINES CONSTITUENT LA BASE. EN REVANCHE, SI ON REGARDE DE PLUS PRÈS, ON CONSTATEÉVIDEMMENT QUE CES MÉTIERS SUIVENT NATURELLEMENT L’ÉVOLUTION DE L’ÉCONOMIE FRANÇAISE AVEC :

© EMLV - école de Management Léonard de Vinci -Paris

© EMLV - école de Management Léonard de Vinci -Paris

– plus de métiers orientés services et clients, y compris les services à la personne
– plus de postes dans le conseil, la communication et les services liés à la digitalisation de l’économie – plus de postes en CDD (et donc moins en CDI)
Ainsi, à titre d’exemple, pour l’EMLV, les principales fonctions occupées d’après la dernière enquête Premier Emploi, sont les suivantes :
• Commercial (dont ingénieur d’affaires) : 32 %
• Gestion, Finance, Comptabilité : 19 %
• Audit/Conseil : 12 %
• Marketing : 9 %
Et évidemment, ces fonctions sont majoritairement dans les secteurs des services avec principalement :
• Finance, Banque/assurance : 20 %
• Communication/Publicité : 18 %
• Technologies de l’information : 18 %
• Commerce/Distribution : 13 %
• Industries : 12 %
Malgré une diminution, les embauches se font encore aux 2/3 en CDI. Par ailleurs, la proportion de diplômés qui débutent par un poste à l’étranger ou par un poste qui a une forte dimension internationale augmente régulièrement, reflétant l’internationalisation des profils et des opportunités.
Il est intéressant de noter que la tendance jusqu’en 2022 est positive avec des volumes de créations d’emploi important dans les métiers suivants :
• Cadres commerciaux
• Cadres de la banque et des assurances
• Cadres des services administratifs, comptables et financiers
• Vendeurs
• Attachés commerciaux
Au-delà des débouchés classiques, on constate évidemment que les métiers du digital, dans les secteurs des technologies de l’information, des services, mais également de l’industrie, prennent une place de plus en plus importante dans les offres qui sont faites aux jeunes diplômés.
A l’EMLV, l’enseignement dans les domaines du digital ont une place très importante, qui culmine avec la spécialisation de 5e année en « Digital Marketing Strategy », qui est suivie par la moitié des étudiants, reflet de la pertinence de cette formation et de l’intérêt des entreprises pour ces profils.
Finalement, ce qui rend notre formation unique est l’accent mis sur la transversalité. La transversalité entre nos 3 écoles post- Bac permet aux 3 500 élèves du Groupe de travailler ensemble sur des projets, de suivre des cours en commun, de s’investir dans les mêmes associations et de partager des locaux en commun. Le Groupe Léonard de Vinci est le seul groupe à proposer la transversalité à cette échelle, et ce, au niveau post-Bac : tous les élèves sur les 5 années de leur formation (environ 20 % du cursus, soit une année detravail en commun). Ils sont ainsi parfaitement préparés à la vie en entreprises où les managers, les marketeurs, les financiers côtoient au quotidien les ingénieurs et les designers. Les entreprises très enthousiastes, s’investissent à nos côtés pour leur confier des projets transversaux. C’est notamment le cas cette année de CISCO et PSA Peugeot Citroën. Chaque semestre, les élèves des 3 écoles suivent une semaine dite transversale au cours de laquelle ils travaillent en équipes mixtes sur des projets innovants : le numérique au service des étudiants en situation de handicap, la créativité, l’innovation au service des grands enjeux sociétaux et environnementaux, la création de nouveaux services pour la voiture connectée… Il est donc plus que jamais judicieux pour un bachelier de s’orienter vers des études en école de commerce car, dans les conditions actuelles, le baromètre de l’emploi à moyen terme est bien orienté.

 

PAR FRANÇOIS THÉRIN,
D.B.A. – DEAN AND DIRECTOR DE VINCI BUSINESS SCHOOL/EMLV (ECOLE DE MANAGEMENT LEONARD DE VINCI)