Créée il y a plus de 50 ans, l’entreprise familiale de diagnostic in vitro, bioMérieux agit au service de la santé publique et de la médecine notamment dans la lutte contre les maladies infectieuses. Elle est présente dans 150 pays grâce à ses 42 filiales et son réseau de distributeurs. Rencontre avec Michael Reynier, (ENS 98, Agro ParisTech 2002), Directeur BioPharma & Personal Care Industries.

Michael Reynier, (ENS 98, Agro ParisTech 2002), Directeur BioPharma & Personal Care Industries chez bioMérieux © bioMérieux

Michael Reynier, (ENS 98, Agro ParisTech 2002), Directeur BioPharma & Personal Care Industries chez bioMérieux © bioMérieux

Quel regard portez-vous sur votre expérience en cabinet ministériel puis au Commissariat Général à l’investissement ?
Travailler au sein de ces équipes a constitué à la fois une chance et un challenge quotidien. J’ai été particulièrement frappé par l’énergie et la volonté de chacun, dans un contexte économique difficile et face à des enjeux politiques majeurs, pour mettre en oeuvre des actions d’envergure en faveur de l’innovation et de la compétitivité des filières industrielles stratégiques. Je suis également très reconnaissant vis-à-vis de la fonction publique, qui donne rapidement à ses cadres supérieurs des responsabilités opérationnelles avec de vrais enjeux et une marge de manoeuvre importante, qui sont le gage d’une progression rapide.

 

Pourquoi avoir rejoint bioMérieux ?
Après un parcours de dix ans dans l’administration au service du développement économique et de l’innovation, j’ai voulu me confronter de l’intérieur à la vie d’une entreprise, aux ressorts de sa compétitivité et à sa dimension internationale. Je souhaitais également me rapprocher de ce qui m’avait conduit à l’ENS, à savoir mon intérêt pour la biologie et pour les enjeux médicaux et scientifiques. Après avoir été chargé de mission auprès du PDG de bioMérieux et secrétaire du comité de direction, j’ai eu la responsabilité de la stratégie de l’Unité Industrie, puis de la gestion de son portefeuille de projets. Depuis 2014, je supervise la division en charge du développement des gammes de solutions dédiées aux industries pharmaceutiques et cosmétiques ainsi que du marketing et de la gestion des grands comptes.

 

Comment bioMérieux plébiscite l’innovation ?
La famille Mérieux est engagée au est exposée à un éventail de technologies très large et la Société investit notamment fortement dans le diagnostic moléculaire, sur des technologies qui permettent de détecter simultanément plusieurs pathogènes pouvant être à l’origine d’une maladie infectieuse, ou encore dans des technologies de séquençage de nouvelle génération. Celles-ci permettent d’augmenter la rapidité et la précision des résultats pour déterminer la nature de l’infection qui atteint un patient afin d’orienter un traitement thérapeutique. Il y a, dans ce projet d’entreprise, un sens du bien public et du devoir comparable à ce que j’ai pu rencontrer dans l’administration.

 

En quoi bioMérieux estelle particulièrement attractive ?
L’entreprise est considérée comme un tremplin de carrière, notamment en région Rhône-Alpes où se trouve 40 % de notre masse salariale. Nous y avons trois pôles de recherche en biologie moléculaire, immunologie et microbiologie. bioMérieux attache une grande importance au développement de ses collaborateurs dans une optique d’évolution permanente et d’accompagnement des parcours. 60 % des postes CDI ouverts sont d’ailleurs pourvus par de la mobilité interne. Le groupe a créé la Mérieux Université qui dispose d’un centre de formation dans la région lyonnaise et de 4 hubs à l’international. Elle assure le développement des compétences techniques et humaines et s’adresse aux techniciens, aux cadres et aux dirigeants.

 

L’ENS :
« J’ai acquis des bases scientifiques en biologie moléculaire et cellulaire et en immunologie très solides qui m’ont permis d’être en phase avec les dimensions scientifiques et technologiques de l’activité de l’entreprise et de mes équipes de recherche. Profitez au maximum de la qualité de l’enseignement de l’ENS car c’est une force dans laquelle vous puiserez tout au long de votre vie. Tirez le maximum de ces années. Elles constituent un fondement en termes de compétences et de personnalité. »

 

CHIFFRES CLÉS :
1,698 milliard d’euros de CA (au 31 décembre 2014)
2 domaines d’application :
Diagnostic clinique : ~ 80 % du chiffre d’affaires
Microbiologie industrielle : ~ 20 % du chiffre d’affaires
9 258 collaborateurs – salariés en équivalent temps plein (au 30 juin 2015)
88 % du CA réalisé à l’international
21 sites de R&D dans le monde
21 sites de production dans le monde bioMérieux dispose de deux positions de leadership mondial en microbiologie clinique et en contrôle microbiologique industriel
Siège mondial : Marcy l’Etoile près de Lyon (France)

 

F.B

 

Contact : michael.reynier@biomerieux.comwww.biomerieux.com