Oui le plafond de verre existe face au handicap. Mais les mentalités évoluent ! Portée par un véritable engagement du groupe sur la valorisation de la différence, la Mission Handicap de BNP Paribas dirigée par Dominique Bellion, fait bouger les lignes grâce à son action quotidienne de maintien à l’emploi, formation, sensibilisation, et enfin recrutement de personnes en situation de handicap. Focus sur ce dernier levier avec Carole Collignon, Chargée de recrutement.

 

 » La banque d’un monde qui change  » et pas que dans les mots

En 2016, BNP Paribas a signé la charte sur le handicap de l’Organisation Internationale du Travail. Cet engagement constitue un signe fort donné par la direction et pas seulement en France mais dans les 85 pays au sein desquels le groupe s’est implanté.  » Je suis fière de travailler dans une entreprise qui croit à l’importance de la diversité et se donne les moyens de faire bouger les choses. «  Dominique Bellion, Responsable de la Mission Handicap s’investit depuis 10 ans pour mettre en œuvre une politique volontariste d’inclusion des personnes en situation de handicap.  » J’ai été sidérée en arrivant il y a un an de voir la teneur du travail accompli dans le but de changer le regard des gens sur le handicap. «  ajoute Carole Collignon, Chargée de recrutement. Accompagner les autres dans un moment clé de leur vie, c’est ce qui l’anime.  » En banque généralement, on embauche quelqu’un sur le long terme. J’aime l’idée de participer à ce tournant dans la vie d’une personne, et si en plus elle est en situation de handicap, c’est le double effet kisscool ! « 

Dominique Bellion, Responsable de la Mission Handicap (c) BNP Paribas

Carole Collignon, Chargée de recrutement (c) BNP Paribas

Les profils recherchés

Tous les postes de BNP Paribas sont ouverts aux personnes en situation de handicap. Carole Collignon se calque donc sur les besoins du groupe, qui  sont principalement des profils de commerciaux en agence de bac +3 à bac +5. Cœur de métier de la banque, ces postes correspondent à 50 % des 3 000 personnes embauchées en CDI l’an dernier.

« Il existe également des besoins dans les fonctions support mais cela représente un volume de recrutement plus faible. » précise Dominique Bellion.

Pas de discrimination positive ni négative

La mission de Carole Collignon : dénicher des candidats qui ont les compétences, l’expérience et les diplômes attendus pour les postes à pourvoir. Elle travaille avec la même exigence et sous les mêmes contraintes qu’un recrutement classique, avec la spécificité de devoir fournir les aménagements de poste au futur collaborateur, quand cela est nécessaire.  » Il n’y a pas de traitement de faveur, puisque la finalité reste de trouver le bon candidat pour l’entreprise. Nous menons des entretiens structurés de façon identique pour tout le monde, en proposant aux personnes de nous parler d’exemples concrets et factuels issus de leur vécu professionnel. Le handicap, d’ailleurs invisible dans 80 % des cas, n’est pas abordé en tant que tel. C’est en détaillant les missions que nous demandons quel aménagement est nécessaire. « 

 

Un maillage d’acteurs dense pour détecter des talents

Au fil des années, la Mission Handicap a consolidé un réseau lui permettant d’avoir accès à des candidats et de trouver les talents pour répondre à ses besoins.  » Notre travail pourrait s’apparenter à celui de détective ou de dentelière, au choix !  » Cabinets de recrutement spécialisés, Handicafés, forums, forums en ligne, salons tels que Talents Handicap, et Hellohandicap, partenariats avec les associations pour l’intégration des personnes en situation de handicap… » Il faut être présent sur tous les fronts. » explique Carole Collignon.

 

En amont : booster la formation des jeunes en situation de handicap

La principale difficulté rencontrée reste une forme d’autocensure. Seulement 25 % des personnes en situation de handicap ont un niveau d’études supérieur ou égal au bac contre 44 % pour l’ensemble des publics. Pour encourager les jeunes à se former et susciter des vocations, la Mission Handicap agit en amont en allant au-devant du public rencontrer et informer sur des forums métiers avec le CIDJ par exemple. Elle soutient également les universités et les écoles et a signé la convention « Atout pour tous », qui tend à favoriser l’accès des jeunes en situation de handicap à l’enseignement supérieur.  » Lorsqu’on détecte un étudiant qui a besoin d’heures de traduction en langue des signes, ou de matériel spécifique, nous pouvons par exemple, débloquer des fonds pour que cet équipement soit fourni rapidement. « 

 

L’alternance, un levier majeur d’accompagnement et de recrutement

Elle constitue un bon moyen de découvrir progressivement un métier tout en assimilant la culture et les valeurs de l’entreprise. Carole Collignon y voit l’occasion pour  BNP Paribas et la Mission Handicap de s’investir dans l’accompagnement et la formation des jeunes recrues.  » Nous participons d’ailleurs au programme  » Conseiller Patrimonial Junior  » qui permet d’intégrer des candidats bac +3 bac +5 « atypiques « , c’est à dire qui n’ont pas le profil requis pour le poste, mais qui ont la volonté de se réorienter dans la banque. » Deux promotions par an suivent donc une formation au Greta et en alternance dans une de nos agences avec à la clé 90 % de chances d’intégrer la société en CDI. Nous avons intégré au dispositif deux personnes l’an dernier !

 

Un engagement pérenne

Le troisième Accord Handicap 2016-2019 renforce les axes de la politique de BNP Paribas sur le territoire français : maintien dans l’emploi, formation, sensibilisation, développement du recours aux achats réalisés auprès du secteur du travail protégé et adapté, et recrutement. Le taux d’emploi de personnes en situation de handicap chez BNP Paribas s’élève aujourd’hui à 3,75 % de l’effectif. 172 personnes ont été embauchées entre 2012 et 2015. Le troisième accord fixe un objectif de 50 recrutements par an sur des CDI, des alternances ou des CDD ayant vocation à être transformés en CDI soit 200 de plus fin 2019.

 

 Le saviez-vous ?

80 % des handicaps sont invisibles

85 % des handicaps s’acquièrent au cours de la vie

 

Faire du handicap un sujet du quotidien

Par les actions récurrentes, une omniprésence sur l’intranet du groupe, la Mission Handicap œuvre au quotidien pour développer le mieux-vivre ensemble, faire comprendre le handicap et lever les freins et les idées reçues de l’ensemble des collaborateurs. Dominique Bellion estime que les mentalités ont bien évolué depuis plusieurs années et que le sujet mobilise de plus en plus.  » 140 personnes ont assisté à notre dernière conférence avec le Préfet Parisot, le premier Préfet tétraplégique en France.  » Expositions, raid handisportif, ateliers pédagogiques sur les outils de compensation face à un handicap visuel, auditif, physique, ou les conséquences d’une maladie invalidante l’équipe de la Mission Handicap redouble de créativité pour multiplier les occasions de sensibiliser les collaborateurs à ce sujet.  » Nous avons récemment mis en valeur 6 parcours différents d’hommes et de femmes dans une conférence Tedx. Ces témoignages me semblent percutants car ils intègrent la personnalité, la carrière et montrent qu’une personne ne se réduit pas à son handicap. « 

 

Contact : missionhandicap@bnpparibas.com

 

Travailleurs handicapés, formation et insertion professionnelle : où en est-on en 2017 ?