Barbanel a pour vocation d’assurer des missions de consultant jusqu’à la maîtrise d’oeuvre totale de projets très variés dans l’ingénierie des fluides du bâtiment. Une vocation dont les fondations reposent sur une innovation et une haute technicité permanentes. Un socle sur lequel Christian Gerinte (Diplôme supérieur du froid industriel au CNAM, 79), directeur général de Barbanel, a bâti sa stratégie. – Par Violaine Cherrier            

 

Lorsque Christian Gerinte a intégré Barbanel en 1980 en tant qu’ingénieur, l’équipe française se composait de trois collaborateurs. Depuis, le cabinet d’études n’a cessé de monter en compétences et a pris son indépendance en 1992 pour compter aujourd’hui plus de 110 collaborateurs. « Nous nous appuyons sur notre ultra spécialisation pour faire la différence. Une force synonyme de reconnaissance même sur les projets tertiaires de grande envergure. »

 

UN DIRECTEUR INGÉNIEUR

Autre particularité de Barbanel : tout le monde est ingénieur, y compris les sept directeurs associés. Résultat : les compétences techniques sont prioritaires : « Notre discours est technique avant d’être commercial ce que nos clients apprécient. Dans une opération, nous partons d’une feuille blanche pour livrer un projet final, ce qui est très gratifiant. Nos chefs de projet, même très jeunes, sont alors rapidement mis en situation face au client. » Une prise de responsabilités que connaît bien Christian Gerinte, lui qui a franchi toutes les étapes au sein de Barbanel : « Je continue à m’impliquer, les collaborateurs connaissent mon savoir-faire. J’essaie toujours de les motiver. J’amène du dynamisme pour que tout le monde travaille bien ensemble. »

« Notre ADN : PRS – Professionnalisme, Responsabilité, Service. »

 

UN DIRECTEUR DE PROXIMITÉ

Amener chacun à réfléchir, voilà sa marque de fabrique. Une exigence de chaque instant à laquelle veille chaque directeur. « Tous les collaborateurs savent qu’ils peuvent venir nous voir et nous questionner quand ils veulent. Nous organisons également des groupes de travail – comme Barbanel ID – pour anticiper les besoins futurs et nous amener à repenser nos méthodes de travail. Ainsi, dès 2009, deux jeunes ingénieurs avaient porté un projet sur la maquette numérique. » Une innovation présente dans l’écoute et l’implication dans les projets, et ce même à l’international. Barbanel échange ainsi depuis plus de 25 ans avec des partenaires européens dont First Q Network qui regroupe une dizaine de bureaux d’études européens. L’occasion de rencontrer d’autres méthodes de travail et d’enrichir ainsi la culture d’entreprise. « J’ai même envoyé en 2004 des collaborateurs se former en Allemagne, plus avancée sur le sujet de la modélisation thermique dynamique des bâtiments en vue de limiter la consommation d’énergie. » L’entreprise travaille également avec plusieurs consortiums de réflexion. « Ce que j’en retire : le brassage des cultures. Travailler avec des industriels vous amène une autre ouverture. Un des rôles du dirigeant est d’être à l’écoute et de prendre de la hauteur pour garder un temps d’avance. »

Capture d’écran 2016-09-20 à 09.16.12

UNE FORMATION PÉDAGOGIQUE ET DE TERRAIN

Le cabinet a mis en place tout un encadrement d’appui et même développé en interne son propre “ wikipedia “ qui intègre tout le savoir-faire technique. Côté formation, Barbanel mise sur des formations externes mais aussi des formations internes dispensées par la direction technique elle-même. « Notre métier exige de multiples connaissances dans un grand nombre de domaines. Le cursus de formation d’un chargé d’affaires oscille donc entre 6 et 10 ans. » Ainsi, un jeune ingénieur recoit au minimum un an de formation pendant lequel il accompagne un chargé d’affaires pour comprendre le métier. Ensuite, il commence à travailler sur des “ petits “ projets en contact direct avec le client. Enfin, son expérience pluridisciplinaire lui permet de manager des opérations de plus grande envergure. « Plusieurs portes s’ouvrent à lui : manager une équipe mais aussi assurer le rôle d’ingénieur senior avec une forte expérience technique. » Et ce dans n’importe laquelle des cinq agences francaises. Ultime étape : devenir associé. Un palier franchi récemment par deux collaborateurs de moins de 40 ans. « Nous recrutons en permanence : notre effectif progresse de 5 % chaque année, soit 8 à 10 nouveaux ingénieurs. »

 

« J’adore les jeunes »
Au sein de Barbanel, on n’hésite pas à déclarer sa flamme aux jeunes diplômés. Sans pour autant oublier de leur donner quelques conseils. « Dans notre métier, il est important de toujours rester curieux, ouvert d’esprit et de garder cette soif d’apprendre. Ne restez pas sur vos acquis quitte à vous mettre en danger. En effet, la jeune génération doit gagner en organisation et en projection. Donc n’oubliez pas de vous structurer pour mettre toutes les chances de votre côté et anticiper les évolutions de votre métier. »

 

Contact : cgerinte@barbanel.fr