Premier fabricant d’emballages ménagers au niveau européen et 4e au niveau mondial, le groupe SPHERE fait de la qualité à la française sa marque de fabrique et son facteur différenCiant sur un marché en pleine mondialisation. Plus qu’une valeur, le made in France est devenu une vraie source de compétitivité. Et John Persenda (École de Chimie de Toulouse – 63), président fondateur de SPHERE , n’en est pas peu fier.

 

John Persenda (École de Chimie de Toulouse - 63)

John Persenda (École de Chimie de Toulouse - 63)

 

 

Après une première expérience au CEA puis au sein du groupe Shell, John Persenda prend un virage à 360° et se lance dans la création d’entreprise. Son objectif ? Se prouver à lui-même qu’il était capable de manager. Pari plus que réussi pour cette société familiale indépendante.

 

L’innovation comme clé de compétitivité
Coordonner l’innovation, être à l’écoute des cadres et de leurs idées et porter cet esprit d’équipe à travers chaque pays, telles sont les missions d’un président afin de mener son entreprise dans la bonne direction. « L’honnêteté intellectuelle, la créativité et l’esprit d’équipe sont indispensables pour faire la différence sur le marché. Il faut sans cesse pousser à l’innovation et aller perpétuellement de l’avant. » Un principe qui convient parfaitement à cette entreprise innovante qui ne possède pas moins de 200 brevets !

 

« Pour maintenir
le cap, toujours se dire que ses succès sont supérieurs à ses échecs. »

Du Made in France sinon rien
Chez SPHERE, toute la production se fait en France ou en Europe. Une marque de fabrique qui participe au leadership. « Le Made In France est un plus mais la vraie : technologique, produit et environnementale. » Plus qu’une préoccupation pour SP HERE , un axe majeur de développement pour les trente prochaines années. « Par exemple, nous avons développé des sacs à base de canne à sucre qui émettent deux fois moins de CO2 et des emballages biodégradables en fécule de pomme de terre. » Résultat : un rapport qualité/prix/environnement imbattable et une récompense pour John Persenda, le Chaptal de l’Industrie 2013, pour sa contribution à l’industrie française.

 

Une grande famille
Récompense qu’il ne manque pas de partager avec ses collaborateurs, dont certains cadres sont présents depuis 25 ans. Normal évolutionsinternes. « Nous privilégions la mobilité intellectuelle. Nous recrutons beaucoup de stagiaires ou de jeunes diplômés, surtout des ingénieurs et Ici, on entre contrôleur de gestion, puis on devient directeur d’usine et on évolue en tant que directeur industriel du groupe et directeur général. » Une politique accompagnée d’un plan de participation: 10 % du capital sont aux mains de 80 % des cadres. « Que les jeunes diplômés ne se découragent pas, il y a du travail en France. Mais dans un premier temps, il est intéressant de s’expatrier. Parler plusieurs langues, découvrir de nouvelles cultures constituent un plus indéniable aujourd’hui. » Et on veut bien croire John Persenda, lui-même de parents britannique et italien.

 

De président à métronome
Mener ses hommes à la baguette, John Persenda sait le faire, lui qui souhaitait devenir chef d’orchestre. Rêve devenu presque réalité à travers sa fondation d’entreprise. « Nous avons par exemple participé à sauver l’opéra du Cap et aidé les musiciens sud-africains à intégrer les plus grands opéras du monde. Nous avons également créé un certain nombre de nouveautés lyriques en France. Nous célébrerons ainsi nos 40 ans dans le tout nouveau théâtre de Saint- Pierre en Martinique, que nous avons fait revivre après 110 ans suite à l’éruption de la montagne Pelée en 1902. » SPHERE n’en est plus à une innovation près !

 

F.B

 

Contact : contact@sphere.euwww.sphere.eu