© Beboy - Fotolia

DOSSIER SPÉCIAL JEUNES DIPLÔMÉS

Le secteur banque et assurance offre de nombreuses opportunités. Un domaine d’activité riche en métiers et en compétences à même de séduire les futurs diplômés. Gros plans sur les métiers à forte valeur ajoutée.

La France compte plus de 600 000 professionnels de la banque et des assurances. La concurrence accrue, l’internationalisation et la diversification toujours plus grande des produits accessibles sur le marché obligent dorénavant les banques et les sociétés d’assurance à valoriser certaines fonctions telles que contrôleur de gestion, courtier en assurance, auditeur ou banquier du commerce international. Ces métiers exigent une grande polyvalence et de multiples compétences techniques en matière de droit, de fiscalité et d’économie. Bien sûr, le sens du relationnel, le partage d’informations sont des qualités indispensables. Liste non exhaustive des métiers à fort potentiel.

L’ingénieur financier
Rattaché à la direction générale ou à la direction financière, il veille au rendement des investissements de ses clients. Au sein des salles de marché, l’ingénieur financier anticipe les risques financiers en se basant sur des statistiques, et en avise traders et les vendeurs.Il conçoit et développe des produits financiers dont il a, au préalable, évalué la rentabilité. Ce métier requiert des compétences spécifiques en informatique, mathématique et économie. Le salarié doit être diplômé d’un troisième cycle obtenu dans une école de commerce ou d’ingénieurs, comme par exemple, un Master spécialisé en ingénierie financière. Le salaire, pour un débutant, est d’environ 35 000 €/an.

Développeur de produits
Il travaille au sein d’un bureau d’études en relation avec le marketing et les actuaires. Il est chargé de créer de nouveaux produits ou d’adapter des produits existants. Il analyse les besoins de la clientèle, le contexte juridique, économique et fiscal et l’offre de la concurrence. Il définit ensuite les caractéristiques du futur produit en termes de garanties offertes et de tarification. Puis, il rédige la documentation technique. Le développeur de produit doit maîtriser tous les éléments du contrat d’assurance (champs de garantie, ciblage, cadre juridique et fiscal, procédures de gestion) et possède des compétences en statistiques et en informatique. Les recrutements s’opèrent au niveau minimum Bac +5. Le salaire d’un débutant est d’environ 30 000 €/an.

Gestionnaire de patrimoine
Aussi appelé gestionnaire de portefeuille, il conseille des particuliers aisés dans la création leur patrimoine. Il dresse d’abord un bilan patrimonial, puis définit un axe stratégique en tenant compte des avantages fiscaux et des contraintes juridiques des investissements proposés. Il peut proposer des placements classiques comme l’immobilier, les assurances ou plus spécifiques comme l’achat d’objets d’art, ou de pierres précieuses. Il s’informe sur la vie des sociétés et sur l’évolution de la Bourse. Le Gestionnaire de patrimoine est doté d’une formation technique dans les domaines juridiques, financiers, économiques et fiscaux. Les cursus les plus appréciés sont les troisièmes cycles spécialisés comme un Master d’école de commerce. Le salaire pour un débutant est d’environ 27000€/an.

Risk manager
Il conseille la direction générale d’une grande entreprise sur la meilleure façon de gérer les risques fortuits (accident, incendie, vol…) et les dangers liés à des décisions stratégiques (lancement d’un produit, programme d’investissement). Il quantifie les risques inhérents à l’activité de l’entreprise afin de donner aux décideurs tous les éléments d’information. Il joue un rôle de prévention et fait office d’interlocuteur vis-à-vis des sociétés d’assurances. Il négocie avec des courtiers et des agents généraux pour mettre au point des garanties spécifiques et trouver les meilleurs tarifs. La formation initiale peut être technique (école d’ingénieurs) ou commerciale (école de commerce ou troisième cycle spécialisé). Le salaire d’un débutant est d’environ 50 000 €/an.

 

FB