Avec Patrick Weil, le Café des Sciences de l’Ecole des Ponts ParisTech s’interroge sur les fondements de la nationalité française.

Patrick Weil, directeur de recherche au CNRS au Centre d’Histoire Sociale du XX siècle de l’Université Paris I Panthéon Sorbonne

Face à une assemblée d’étudiants et de professeurs, Patrick Weil, directeur de recherche au CNRS au Centre d’Histoire Sociale du XX siècle de l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, est venu présenter en ce début d’année son dernier livre intitulé « Etre français, les quatre Piliers de la Nationalité » lors du Café des Sciences du 7 janvier dernier de l’Ecole des Ponts ParisTech. La question de l’identité nationale est souvent abordée du point de vue du Droit, du lien juridique qui lie tout français à l’Etat. Or, Patrick Weil s’est interrogé ici sur les fondements du sentiment d’appartenance à la nation française. « Qu’est ce qui fait que je me sens français? », c’est la question à laquelle il a tenté de répondre dans ce dernier ouvrage à paraître fin janvier aux Editions de l’Aube.

Selon ce dernier, le sentiment d’être français repose sur quatre piliers : le principe d’égalité entre tous les citoyens, la langue française, la mémoire positive de la Révolution Française et enfin le régime de la laïcité. L’échec récent de la réforme sur la laïcité a montré la force de ce pilier et l’attachement des français à cette valeur, en partie fondatrice de l’identité nationale. Ces quatre éléments permettent d’aboutir à une définition collective de l’identité nationale. Patrick Weil précise que ces éléments d’unification et d’assimilation ont été mis en œuvre en France dans un grand respect des particularités, faisant d’aucun de ces piliers un élément discriminant, et ce qui explique aujourd’hui que « certains sont français sans se sentir français alors que d’autres se sentent français sans l’être ».