« Aider nos clients à gérer leurs enjeux de qualité, santé et sécurité, telle est la finalité de notre métier, explique Jacques Pommeraud, EVP France, Afrique & GSIT* chez Bureau Veritas. C’est une chance qui n’est pas donnée à tout le monde, mais aussi un travail qui a du sens et dont on mesure l’impact. »

 

[Le Business]

Qu’est-ce qui singularise Bureau Veritas ? Nous nous définissons comme une entreprise Business to Business to Society. L’ensemble de nos activités a une finalité sociétale. C’est le cas lorsque nos services d’évaluation et de certification de la conformité garantissent qu’un produit est vraiment bio, que l’eau d’une piscine est saine ou qu’un candidat au code de la route a le niveau ! Notre histoire, notre neutralité et l’expertise assurent aux entreprises qu’elles peuvent s’appuyer sur un tiers de confiance irremplaçable.

Le cœur de votre métier ? Aider nos clients à gérer leurs enjeux de qualité, santé et sécurité, protection de l’environnement et de responsabilité sociale, telle est la finalité de notre métier. On se doit d’établir et de maintenir une relation de confiance entre entreprises, pouvoirs publics et consommateurs. C’est une chance qui n’est pas donnée à tout le monde, mais aussi un travail qui a du sens et dont on mesure l’impact !

Un exemple de projets disruptifs ? L’usage de drones capables d’acquérir des données précises et créer un modèle numérique en ultra HD est déjà une réalité. Le travail d’inspection dans des lieux en hauteur, inaccessibles ou très étendus se fait en sécurité. Ce nouvel outil réduit aussi significativement la durée et le coût des missions. Bientôt la blockchain, cette technologie gravant dans le marbre numérique tous les échanges d’informations, permettra au consommateur final d’avoir une traçabilité réelle et inviolable sur ce qu’il mange et rendra le commerce des matières premières beaucoup plus rapide. Ces nouvelles technologies rendent le travail encore plus précis, mieux documenté et tracé.

[Le Boss]

Réussir pour vous, c’est ? Réussir, c’est jouer un rôle dans la société. J’ai toujours été motivé par l’impact que je pouvais avoir sur la société au sens large. En cela, Bureau Veritas est un formidable levier d’action pour sensibiliser, éduquer et mobiliser les entreprises à inscrire la RSE au cœur de leurs activités.

Votre conseil de dirigeant ? Après avoir évolué dans le conseil en stratégie puis dans l’IT, je viens de changer complètement de cap pour la deuxième fois. En réalité, il ne faut pas hésiter à se réinventer, avec audace, de temps en temps. C’est passionnant. A chaque fois, j’en tire au moins dix ans d’énergies nouvelles. Même si les réflexes et l’expérience jouent, tout est nouveau, tout devient intéressant pour aiguiser ma curiosité. Il n’y a pas cette lassitude que l’on pourrait ressentir dans une carrière linéaire.

Ce qui vous booste chez Bureau Veritas ? Je découvre le groupe depuis 9 mois et suis toujours aussi passionné. Même s’il compte 75 000 collaborateurs, il n’y a pas de bureaucratie ni de politique. J’y ressens plutôt un vrai sentiment d’entreprenariat au quotidien. Notre organisation par services couvrant tout le territoire, les moyens fournis (locaux, technologies, financements, etc.) permettent de se focaliser sur les clients, l’innovation, etc.

Comment emmenez-vous vos équipes vers la réussite ? Je prends beaucoup de plaisir, avec mon expérience, à repérer des talents et les faire émerger. Je les encourage à prendre des risques et je fais en sorte que des opportunités de développement leur soient offertes. Même si cela peut paraître convenu, je crois beaucoup au fait d’appliquer les valeurs de méritocratie. Ce rôle de coach, c’est cela aussi qui fait au fond ma réussite !

[L’Audacieux]

Le jeune dip’ qui a vocation à réussir chez vous ? Vu la variété des métiers proposés, il n’y a pas de profil type. En revanche, il faut être animé par un vrai esprit d’entrepreneur car nous donnons la responsabilité de comptes de résultat très jeune. Pour les auditeurs et inspecteurs de terrain, il faut aimer la diversité des situations, interagir et disposer d’un réel sens du client.

Sinon une qualité essentielle à mettre en avant ? Si je ne devais en retenir qu’une, ce serait l’éthique. Derrière les compétences techniques, Bureau Veritas cherche d’abord et avant tout des personnalités, des gens qui partagent ses valeurs. Comme nous sommes une tierce partie indépendante, il faut être neutre et impartial.

Un dernier conseil à un jeune diplômé ? La curiosité est essentielle à votre succès. Il faut s’intéresser à tout et poser des questions pour comprendre ses clients, ses collègues et son propre environnement Vous trouverez réellement de l’énergie dans la curiosité. Elle fait naître la créativité pour transformer les idées en stratégies concrètes.

 

 

L’emploi et les jeunes, où en sommes-nous ?

Lundi 24 juin 2019, le colloque « L’emploi des jeunes, aujourd’hui et demain » proposait des pistes de réflexion pour réduire le chômage des 18-25 ans.

QVT, confiance, collaboratif… Zoom sur le management à la française

Fini le management top-down, bonjour le lean management ! Les espaces se décloisonnent, le manager devient un véritable coach…

Freyssinet : tous sur le pont … pour relier le futur !

Rejoindre Freyssinet, c’est s’assurer une carrière en béton ! Témoignage de Christian Lacroix, président de Freyssinet France, pionnier du génie civil spécialisé.

SNCF : Un « conteur compteur » aux manettes de la direction financière

Suivez les conseils de Cédric Laroche, directeur financier de l’EPIC SNCF Holding, qui vous donne les clés d’un management et d’un leadership bienveillant !

LEON GROSSE : Le bâtiment, c’est maintenant !

Lionel Christolomme vous livre ses arguments béton pour vous donner envie de poser la première pierre de votre carrière dans cette entreprise centenaire.

4ème édition de l’Observatoire des Trajectoires Professionnelles : 1 actif sur 3 en transition professionnelle en 2018

1 actif sur 3 a connu une transition professionnelle en 2018, contre 1 sur 4 auparavant. C’est la première fois depuis quatre ans que l’Observatoire des Trajectoires Professionnelles, qui a interrogé 1 000 actifs en poste, observe une augmentation notable des transitions professionnelles en France. L’enjeu est de savoir si ces mouvements importants du marché préparent réellement l’avenir. C’est pourquoi cette 4ème édition, publiée par le Groupe Adecco en coordination avec LHH Altedia et le Groupe IGS, s’intéresse aux actifs face à la transformation des métiers et des compétences à venir, qui nécessite d’être préparée et anticipée.

Industrie des services : GSF balaie tous vos clichés !

Acteur majeur de la propreté et des services depuis 1963, GSF mise sur une richesse : ses collaborateurs. Plus qu’un métier, GSF, c’est une carrière passionnante ! Focus.

Chez Lyreco, les jeunes talents font forte impression

Le succès de la transformation de Lyreco ? Ses équipes ! Explications avec Yannick Lestiboudois, CTIO, et Nicolas Arroum, Chief People Office.

Schindler place l’innovation à tous les étages

Après 12 ans à Dubaï, Tokyo et Shanghai, Philippe Boué (ESTP 91) est le nouveau PDG de Schindler France. Il partage son ambition avec nous.

Comment dire stop au sexisme ordinaire au travail !

De la blague lourde au harcèlement en passant par des remarques sur la maternité ou un paternalisme faussement bienveillant, le sexisme reste une réalité dans le monde professionnel. Si on le qualifie souvent d’ « ordinaire », il n’est jamais banal pour autant. Le Medef s’est d’ailleurs engagé à lutter contre ce fléau professionnel lors d’une journée dédié le 13 juin dernier.