Vendredi 9 novembre 2018, les membres du Bureau de la CDEFI (Conférence des Directeurs des Ecoles d’Ingénieurs Françaises) ont fait le point sur les cinq sujets chauds qui animeront les écoles d’ingénieurs dans les prochains mois. Retour sur les actus et les perspectives évoquées.

 

Regroupements : non au modèle unique, vive l’agilité !

Objectif des regroupements entre écoles d’ingénieurs et universités : créer des champions français internationaux. Une dynamique impliquant un processus de transformation complète de ces établissements mais « sans faire disparaître ce qui fait leurs forces. Ils donneront naissance à des acteurs plus compétitifs sur la scène internationale sans gommer les spécificités (recherche, agilité…) de nos écoles d’ingénieurs », insiste Marc Renner, Président de la CDEFI.

Second maître-mot de cette dynamique de regroupements : l’expérimentation. « Si nous nous regroupons pour faire ce qui se fait déjà dans les universités, je ne crois pas que nous ferons un pas de géant », insiste Marc Renner. A l’heure de l’hybridation, la CDEFI appelle par ailleurs de ses vœux le développement d’une boite à outils pour les accompagner dans les process législatifs complexes implémentés par ces regroupements.

 

Le bureau de la CDEFI

 

Réforme du Bac : un pas vers la féminisation des études scientifiques ?

Autre point chaud pour les écoles d’ingénieurs : la réforme du Bac. Alors qu’elle impacte les écoles recrutant aux niveaux Bac et Bac+2, elle pose la question de l’accompagnement des élèves et futurs élèves dans le continuum Bac-3 / Bac+8. Tout l’enjeu réside donc dans l’orientation. Mais attention, il ne s’agit pas « d’orienter vers une spécificité, une école ou un concours, mais bien de proposer un schéma de discours pour encourager l’entrée dans des études scientifiques longues. »

Si cette réforme impacte l’ensemble des jeunes, elle pourrait avoir un effet collatéral non négligeable sur la féminisation des études scientifiques. « En renforçant l’information sur les carrières scientifiques, en favorisant le décloisonnement et une approche transverse des disciplines, la réforme pourrait pousser plus de jeunes femmes à connaître et à se lancer dans des carrières scientifiques », indique Marc Renner.

« 25 % d’apprentis en école d’ingé : c’est jouable ! »

Avec un taux de 15 % dans les écoles d’ingénieurs françaises, l’apprentissage s’impose également comme un sujet de préoccupation majeure pour la CDEFI. Alors qu’un peu plus de la moitié d’entre elles proposent des formations en apprentissage sur 3 ans, leur financement reste encore marqué d’un point d’interrogation pour l’avenir, la réforme de l’apprentissage faisant toujours l’objet de débats mouvementés. « Arrêtons de penser qu’on peut financer l’apprentissage sur des coûts marginaux. C’est seulement en le finançant à son vrai coût que nous pourrons atteindre un taux satisfaisant de 25 %. »

Vers une harmonisation des droits d’inscription ?

Autre sujet en proie aux débats : les droits d’inscription. Car si leur augmentation serait « une vraie bouffée d’oxygène pour certains établissements, elle est à même de réduire l’ouverture sociale dans d’autres écoles. Un système de bourses et de compensations devrait donc être mis en place en parallèle. A moyen terme, l’idéal serait un alignement des droits ». Un objectif toujours au stade du vœu pieu à cette heure.

Développement international : les clés de la réussite

Last but not least, la dynamique d’internationalisation des écoles d’ingénieurs s’impose comme un enjeu majeur pour la CDEFI. « Il ne s’agit pas pour ces établissements de s’implanter ex nihilo avec tous leurs moyens, mais plutôt de collaborer avec des sites étrangers pour développer des modèles inédits. » Signes de leur succès les formations et travaux de recherche appuyés par de grands organismes de recherche et l’arrivée d’étudiants français sur ces sites aux quatre coins du monde. « Une école française a vraiment gagné son pari à l’international lorsque ses propres étudiants demandent à faire un semestre sur un de ses campus à l’étranger » conclut Marc Renner.

En 2020, IMT Lille Douai met le cap sur l’international

Pour sa troisième année d’existence, IMT Lille Douai (née de la fusion de Télécom Lille et de l’Ecole des Mines de Douai) assume ses envies d’ailleurs. Capitalisant sur sa stratégie pionnière dans l’imbrication des sciences du numérique et des sciences industrielles, l’établissement a annoncé ses projets 2020 le 15 janvier. Panorama.

Tête à tête avec les Parisiennes dans notre prochain numéro !

Les Parisiennes sont à l’honneur du dernier numéro de Monde des Grandes Ecoles et Université numéro 88 !

HEC, l’école de l’entrepreneuriat

HEC N°1 des écoles de commerce pour être formé à l’entrepreneuriat selon Forbes ? Ludivine Berouard co-fondatrice de ProTeen raconte son aventure entrepreneuriale

Bachelor : une formation post-bac à la Une

A la fois professionnalisant et tournée vers l’international Bachelor a le vent en poupe auprès des étudiants. Ses 3 grands axes : théorie, savoir-faire et savoir-être

What’s new at EM Normandie ? – Rencontre avec Elian Pilvin

Actuel directeur délégué d’EM Normandie, Elian Pilvin prendra officiellement la succession de Jean-Guy Bernard à la tête de la business school normande le 1er février prochain. Quels sont les dossiers qui l’attendent sur son bureau pour sa première année de mandat de DG ? Rencontre.

L’INSEAD ouvre son premier établissement en Amérique du Nord

Le Hub for Business Innovation de l’INSEAD à San Francisco : un établissement à la pointe de l’enseignement du management international, fait son entrée sur le marché américain. L’INSEAD, une des écoles supérieures de commerce les plus importantes et les plus influentes au monde, a annoncé le lancement de son Hub for Business Innovation à San Francisco.

L’EM Normandie obtient le renouvellement de l’accréditation EQUIS

L’EM Normandie obtient son premier renouvellement de l’accréditation internationale EQUIS délivrée par l’EFMD pour 3 ans. Après la reconduction d’AACSB en juin 2019, ce nouveau succès témoigne de sa capacité à croître dans une dynamique d’excellence et l’ancre parmi les meilleures business schools mondiales : moins de 200 universités et grandes écoles de management sont détentrices d’EQUIS dans le monde et seulement 5% de la double accréditation EQUIS et AACSB. Son ouverture internationale, ses liens fructueux avec les acteurs du territoire, sa stratégie de développement et sa capacité à innover ainsi que sa forte cohésion interne sont ainsi reconnus. Ils sont autant d’atouts pour poursuivre sa montée en puissance et se démarquer dans un contexte concurrentiel de plus en plus prégnant.

Les grandes écoles, bonnes élèves de l’ouverture sociale ?

La Conférence des Grandes Ecoles (CGE) a dévoilé la seconde édition du Baromètre de l’ouverture sociale dans les grandes écoles le 4 décembre 2019. Panorama

ESCP Business School : un nouveau nom pour fêter son bicentenaire

Mardi 26 novembre 2019, la célèbre école de commerce parisienne a fêté ses 200 ans et annoncé ses nouveautés.

L’ESTP Paris inaugure son nouveau campus à Dijon

L’ESTP Paris, grande école d’ingénieurs spécialisée dans la construction durable, a inauguré à Dijon son deuxième campus en région, en présence notamment de François Rebsamen, maire de Dijon et président de Dijon Métropole, de Denis Hameau, représentant de Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, de François-Xavier Clédat, président du Conseil d’Administration de l’ESTP Paris, de Florence Darmon, directeur général de l’ESTP Paris, et de Laurence Mangenot, Directrice du campus ESTP Paris de Dijon.