Fiche métier : le DSI

 

Les Grandes Écoles sont confrontées à une problématique stratégique de suivi de l’insertion et de l’évolution professionnelle de l’ensemble de leurs diplômés dans un contexte de liens de plus en plus fort avec les milieux  industriels et économiques, mais aussi d’un suivi fin des carrières afin d’orienter au mieux les parcours de formation. Ceci implique pour les établissements un « réseautage » actif au sein des entreprises et une connaissance fine des carrières.

 

Y. Condemine

Y. Condemine

Le point de départ de BALI est l’obligation faite aux établissements d’enseignement supérieur et de recherche de préserver les dossiers étudiants 50 ans après la sortie, avec autorisation de conserver les informations au-delà de cette durée. Légalement, seul l’établissement qui a « produit » les diplômés peut conserver « à vie » les informations pédagogiques qui leur sont associées (un diplômé ne peut demander à être retiré d’une telle base archive). Ce fondement juridique est notamment à prendre en compte pour aller vers une relation intégrée « gagnant – gagnant » établissements / associations de diplômés : ces dernières sont assujetties aux règles de la CNIL et ont l’obligation de retirer toute trace d’information de leurs bases sur demande d’un individu et de façon automatique pour les personnes identifiées « NPAI » (N’habite Pas à l’Adresse Indiquée) suite à la sollicitation annuelle, d’où une fragilité native de l’information capitalisée.

Dans ce contexte de préservation au sens de l’archivage de tous les dossiers étudiants jusqu’à l’obtention du diplôme, il apparaît naturel de prolonger la réflexion par une approche de valorisation du capital informationnel ainsi constitué. S’appuyant sur le socle d’une base archive des diplômés directement intégrée au SI Scolarité de l’établissement, il est logique d’imaginer étendre le modèle de données aux éléments de suivi de la carrière professionnelle (cette partie étant soumise aux règles CNIL).

La première étape du projet BALI est une phase d’analyse réalisée par un groupe d’étudiants de la junior entreprise ETIC INSA Technologies pour évaluer l’état des lieux de l’existant. Où et sous quelle forme se trouvent les données décrivant les éléments clés des cursus de formation suivis par tous les alumni de l’INSA de Lyon depuis la sortie de la première promotion en 1961 (archives « papier », anciens formats numériques, actuel SI pour les informations courantes, bases de données locales dansles départements…) ? Des interviews formalisées d’un panel d’acteurs concernés (direction, départements d’enseignement, Fondation INSA Lyon, associations d’étudiants et diplômés…) seront réalisées, visant également à les interroger surles usages futures de cette base, au delà de la seule logique d’archivage. La seconde étape consistera en la définition d’un modèle de donnéesintégrant tous les éléments issus de l’analyse et en particulier le suivi des parcours professionnels. La troisième étape sera la mise en place technique du projet et la saisie des données archives. La dernière étape visera à alimenter la partie parcours professionnel, à partir de données locales et par la mobilisation de tous nos réseaux dans une logique d’effet viral généré auprès de nos diplômés.

En particulier, cette mobilisation s’appuiera fortement sur les réseaux sociaux à caractère professionnel (Viadeo, LinkedIn…) sur lesquels existent déjà plusieurs dizaines de groupes INSA  de taille significative. Nos diplômés décrivent naturellement leurs parcours professionnels sur ces réseaux sociaux. Il nous appartient de capitaliser sur cette richesse humaine, relationnelle, entrepreneuriale pour améliorer notre propre connaissance de ces diplômés et ainsi recréer du lien avec l’école en leur offrant en retour l’accès à une base de connaissance complète. Dans une vision prospective encore plus large, BALI pourra être à terme couplé avec un portail « réseau social INSA Lyon » fédérateur  (et non concurrent) des innombrables « hubs » qui existent déjà.

Ce projet BALI apparaît particulièrement structurant pour notre école dans la mesure où il vise à renforcer, pérenniser et enrichir les interactions école / diplômés, entre diplômés, école / entreprises. Il est à la mesure des défis que le Système d’Information et les DSI doivent aujourd’hui relever dans une approche mixant les nouveaux contextes relationnels (dimension réseaux sociaux, logique web 2.0…), les impératifs stratégiques d’une Grande École (lien avec les diplômés et capacité à les mobiliser, relations avec les entreprises…), les technologies informatiques, dans un contexte d’écosystème particulièrement complexe.

Y. Condemine
DSI de l’INSA Lyon