« Aider nos clients à gérer leurs enjeux de qualité, santé et sécurité, telle est la finalité de notre métier, explique Jacques Pommeraud, EVP France, Afrique & GSIT* chez Bureau Veritas. C’est une chance qui n’est pas donnée à tout le monde, mais aussi un travail qui a du sens et dont on mesure l’impact. »

 

[Le Business]

Qu’est-ce qui singularise Bureau Veritas ? Nous nous définissons comme une entreprise Business to Business to Society. L’ensemble de nos activités a une finalité sociétale. C’est le cas lorsque nos services d’évaluation et de certification de la conformité garantissent qu’un produit est vraiment bio, que l’eau d’une piscine est saine ou qu’un candidat au code de la route a le niveau ! Notre histoire, notre neutralité et l’expertise assurent aux entreprises qu’elles peuvent s’appuyer sur un tiers de confiance irremplaçable.

Le cœur de votre métier ? Aider nos clients à gérer leurs enjeux de qualité, santé et sécurité, protection de l’environnement et de responsabilité sociale, telle est la finalité de notre métier. On se doit d’établir et de maintenir une relation de confiance entre entreprises, pouvoirs publics et consommateurs. C’est une chance qui n’est pas donnée à tout le monde, mais aussi un travail qui a du sens et dont on mesure l’impact !

Un exemple de projets disruptifs ? L’usage de drones capables d’acquérir des données précises et créer un modèle numérique en ultra HD est déjà une réalité. Le travail d’inspection dans des lieux en hauteur, inaccessibles ou très étendus se fait en sécurité. Ce nouvel outil réduit aussi significativement la durée et le coût des missions. Bientôt la blockchain, cette technologie gravant dans le marbre numérique tous les échanges d’informations, permettra au consommateur final d’avoir une traçabilité réelle et inviolable sur ce qu’il mange et rendra le commerce des matières premières beaucoup plus rapide. Ces nouvelles technologies rendent le travail encore plus précis, mieux documenté et tracé.

[Le Boss]

Réussir pour vous, c’est ? Réussir, c’est jouer un rôle dans la société. J’ai toujours été motivé par l’impact que je pouvais avoir sur la société au sens large. En cela, Bureau Veritas est un formidable levier d’action pour sensibiliser, éduquer et mobiliser les entreprises à inscrire la RSE au cœur de leurs activités.

Votre conseil de dirigeant ? Après avoir évolué dans le conseil en stratégie puis dans l’IT, je viens de changer complètement de cap pour la deuxième fois. En réalité, il ne faut pas hésiter à se réinventer, avec audace, de temps en temps. C’est passionnant. A chaque fois, j’en tire au moins dix ans d’énergies nouvelles. Même si les réflexes et l’expérience jouent, tout est nouveau, tout devient intéressant pour aiguiser ma curiosité. Il n’y a pas cette lassitude que l’on pourrait ressentir dans une carrière linéaire.

Ce qui vous booste chez Bureau Veritas ? Je découvre le groupe depuis 9 mois et suis toujours aussi passionné. Même s’il compte 75 000 collaborateurs, il n’y a pas de bureaucratie ni de politique. J’y ressens plutôt un vrai sentiment d’entreprenariat au quotidien. Notre organisation par services couvrant tout le territoire, les moyens fournis (locaux, technologies, financements, etc.) permettent de se focaliser sur les clients, l’innovation, etc.

Comment emmenez-vous vos équipes vers la réussite ? Je prends beaucoup de plaisir, avec mon expérience, à repérer des talents et les faire émerger. Je les encourage à prendre des risques et je fais en sorte que des opportunités de développement leur soient offertes. Même si cela peut paraître convenu, je crois beaucoup au fait d’appliquer les valeurs de méritocratie. Ce rôle de coach, c’est cela aussi qui fait au fond ma réussite !

[L’Audacieux]

Le jeune dip’ qui a vocation à réussir chez vous ? Vu la variété des métiers proposés, il n’y a pas de profil type. En revanche, il faut être animé par un vrai esprit d’entrepreneur car nous donnons la responsabilité de comptes de résultat très jeune. Pour les auditeurs et inspecteurs de terrain, il faut aimer la diversité des situations, interagir et disposer d’un réel sens du client.

Sinon une qualité essentielle à mettre en avant ? Si je ne devais en retenir qu’une, ce serait l’éthique. Derrière les compétences techniques, Bureau Veritas cherche d’abord et avant tout des personnalités, des gens qui partagent ses valeurs. Comme nous sommes une tierce partie indépendante, il faut être neutre et impartial.

Un dernier conseil à un jeune diplômé ? La curiosité est essentielle à votre succès. Il faut s’intéresser à tout et poser des questions pour comprendre ses clients, ses collègues et son propre environnement Vous trouverez réellement de l’énergie dans la curiosité. Elle fait naître la créativité pour transformer les idées en stratégies concrètes.

 

 

Prysmian : connecter les hommes

Leader mondial des câbles, Prysmian mise sur l’innovation de ses ingénieurs R&D, dont fait partie David Boivin, South Europe Connectivity – Telecom Engineering Manager.

Sous le capot de Club Identicar

Le moteur de ce club auto : la bienveillance, le collaboratif et la quête du bonheur au travail ! Une façon de travailler qui lui a fait remporter le prix HappyAtWork 2019.

[Premier emploi] Diplômé de CentraleSupélec, je vais où ?

Plutôt tradis ou fans d’innovations de rupture ? Secteurs, domaines, métiers : coup de projecteur sur les les opportunités à ne pas rater pour un ingénieur CentraleSupélec

Une bonne année pour l’emploi des ingés !

Le quasi plein emploi chez les ingénieurs, ce n’est pas une fake news. La preuve dans la dernière enquête menée par Ingénieurs et Scientifiques de France (IESF).

Recrutement, intégration, parcours : comment matcher avec les attentes des jeunes ingés ?

Digital, industrie, société, environnement ou énergie : l’heure est à la révolution. Dans une France qui a besoin d’ingénieurs, quels sont les tips pour recruter les perles rares

STEP UP : Laissez vous coacher !

« Bienvenus dans une entreprise qui fait de l’Individu le premier vecteur de performance » assure Jérémie Cador, Directeur de l’Agence STEP UP de Marseille

Pourquoi rejoindre Total ?

Engagé dans la transition énergétique, Total s’est donné l’ambition d’être la major de l’énergie responsable en garantissant une énergie disponible, abordable et propre.

Avec SOAT, cap sur l’expertise, l’agilité et l’intelligence collective

SOAT offre des opportunités et des perspectives d’évolution passionnantes aux diplômés de CentraleSupélec

Avec CENEXI, attrapez le virus de la pharmacie !

L’industrie pharmaceutique offre aux jeunes diplômés un large panel de métiers explique Alexis Paul (Université Paris Descartes 2000), Directeur Business Development et Pharmacien responsable de CENEXI.

Emmanuelle Favier : devenir femme et écrivaine

C’est en évoquant de manière poétique et subjective les jeunes années de l’écrivaine en devenir qu’Emmanuelle Favier nous donne le mieux à sentir tout le génie de Virginia Woolf…