Le paysage de la gestion de patrimoine pour clients fortunés a évolué et les banques de réseau ont gagné du terrain offrant de belles perspectives aux jeunes diplômés. Explications de Pierre de Pellegars (ENSICAEN 85), Responsable Gestion de Fortune de BNP Paribas Banque Privée.

 

Le département « Gestion de Fortune » de BNP Paribas Banque Privée s’adresse à une clientèle de particuliers résidant en France qui disposent d’au moins 5 M€ d’actifs financiers sur les livres de la banque. Son rôle est de suivre les familles qui disposent de ce patrimoine avec une vision trans-générationnelle et une durée dans l’accompagnement.

Se tenir informé… et formé !

Le gestionnaire de Fortune propose à ses clients des solutions personnalisées, élaborées à partir d’une analyse approfondie de leur patrimoine et d’une écoute attentive de leurs projets et attentes. « C’est un métier passionnant à exercer au quotidien, explique Pierre de Pellegars. Il faut toujours avoir cette capacité à se tenir informé (et formé !) pour répondre avec réactivité aux multiples interrogations de nos clientsCela oblige à une certaine agilité intellectuelle. » Le département Gestion de Fortune est capable de satisfaire de manière quasi exhaustive les attentes d’une clientèle exigeante en mettant à sa disposition une offre large en architecture ouverte. L’équipe propose aussi des placements alternatifs (œuvres d’art, foncier agricole, etc.) pour conjuguer plaisir et passion ou donner du sens à ses investissements (ISR, projets philanthropiques).

Avant tout, un métier de relations humaines

« Nos clients privés nous parlent de leur famille, de leurs patrimoines, de leurs passions. Ces échanges sont le moteur et le sel de notre métier. S’en suit une relation de confiance… » Tout ce processus d’accompagnement fait appel à des ressources et à des compétences de savoir-être et de savoir-faire, des compétences plus analytiques lors de la compréhension des besoins et des attentes du client jusqu’aux différentes recommandations, enfin à des qualités psychologiques lorsque le Banquier Privé doit traiter de problèmes délicats tels une succession d’entreprise, un héritage ou un divorce. « C’est un métier de personnes, de relations humaines, insiste Pierre de Pellegars. Cela ne nous empêche pas d’amorcer le virage numérique pour multiplier les nouveaux canaux de contact, simplifier la mise en relation ou la souscription de produits, tenir informés nos clients des évolutions du marché et opportunités à saisir, proposer la visioconférence et ainsi répondre aux besoins d’une clientèle demandeuse de services digitaux. »

 

Mon conseil aux ingénieurs diplômés : « J’ai débuté dans le réseau d’agences de la BNP en 1989. Après un court passage à l’Inspection générale, ce groupe m’a permis une grande mobilité à la fois fonctionnelle et géographique avec comme fils directeurs le management et le commercial. J’ai fait huit déménagements pour prendre des Directions dans des endroits aussi différents que la Guadeloupe, le Lot-Aveyron, Marne-la-Vallée ou la principauté de Monaco… Il faut croire en soi-même, prendre un peu de risque, se lancer… et vivre des expériences enrichissantes ! »

 

Chiffres Clés : 1ère banque privée en France avec 93 Mds€ d’actifs confiés à fin 2016 (dont 25 Mds€ pour la partie Gestion de Fortune) / 59 banquiers privés (dont 43 à Paris et 16 à Marseille, Bordeaux, Lyon, Nice, Lille, Strasbourg, Rennes et Nantes) / 2 200 groupes familiaux suivis

 

Contact recrutement : group.bnpparibas/emploi-carriere