Vendredi 9 novembre 2018, les membres du Bureau de la CDEFI (Conférence des Directeurs des Ecoles d’Ingénieurs Françaises) ont fait le point sur les cinq sujets chauds qui animeront les écoles d’ingénieurs dans les prochains mois. Retour sur les actus et les perspectives évoquées.

 

Regroupements : non au modèle unique, vive l’agilité !

Objectif des regroupements entre écoles d’ingénieurs et universités : créer des champions français internationaux. Une dynamique impliquant un processus de transformation complète de ces établissements mais « sans faire disparaître ce qui fait leurs forces. Ils donneront naissance à des acteurs plus compétitifs sur la scène internationale sans gommer les spécificités (recherche, agilité…) de nos écoles d’ingénieurs », insiste Marc Renner, Président de la CDEFI.

Second maître-mot de cette dynamique de regroupements : l’expérimentation. « Si nous nous regroupons pour faire ce qui se fait déjà dans les universités, je ne crois pas que nous ferons un pas de géant », insiste Marc Renner. A l’heure de l’hybridation, la CDEFI appelle par ailleurs de ses vœux le développement d’une boite à outils pour les accompagner dans les process législatifs complexes implémentés par ces regroupements.

 

Le bureau de la CDEFI

 

Réforme du Bac : un pas vers la féminisation des études scientifiques ?

Autre point chaud pour les écoles d’ingénieurs : la réforme du Bac. Alors qu’elle impacte les écoles recrutant aux niveaux Bac et Bac+2, elle pose la question de l’accompagnement des élèves et futurs élèves dans le continuum Bac-3 / Bac+8. Tout l’enjeu réside donc dans l’orientation. Mais attention, il ne s’agit pas « d’orienter vers une spécificité, une école ou un concours, mais bien de proposer un schéma de discours pour encourager l’entrée dans des études scientifiques longues. »

Si cette réforme impacte l’ensemble des jeunes, elle pourrait avoir un effet collatéral non négligeable sur la féminisation des études scientifiques. « En renforçant l’information sur les carrières scientifiques, en favorisant le décloisonnement et une approche transverse des disciplines, la réforme pourrait pousser plus de jeunes femmes à connaître et à se lancer dans des carrières scientifiques », indique Marc Renner.

« 25 % d’apprentis en école d’ingé : c’est jouable ! »

Avec un taux de 15 % dans les écoles d’ingénieurs françaises, l’apprentissage s’impose également comme un sujet de préoccupation majeure pour la CDEFI. Alors qu’un peu plus de la moitié d’entre elles proposent des formations en apprentissage sur 3 ans, leur financement reste encore marqué d’un point d’interrogation pour l’avenir, la réforme de l’apprentissage faisant toujours l’objet de débats mouvementés. « Arrêtons de penser qu’on peut financer l’apprentissage sur des coûts marginaux. C’est seulement en le finançant à son vrai coût que nous pourrons atteindre un taux satisfaisant de 25 %. »

Vers une harmonisation des droits d’inscription ?

Autre sujet en proie aux débats : les droits d’inscription. Car si leur augmentation serait « une vraie bouffée d’oxygène pour certains établissements, elle est à même de réduire l’ouverture sociale dans d’autres écoles. Un système de bourses et de compensations devrait donc être mis en place en parallèle. A moyen terme, l’idéal serait un alignement des droits ». Un objectif toujours au stade du vœu pieu à cette heure.

Développement international : les clés de la réussite

Last but not least, la dynamique d’internationalisation des écoles d’ingénieurs s’impose comme un enjeu majeur pour la CDEFI. « Il ne s’agit pas pour ces établissements de s’implanter ex nihilo avec tous leurs moyens, mais plutôt de collaborer avec des sites étrangers pour développer des modèles inédits. » Signes de leur succès les formations et travaux de recherche appuyés par de grands organismes de recherche et l’arrivée d’étudiants français sur ces sites aux quatre coins du monde. « Une école française a vraiment gagné son pari à l’international lorsque ses propres étudiants demandent à faire un semestre sur un de ses campus à l’étranger » conclut Marc Renner.

Les 5 forces de l’INSA Lyon

Formation, vie associative, culture… On fait le point sur les 5 atouts de l’INSA Lyon, l’école d’ingénieurs résolument tournée vers l’art.

Attribution du grade de licence pour les bachelors : la demande de la CGE a été entendue

La Conférence des grandes écoles (CGE) réagit après l’annonce de Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, au sujet de l’adoption en octobre prochain d’un arrêté permettant aux bachelors, quel que soit le statut des établissements porteurs, d’obtenir le grade de licence, sous réserve de respecter un cahier des charges. L’attribution du grade de licence, que la CGE demande depuis de nombreuses années, permettra d’améliorer la lisibilité de l’offre, en faisant ressortir la qualité des formations de bachelor.

Un Centenaire clôturé sous le signe de l’international à l’ESC Clermont

L’ESC Clermont, membre du réseau international des Business Schools de NIBES (Network of International Business and Economic Schools) depuis 1998, a accueilli son congrès annuel pour l’année du Centenaire de l’école. D’un réseau dont la vocation initiale était de permettre une meilleure mobilité des étudiants à l’international, celui-ci est devenu, avec le temps, un lieu de discussions sur la mobilité académique et les échanges en recherche.

AgroParisTech : ses 5 atouts à ne pas rater à la rentrée

On vous a concocté pour vous la liste de toutes les activités funs et des meilleurs cours et Masters que propose AgroParisTech. Suivez le guide !

Les écoles de ParisTech s’engagent avec leurs partenaires du réseau ATHENS pour le doctorat en Europe

6 écoles de ParisTech – AgroParisTech, Arts et Métiers ParisTech, Chimie ParisTech, ENSTA Paris, MINES ParisTech, Télécom Paris – ont remporté ce 10 juillet l’appel « Partenariats stratégiques pour l’enseignement supérieur » du programme ERASMUS+ aux côtés de leurs partenaires du réseau ATHENS que sont l’Université polytechnique de Madrid (UPM), Politecnico Milano, l’Institut technique de Lisbonne (IST) et l’Université technique d’Istanbul (ITU). Le financement global s’élève à plus de 350 000 euros pour une durée de trois ans.

ESCP Europe certifie ses diplômes par la Blockchain

ESCP Europe, première école de commerce au Monde, est l’une des premières Business School européennes à délivrer un diplôme numérique certifié et sécurisé à ses étudiants.

Grenoble Ecole de Management : le Top 5 des cours à ne pas rater à la rentrée

Cours et innovations pépites Grenoble Ecole de Management (GEM) n’a pas fini de vous étonner à la rentrée. Découvrez les 5 cours que vous ne trouverez nulle part ailleurs

ESTP Paris: Projet de création d’une formation d’architecture à Troyes

Troyes Champagne Métropole accompagne le projet d’une double formation, en Architecture – Ingénierie et Construction, au sein du campus de Troyes de l’ESTP Paris, avec l’Ecole Spéciale d’Architecture Paris.

Ré-accréditation EPAS du Master International Management,L’attractivité internationale de TSM confortée

Toulouse School of Management (ex IAE Toulouse) vient d’obtenir le renouvellement pour 5 ans de l’accréditation EPAS pour son Master International Management (accrédité la première fois en 2008).

ESCP Europe : le Top 5 des cours à ne pas rater à la rentrée

Formations pépites, innovations pédagogiques, professeurs hors du commun,… ESCP Europe n’a pas fini de vous étonner à la rentrée. Découvrez les cinq cours que vous ne trouverez nulle part ailleurs !