Les services attendus par les consommateurs des banques ne cessent d’évoluer, et avec eux, les besoins de celles-ci. Située au cœur du système, la fonction achat vit dans ce contexte des transformations majeures : nature des achats, manière de les opérer et, surtout, rôle accru en interne de conseil et d’accompagnateur. « Un virage enthousiasmant ouvrant mille opportunités » selon Pascal d’Orlandi, le Directeur Général de BPCE Achats. Rencontre.

 

Si la fonction achat ne se chiffre qu’à 15 % du coût produit dans une banque là où elle avoisine les 80 % dans le secteur automobile, à l’échelle d’un groupe comme le Groupe BPCE, cela représente tout de même quelques 3,7Mds € par an ! « Dont un bon milliard dédié à l’informatique, précise Pascal d’Orlandi, un chiffre révélateur. Certes l’essence de notre métier reste la même : trouver et obtenir les produits, services et prix les mieux adaptés aux besoins de nos métiers, les conseiller au mieux, tout en garantissant l’équité entre les fournisseurs. Mais la nature des achats comme la manière de les faire sont en évolution constante. »

 

Impliqués à 100 %

A l’heure où la société opère sa mutation numérique et où le consommateur veut tout diriger depuis son smartphone, les besoins d’une banque évoluent en conséquence. « Sur nos quelques 50 000 fournisseurs, de plus en plus sont des startups. Big data, cloud, intelligence artificielle, blockchain bientôt… pour répondre aux attentes numériques de nos clients, nos besoins sont eux-mêmes forcément de plus en plus numériques. Et notre manière de travailler suit car le digital change tout. Outils d’appel d’offre, signature électronique, nous sommes vraiment aux premières loges de la transformation. Les banques sont en outre connectées à la société dont elles accompagnent en continu les transformations, c’est un panorama général de l’actuelle mutation qui s’offre à nous. Un poste d’observation ET d’action idéal pour de jeunes talents à l’esprit ouvert. »

 « Aujourd’hui, la fonction Achats devrait être rebaptisée : Ressources Externes »

Un monde d’opportunités

A l’heure où l’un des vœux prioritaires des jeunes diplômés est de « continuer à apprendre », l’information a son importance. « Dans le métier d’acheteur – qui s’étend bien au-delà de l’acte d’achat, on l’aura compris- le pragmatisme fait loi, ce sont les résultats qui comptent. Or la curiosité et la proactivité sont les meilleurs garants de l’efficacité. Il faut toujours aller de l’avant : s’informer, se former, essayer, évoluer. J’ai changé huit fois de poste dans le groupe où les opportunités sont à la hauteur des 108 000 emplois proposés ! Que ceux qui souhaitent changer les choses (et on sait combien les achats sont au cœur même du changement !) nous rejoignent pour continuer de faire évoluer cette fonction capitale de management des ressources externes. »

Quelle ambiance aux achats ? « Enthousiaste ! Je regroupe en ce moment toutes les équipes dans un unique bâtiment que nous rénovons en cohérence avec notre stratégie d’achats responsable et digitale. L’ambition du Groupe BPCE est d’offrir le meilleur de la relation humaine et digitale et notre équipe indépendante d’une centaine de personnes (nous sommes un GIE, une PME adossée à un grand groupe bancaire), jeune et plutôt féminine, est ravie de participer activement, et au premier rang, à ce mouvement vertueux. Je m’efforce de créer les conditions idéales permettant à chacun d’avancer et de faire avancer les choses (télétravail, flexibilité, etc.)»

 

Contact : pascal.dorlandi@bpce-achats.fr

American Express : « Notre ADN repose sur le service client »