Communiqué de presse :

Le 15 novembre dernier se tenait à l’ESITC Caen la 10ème édition du Tremplin Construction. Une cinquantaine d’entreprises du BTP est venue rencontrer les futurs ingénieurs. Le secteur du BTP et de la construction affiche un fort dynamisme en matière de recrutements (+ 17% pour le seul 3e trimestre de l’année selon le baromètre de l’emploi publié par le groupe HelloWork). Les besoins portent notamment sur des cadres et des ingénieurs formés aux outils numériques et préparés aux défis de la transition énergétique. Membre de la Conférence des Grandes Écoles, l’ESITC Caen propose des formations de haut niveau, placées sous le signe de l’innovation, de la diversité (filières de recrutement et profils) et de l’employabilité (100% des diplômés sont en poste deux mois après la remise de leur diplôme).

 

En pleine mutation, le BTP offre des emplois nombreux, séduisants et bien rémunérés. L’étude publiée le 17 octobre par HelloWork classe ainsi le secteur du BTP au 3e rang en matière de dynamisme des embauches, juste derrière la distribution et l’informatique. Les offres d’emploi concernent pour une bonne part des postes à haute valeur ajoutée : l’APEC juge que plus de 13 000 cadres seront recrutés par les entreprises du BTP en 2018. La tendance devrait se poursuivre en 2019 et au-delà, dans un contexte favorable porté par les travaux et les projets d’infrastructures liés au Grand Paris et aux Jeux olympiques de 2024 ainsi que par les programmes de logements neufs et de rénovation énergétique. Les perspectives d’emploi apparaissent donc très favorables pour les ingénieurs BTP, la forte demande se traduisant par des salaires attractifs.

Ingénieur.e BTP, un profil recherché et bien rémunéré

Le cabinet de recrutement PageGroup estime ainsi le salaire d’un conducteur de travaux débutant entre 30 et 35 k€/an. Le salaire moyen d’un ingénieur études de prix débutant s’élève de son côté à environ 40 k€/an (en hausse de 15%), un jeune diplômé accédant au poste d’ingénieur touchant une rémunération comprise entre 34 et 38 k€/an. L’émergence des outils numériques et de l’innovation dans le secteur de la construction a profondément changé la nature et l’image du métier d’ingénieur BTP. Un profil plus « sexy », plus technologique, qui fait de l’ingénieur un gestionnaire de projets complexes s’inscrivant dans un contexte global de ville intelligente et de transition énergétique.

 

Les diplômés de l’ESITC Caen ont la cote

L’ESITC Caen propose des formations de haut niveau centrées sur l’innovation et les besoins spécifiques des entreprises. Les liens étroits tissés avec les acteurs industriels du secteur se traduisent par des diplômés « prêts à travailler ». L’école affiche ainsi un taux d’employabilité parmi les plus élevés. L’enquête de la Conférence des Grandes Ecoles indique que tous les diplômés de l’ESITC Caen de la dernière promotion exerçaient une activité professionnelle deux mois après leur sortie de l’école, nombre d’entre eux ayant reçu des promesses d’embauche avant la fin de leur cursus. Les futurs ingénieurs ont l’occasion de se confronter au monde de l’entreprise tout au long de leur formation, que ce soit au cours de stages, de projets grandeur nature ou en encore de rencontres, comme la 10e édition de Tremplin Construction. Organisé par l’ESITC Caen, cet événement a réuni la semaine dernière plus de 50 entreprises à la recherche de cadres de terrain et d’ingénieurs en Bureau d’études pour la construction d’ouvrages d’art, d’ouvrages maritimes, de routes, de réseaux, de bâtiments d’habitation ou industriels.

 

Un recrutement qui mise sur la diversité des profils

La motivation constitue l’un des critères fondamentaux du processus de recrutement de l’ESITC Caen. Si l’école accueille des élèves issus des classes préparatoires scientifiques, elle recrute également au niveau post-bac et dans les filières techniques (IUT Génie civil, BTS bâtiment ou travaux publics). L’ESITC Caen vient ainsi de rejoindre le Concours AVENIR qui permet à plus de 9 000 candidats de Terminale de postuler à 8 Grandes écoles d’ingénieurs via une procédure d’inscription unique et simplifiée : un seul dossier constitué sur la plateforme PARCOURSUP et une seule journée d’épreuves le 8 mai 2019.

L’ESITC Caen souhaite attirer les meilleurs candidats possibles. Afin d’éviter toute sélection économique, l’école consacre 4% de son budget total aux bourses de solidarité à destination des élèves ingénieurs. Près d’un élève sur trois du cycle ingénieur bénéfice d’une aide financière, un chiffre supérieur à la moyenne des grandes écoles d’ingénieurs et à l’objectif fixé par l’état de 30 %. L’ESITC Caen propose par ailleurs une formation d’ingénieur en alternance sous statut d’apprenti qui permet à des étudiants de partager leur temps entre l’école et l’entreprise. La modernisation du métier d’ingénieur BTP rend cette filière longtemps essentiellement masculine plus attractive pour les candidates. Grâce à des efforts soutenus en matière d’informations, les dernières promotions comptaient en moyenne un quart d’ingénieures.

 

 

L’ESITC Caen rejoint le Concours Avenir