Un directeur heureux ! Jean-Philippe Ammeux, directeur de l’IÉSEG Business School depuis près de 25 ans affirme détenir les leviers du développement de son institution. Et les faits en témoignent : 10 nouveaux programmes en 3 ans (MSc, MS, MBA, BIB), un bâtiment de 6 000 m2 ouvert à La Défense ou encore un budget multiplié par 16 en 17 ans. Que peut-il vouloir de plus ? La fin de la discrimination institutionnelle envers l’IÉSEG ! Explications.

 

Quelles contraintes vous freinent dans la mise en œuvre de vos projets ?

credits Barbara Grossmann

Notre environnement nous freine ! C’est le cas pour le développement de nos capacités immobilières. Il nous aura fallu 4 ans entre le moment où nous avons pensé notre bâtiment à La Défense et sa réalisation.  Nous rencontrons ces mêmes freins administratifs et légaux à Lille pour notre projet de rénovation et d’agrandissement. Ils retardent les projets et les rendent plus coûteux.

Il en va de même pour l’ouverture de programmes ?

Nous pensons et montons nos programmes bien plus vite que le temps pour les faire reconnaître ou autoriser. Je constate néanmoins que la CEFDG  progresse. Autre point, pour recruter des professeurs internationaux les démarches sont complexes et longues. Or, l’international est une marque de fabrique de l’IÉSEG et surtout un incontournable dans un environnement où tout se jauge à l’échelle mondiale.

Comment se manifeste la discrimination institutionnelle dont vous dites souffrir ?

Par exemple impossible de délivrer un doctorat car nous sommes une structure privée. Or, forts de leur légitimité scientifique, nos chercheurs HDR supervisent 15 doctorants au sein du laboratoire Lille Economics Management (LEM). Mais le nom de l’IÉSEG ne figure pas sur leur doctorat !

Qu’en est-il des autres grades ?

Notre diplôme grande école est visé par le ministère et revêtu du grade de Master. Mais nous ne pouvons délivrer un diplôme national de Master (DNM). Un comble pour une institution qui porte la triple couronne EQUIS, AACSB et AMBA, a l’image de seulement 1 % des business schools mondiales. Ayant la qualification d’EESPIG, j’ai demandé à ce que l’IÉSEG soit évaluée par l’HCERES. Nous souhaitons être comparés selon les mêmes critères que les établissements publics.

Quel apport du label EESPIG dans cette optique ?

La création des EESPIG en 2014 avec Pierre Tapie a un peu changé la perception de nos établissements. Ce n’est pas une reconnaissance formelle par l’Etat, mais un label pour les établissements privés d’enseignement supérieur, à but non lucratif, en contrat avec l’Etat.  Nous sommes ainsi considérés comme à but non lucratif et opérant une mission d’utilité publique.

Vous ne demandez pour autant pas d’argent ?

Notre indépendance et notre autonomie représentent un énorme atout dans la compétition internationale ! Je me réjouis que notre business model soit soutenable. Il est évident que si j’avais deux fois plus de ressources je pourrais recruter des professeurs encore plus qualifiés. Mais force est de constater avec notre triple accréditation et notre rang dans les classements, que la qualité et l’excellence de notre faculté sont déjà reconnues !

Quel serait votre Si pour l’enseignement supérieur français ?

Il serait un hub de référence à l’international Si l’on mettait en place des prêts à remboursement contingent. A l’instar de la GB ou de l’Australie, où les étudiants remboursent leurs prêts étudiants une fois en activité et uniquement à partir d’un certain niveau de revenus. Ces prêts seraient aussi un formidable outil d’ouverture sociale pour nos formations. D’ailleurs, je suis en négociation avec des banques à ce sujet pour l’IÉSEG.

Témoignage d’alumni

Solvay : quand la chimie relève les défis sociétaux

EDF : le secteur a besoin de vos lumières !

Venez challenger le secteur du nucléaire dans une entreprise qui booste la jeune génération, assure Cécile Laugier, Directrice Environnement et Prospective

Louis Vuitton : un groupe taillé pour les jeunes dip’

Des sacs aux montres connectées, Louis Vuitton est synonyme de tous les possibles. Plongée dans les coulisses d’un emblème du savoir-faire français

Ingénieur.e du futur, qui es-tu ?

Alors que l’on parle de plus en plus d’industrie 4.0 et de projets d’avenir, l’image de l’ingénieur(e) reste relativement vieillotte. Et pourtant, l’ingénieur du futur est sexy.

Coface : une multinationale à taille humaine

Group general secretary and Chief Legal officer du groupe, Carole Lytton se confie sur la place que peuvent trouver les jeunes Sciences Po chez Coface

SNCF Réseau : prenez le train du digital !

La numérisation du réseau ferroviaire est une vraie opportunité pour les ingénieurs des Ponts, « saisissez là », assure Patrick Jeantet, PDG de SNCF Réseau.

Adrien Touati : gourou de la Tech

Adulé par Xavier Niel, Adrien Touati a participé à l’amélioration de la Freebox à seulement 17 ans ! Devenu véritable gourou de la tech, il partage sa vision d’un secteur en pleine révolution.

Disney +, Apple TV + : Zoom sur la folie du streaming

Disney et Apple se lancent dans la course au streaming aux côtés d’Amazon, Canal ou encore Youtube. Pourquoi le streaming séduit-il tant ? Éléments de réponse.

Les rendez-vous immanquables de la Tech

De septembre à juin, découvrez tout l’agenda de la Tech ! Conférences, salons… Les immanquables sont à retrouver ici !

Transdev : vivez la mobilité à l’échelle d’un groupe international, en mode start-up !

Elisabeth Oger, Directrice Clients passagers du Groupe Transdev vous ouvre les portes du secteur de la mobilité avide d’innovations.

Le commerce équitable, on en parle ?

Selon une enquête de Max Havelaar et OpinionWay, 79% des 15-25 ans déclarent être prêts à s’engager pour soutenir le commerce équitable.