Pierre, respo comm, et Benjamin, président de Centrale 7

Mercredi 22 mai. 16h Châtenay-Malabry. Je retrouve Pierre aux abords du terrain de sport de l’Ecole Centrale Paris. Responsable communication de l’association Centrale 7, le rendez-vous est pris pour me faire découvrir cet événement sportif incontournable de la vie de son école : le tournoi Centrale 7 ! Avec plus de 300 étudiants venus des quatre coins du monde et réunis sur deux jours sur le campus de l’Ecole, toute l’équipe de Centrale 7 est dans les starting-blocks. Pour ces 50 jeunes Centraliens (18 de 2ème année et 30 de 1ère année), un an de préparation aura été nécessaire à la préparation de ce tournoi.

Après un coup d’œil aux installations et un brief rapide (mais indispensable !) des règles du rugby à 7, Pierre me livre ses premières impressions. « Je ressentais la pression ces deux derniers jours mais maintenant que nous y sommes et que tout roule, je suis vraiment heureux ! (…) D’un point de vue logistique, on peut dire avec le temps que nous sommes rôdés. Notre challenge est surtout de parvenir à médiatiser ce tournoi auprès du plus grand nombre. Le rugby à 7 reste encore très confidentiel en France. »
A quelques pas de là, Benjamin, président de l’association, se joint naturellement à nous. Avec un large sourire, il témoigne de son expérience très modestement. « Cet après-midi, nous sommes très contents, tout se passe bien ! Centrale 7 c’est une grande fête, au-delà des matchs on retrouve une ambiance conviviale, et une proximité entre les joueurs et le public. » Et quand on lui demande la différence avec le rugby à 15, la réponse est immédiate : « C’est un rugby plus festif ! Plus intense aussi, plus physique. La taille du terrain ne change pas mais l’équipe est réduite de moitié ! » Soucieux de préserver une cohésion de son équipe au cours de l’année, Benjamin reconnait que c’est aussi la clé de la réussite. « La mission du président est d’être un coordinateur qui sait mettre tout le monde en confiance. »

Charles Pères, Xavier Pujos - deux pionners de Centrale 7 - accompagnés de Pierre et de son acolyte cameraman


Pierre me conduit ensuite à la rencontre des « pionniers » de Centrale 7 – crée il y a 9 ans – et auprès de joueurs qui font vivre aujourd’hui le tournoi. Interviews et rencontres placées bien entendu sous le signe du rugby (à 7) : « fraîcheur, convivialité et simplicité » !

Xavier Pujos
, à l’origine du projet Centrale 7, manage aujourd’hui les équipes de France universitaires à 7 et coache les espoirs du Racing Enseignant à Centrale Paris. Proche de ses étudiants, il nous raconte : « J’ai retrouvé l’esprit universitaire en arrivant à Centrale. Je me souviens à l’époque d’un événement à Bayonne qui me plaisait beaucoup et j’ai eu envie de faire la même chose ici. L’unité de lieu correspondait parfaitement ! On a commencé avec seulement 5 étudiants au mois de septembre, et dès janvier nous avions les premières subventions… une vraie surprise ! Ma plus grande fierté est de voir aujourd’hui que l’on ne sert plus à rien. L’équipe de Centrale 7 n’a plus besoin de nous, elle gère seule la compétition pour notre plus grand bonheur. »
Charles Pères, autre précurseur du rugby à 7 et ancien étudiant à Centrale, rajoute : « Il y a un excellent niveau aujourd’hui. Il y a 30 ans on inaugurait le premier tournoi universitaire à 7. Le rugby féminin était inexistant (nous avions pourtant déjà réussi à avoir une équipe !) et le rugby à 7 était encore plus confidentiel qu’aujourd’hui. Nous étions des pionniers ! Le rugby à 7 c’est fabuleux et très facile à comprendre. Pas besoin d’être un spécialiste ! »

La team d'Oxford

Le tournoi Centrale 7 c’est aussi bien sûr ses joueurs !

Jonathan Laugel, 2A Equipe de France de rugby à 7 (19 ans)

« Je suis déjà venu l’an dernier, et encore une fois je trouve que c’est un très bel événement ! Je ne participe pas à la compétition, je suis ici en simple spectateur. Il y a une super ambiance, du soleil… évidemment si mon emploi du temps le permets je serai là en 2014 ! »

Tom, the Oxford team !

« C’est une compétition vraiment très bien organisée. On l’attend chaque année avec beaucoup de plaisir, elle est inscrit au programme de notre école ! »

Emeline, pour l’équipe féminine de Belgique

« On s’amuse beaucoup ! Nous venons de gagner alors forcément nous sommes très contentes ! e fais du rugby depuis 10 ans. On recherche aussi des sponsors pour favoriser le développement du rugby à 7 dans notre pays… On veut des sous !! » lance t’elle amusée.

Enfin, c’est avec le président de la Fédération Africaine de rugby, Abdelaziz Bougja, que nous terminons cet après-midi sportif.
« Le rugby a naturellement la fibre universitaire ! Il véhicule les valeurs de solidarité et de partage. Centrale 7 un très bon tournoi, où chacun a sa chance. On découvre par exemple la Bulgarie et c’est très bien ! Le Kenya et Tunisie défendent aussi leurs couleurs avec une équipe féminine ! Bravo aux équipes, aux organisateurs et vive le rugby ! » Un dernier message aux étudiants ? « Amusez vous ! »

Une équipe belge en pleine forme !

Il est presque 18h. Déja ! Il est temps pour moi de laisser Pierre et son équipe continuer les festivités jusqu’au lendemain soir. Inscrit aux Jeux Olympiques (pour la première fois !) de Rio en 2016, le rugby à 7 est promis à un bel avenir pour le plus grand bonheur de ses supporters.  Jurons que d’ici quelques années, nous scanderons tous : « Vive le rugby, vive le rugby à 7 ! »

 

AF