Leader européen du financement aux particuliers, BNP Paribas Personal Finance s’est donné pour mission d’aider les personnes à réaliser leurs projets. En s’appuyant, en interne, comme en externe, sur deux valeurs fondamentales : la responsabilité et la bienveillance. Rencontre avec Laurent David (X 89, Mines 92), son très investi Directeur Général.

 

Leader européen du financement aux particuliers, BNP Paribas Personal Finance est présente dans 30 pays, jusqu’aux Etats-Unis, en Afrique du Sud ou en Chine. « Si nous y opérons naturellement avec des locaux, une partie du management est français et des postes sont réservés aux jeunes collaborateurs dans le cadre de notre politique de développement des jeunes talents. Une de nos ambitions fondamentales est en effet de promettre à chacun d’avoir plusieurs carrières sans changer d’entreprise. Grâce, entre autres, à notre politique de mobilité interne, tout est mis en œuvre pour pouvoir enrichir ses compétences à travers des parcours diversifiés et taillés sur mesure. »

Pépinière pour jeunes talents

Dans quels métiers ? « Commerciaux, marketing, amoureux de la technologie (invités à optimiser les opérations de quelque 30 millions de clients !), big data… nous sommes à la pointe dans tous ces domaines et rares sont les talents qui ne trouveront pas leur place chez nous. »

Responsables…

A l’heure où 75 % des achats de véhicules s’opèrent au moyen d’un financement, il devient vite évident que travailler aux côtés du célèbre petit bonhomme vert de Cetelem, c’est œuvrer au cœur même de l’économie domestique, au plus près de la vie quotidienne de 27 millions (!) de clients. « Non contents de favoriser les projets de nos clients, explique Laurent David, nous sommes fiers d’avoir intégré à l’ADN de notre entreprise cette politique de crédit responsable créée il y a près de 15 ans et dont la signature dit bien quel engagement réciproque la notion de crédit recouvre : « Plus responsables, ensemble. »

… ET investis !

BNP Paribas Personal Finance est un pionnier en matière de RSE, une démarche qu’elle a désormais intégrée à son approche business. « Nous avons changé d’époque. Une grande entreprise ne peut plus aujourd’hui avoir pour uniques objectifs d’offrir  une rémunération à ses actionnaires, du travail et un cadre à ses employés et le service attendu à ses clients. Elle doit participer à l’évolution de la société. Ce que nous faisons en nous concentrant sur quelques axes forts : la transition énergétique, l’éducation budgétaire des plus jeunes et des plus fragiles et l’inclusion numérique entre autres. Sachant que tous nos collaborateurs sont invités (et y répondent avec enthousiasme) à s’impliquer dans les diverses actions que nous menons dans de nombreuses villes ».

Quels sont, selon vous, les atouts et les limites d’un diplôme prestigieux ? « Posséder un diplôme prestigieux est certes un atout, car on vous fera rapidement confiance sur vos capacités. Mais ce n’est aucunement une assurance pour réussir dans la mesure où pour viser des postes importants, ce sont d’autres qualités, non techniques, qu’il s’agira de faire valoir. Une certaine force de caractère tout d’abord, de « l’épaisseur managériale » et la capacité à établir le contact avec les autres ensuite. Enfin, je pense qu’il est indispensable aujourd’hui de participer au bien-être de ses équipes, de prendre en considération les bénéfices que chacun va tirer de son travail, à commencer par le plaisir qu’il va y trouver. »

« J’aime les gens qui osent dire qu’ils ne comprennent pas et je me méfie de ceux qui ne le disent pas »

 

 

Des chiffres et des êtres : 17 500 collaborateurs / 27 millions de clients / 4 679 M€ de PNB / 76,5 Mds € d’encours gérés

 

contact : https://www.bnpparibas-pf.com/fr/emplois-carrieres/

 

[Dans mon cours] Les étudiants de Grenoble Ecole de Management (GEM) vont au tribunal

Comment dépasser le principe d’action–réaction dans l’enseignement des langues étrangères, selon lequel l'enseignant maîtrise le contenu des échanges langagiers et devient l'initiateur des dialogues ? À GEM, nous simulons des procès dans un décors réaliste d’un...

Paris 1 Panthéon-Sorbonne coordonnera le projet OpenU

L’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne annonce que le projet OpenU (Online Pedagogical resources for European Universities), déposé en réponse à l’appel européen KA3 Creation of a European-wide hub for online learning, blended/ virtual mobility, virtual campuses and collaborative exchange of best practices, a été retenu. Il sera financé par la Commission européenne.

Un nouveau campus à Paris pour le Groupe ESEO

Zoom sur le nouveau campus du groupe ESEO à Vélizy, sa stratégie internationale et le renouveau d’une formation plus humaine.

Montréalisez-vous à l’Université de Montréal !

Envie d’étudier à l’Université de Montréal ? Découvrez quand et comment vous inscrire avec Michèle Glémaud, Directrice Générale des admissions.

Quelle place pour les diplômés en sciences politiques au XXIe siècle ?

Comment les diplômés en sciences politiques, ces citoyens engagés et humanistes, accompagnent-ils le monde et les entreprises ? Nos experts répondent !

L’ENSAT ouvre ses Portes !

L’Agro Toulouse organise sa matinée des Portes Ouvertes le samedi 19 janvier 2019 de 9h à 13h. Comme chaque année, des rendez-vous privilégiés pour rencontrer nos enseignants-chercheurs, nos étudiants et nos diplômés… et vous donner envie de tenter l’aventure d’une école d’ingénieur !

Pour sa 1ère année sur Parcoursup, Atout+3 rappelle les étapes d’inscription au concours

Après avoir annoncé, en octobre dernier, son arrivée dans Parcoursup, Atout+3 précise les étapes à suivre pour s’inscrire au concours et rejoindre le programme Bachelor en 3 ans de l’une de ses 9 Grandes Écoles de Commerce et de Management. 1225 places sont proposées cette année.

PSB INSIDE : dans les coulisses de Paris School of Business

Comment Paris School of Business fait-elle la différence sur le marché des business schools en France ? Entrez dans les coulisses de cette metropolitan school

S’implanter sur Paris : une décision capitale pour les business schools

TBS, ICN, NEOMA, KEDGE … Ces business schools qui se sont implantées dans la capitale ces dernières années. Pourquoi ? Eléments de réponse.

Comment Paris-Dauphine se prépare à participer au projet des Jeux Olympiques de Paris 2024 ?

L’Université Paris-Dauphine a affiché son soutien dès le début de la candidature de Paris aux Jeux Olympiques de 2024.