Avant son départ pour l’IMT Lille Douai, Alain Schmitt, directeur de Mines Albi jusqu’à fin avril 2017, a tenu à faire le bilan de son mandat à la tête de l’école d’ingénieurs et à proposer quelques pistes pour l’avenir. Avec la construction de plusieurs bâtiments dédiés à la recherche, la création d’une chaire et de masters internationaux, Mines Albi est sur la voie de la visibilité à l’international.

 

Mines Albi a su atteindre ses ambitions comme le rappelle Alain Schmitt : « nous avons augmenté notre nombre d’apprentis de 50 %, créé des masters internationaux dispensés entièrement en anglais et développé le volet entrepreneuriat. ». En 2020, l’école espérait avoir 1 000 élèves, aujourd’hui, après une hausse d’environ 25 % des effectifs, elle affiche 835 étudiants et prévoit d’en accueillir 960 à la rentrée 2017.

Étudiants à Mines Albi © Studio Chiz

Étudiants à Mines Albi © Studio Tchiz

Un enjeu : être identifié

Pour l’ancien directeur de l’école, l’enjeu est désormais d’être identifié en France, comme à l’international. Outre l’effort de communication de Mines Albi pour être attractif, Alain Schmitt a établi un plan en 3 axes : « construire juste, améliorer le savoir-faire par la rigueur, la labélisation et performer notre savoir-faire ».

 

De nouveaux axes scientifiques pour répondre aux nouveaux enjeux

Pour se positionner face aux enjeux de demain, Mines Albi devra explorer quatre nouveaux axes scientifiques stratégiques :

 

  • Matériaux et procédés pour l’aéronautique et le spatial. « Nous intégrons des enjeux de responsabilité environnementale dans cet axe avec l’utilisation de matériaux composites ou en prenant en compte les préoccupations énergétiques »
  • Poudres et procédés, santé et nutrition
  • Les énergies renouvelables, la biomasse, les déchets et les éco activités. « Nous pouvons nous féliciter d’être leaders mondiaux de la recherche en valorisation de la biomasse »
  • L’amélioration des processus d’entreprise

 

Bilan : 6 masters internationaux …

Dans la poursuite de l’objectif d’être identifié à l’international, Mines Albi a développé son offre de formation en proposant 6 programmes internationaux :

  • AMPAS (Advanced Manufacturing Processes for Aeronautical Structure) en partenariat avec ISAE Supaéro
  • SCALE (Supply Chain and Lean Management) accrédité Conférence des Grandes Écoles, en partenariat avec Toulouse Business School (TBS)
  • MILES (Management of International and Lean Supply Chain Projects). Accrédité par le ministère de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur, il délivre un diplôme de Master en partenariat avec TBS
  • AeroMat Innovation (Aerospace materials design, manufacturing & innovation management) en partenariat avec Télécom Ecole de Management
  • Adpharming (Advanced Pharmaceutical Engineering)
  • BiWEM (Biomass and Waste for Energy and Materials)

 

une chaire …

Outre ce tournant international impulsé par Alain Schmitt, l’école a créé sa première chaire d’entreprise en partenariat avec Pierre Fabre et Toulouse Business School. « Supply Chain Agile » est dédiée à l’amélioration de « l’agilité » des chaînes logistiques.

 

…et de nouveaux laboratoires !

Mines Albi a ouvert un laboratoire commun avec Alpha Recyclage Franche Comté, entreprise dirigée par Laura Perche, diplômée de l’école et spécialisée dans la transformation des pneumatiques. Alain Schmitt explique : « ce laboratoire nous permet, via un procédé de vapothermolyse, de faire fondre les pneus et de les transformer en matière proche du pétrole brut, c’est vraiment innovant ! ». Le directeur a aussi réalisé la construction de quatre plateformes de recherche dans des domaines variés, notamment l’informatique.

 

Un bâtiment étudiant est également sorti de terre : « Nous avons construit un dortoir pour les étudiants d’un nouveau genre. J5 est également un banc de travaux pratiques pour les étudiants, puisque le bâtiment est truffé de capteurs. »