Vendredi 9 novembre 2018, les membres du Bureau de la CDEFI (Conférence des Directeurs des Ecoles d’Ingénieurs Françaises) ont fait le point sur les cinq sujets chauds qui animeront les écoles d’ingénieurs dans les prochains mois. Retour sur les actus et les perspectives évoquées.

 

Regroupements : non au modèle unique, vive l’agilité !

Objectif des regroupements entre écoles d’ingénieurs et universités : créer des champions français internationaux. Une dynamique impliquant un processus de transformation complète de ces établissements mais « sans faire disparaître ce qui fait leurs forces. Ils donneront naissance à des acteurs plus compétitifs sur la scène internationale sans gommer les spécificités (recherche, agilité…) de nos écoles d’ingénieurs », insiste Marc Renner, Président de la CDEFI.

Second maître-mot de cette dynamique de regroupements : l’expérimentation. « Si nous nous regroupons pour faire ce qui se fait déjà dans les universités, je ne crois pas que nous ferons un pas de géant », insiste Marc Renner. A l’heure de l’hybridation, la CDEFI appelle par ailleurs de ses vœux le développement d’une boite à outils pour les accompagner dans les process législatifs complexes implémentés par ces regroupements.

 

Le bureau de la CDEFI

 

Réforme du Bac : un pas vers la féminisation des études scientifiques ?

Autre point chaud pour les écoles d’ingénieurs : la réforme du Bac. Alors qu’elle impacte les écoles recrutant aux niveaux Bac et Bac+2, elle pose la question de l’accompagnement des élèves et futurs élèves dans le continuum Bac-3 / Bac+8. Tout l’enjeu réside donc dans l’orientation. Mais attention, il ne s’agit pas « d’orienter vers une spécificité, une école ou un concours, mais bien de proposer un schéma de discours pour encourager l’entrée dans des études scientifiques longues. »

Si cette réforme impacte l’ensemble des jeunes, elle pourrait avoir un effet collatéral non négligeable sur la féminisation des études scientifiques. « En renforçant l’information sur les carrières scientifiques, en favorisant le décloisonnement et une approche transverse des disciplines, la réforme pourrait pousser plus de jeunes femmes à connaître et à se lancer dans des carrières scientifiques », indique Marc Renner.

« 25 % d’apprentis en école d’ingé : c’est jouable ! »

Avec un taux de 15 % dans les écoles d’ingénieurs françaises, l’apprentissage s’impose également comme un sujet de préoccupation majeure pour la CDEFI. Alors qu’un peu plus de la moitié d’entre elles proposent des formations en apprentissage sur 3 ans, leur financement reste encore marqué d’un point d’interrogation pour l’avenir, la réforme de l’apprentissage faisant toujours l’objet de débats mouvementés. « Arrêtons de penser qu’on peut financer l’apprentissage sur des coûts marginaux. C’est seulement en le finançant à son vrai coût que nous pourrons atteindre un taux satisfaisant de 25 %. »

Vers une harmonisation des droits d’inscription ?

Autre sujet en proie aux débats : les droits d’inscription. Car si leur augmentation serait « une vraie bouffée d’oxygène pour certains établissements, elle est à même de réduire l’ouverture sociale dans d’autres écoles. Un système de bourses et de compensations devrait donc être mis en place en parallèle. A moyen terme, l’idéal serait un alignement des droits ». Un objectif toujours au stade du vœu pieu à cette heure.

Développement international : les clés de la réussite

Last but not least, la dynamique d’internationalisation des écoles d’ingénieurs s’impose comme un enjeu majeur pour la CDEFI. « Il ne s’agit pas pour ces établissements de s’implanter ex nihilo avec tous leurs moyens, mais plutôt de collaborer avec des sites étrangers pour développer des modèles inédits. » Signes de leur succès les formations et travaux de recherche appuyés par de grands organismes de recherche et l’arrivée d’étudiants français sur ces sites aux quatre coins du monde. « Une école française a vraiment gagné son pari à l’international lorsque ses propres étudiants demandent à faire un semestre sur un de ses campus à l’étranger » conclut Marc Renner.

L’EFMD renouvelle l’accréditation internationale de ESCP Europe

En juin 2019, l’EFMD organisme accréditeur délivrant le label de qualité EQUIS, vient de prolonger de cinq ans l’accréditation de ESCP Europe. L’école fait partie des 1% d’écoles de commerce dans le monde à être triplement accréditées.

RSE, diversité, égalité : des paroles et des actes pour Grenoble Ecole de Management

Grenoble Ecole de Management (GEM), une school for business, for society. Portée par cette signature, l’école s’empare aujourd’hui plus que jamais des sujets sociétaux. Education pour tous, lutte contre les inégalités femmes – hommes, relations économiques et sociétales, RSE et consommation responsable : autant de sujets sur lesquels direction, experts, étudiants et alumni de GEM se sont exprimés à l’occasion d’un speed meeting le 18 juin. Retour.

L’École polytechnique s’engage sur le développement durable

À l’occasion du colloque scientifique international organisé vendredi 7 juin 2019 à l’École polytechnique dans le cadre de ses 225 ans, l’X prend cinq engagements en faveur du développement durable et de la transition énergétique

IMT Atlantique, une bretonne qui a la cote à l’international !

Transition numérique, énergétique et environnementale : même pas peur ! Fraichement distingué par les meilleurs classements internationaux, IMT Atlantique est prêt à former les ingénieur·es qui relèveront les plus grands défis du 21e siècle. Rencontre avec Anne Beauval, sa directrice déléguée.

LES PRIX DE LA COMMUNICATION ARCES ONT 10 ANS !

Chaque année depuis 10 ans, l’Arces organise les Prix de la communication du Sup’ qui distinguent les meilleures initiatives en communication des établissements d’enseignement supérieur.

Les écoles de ParisTech réaffirment leur volonté de mener des actions communes

Les écoles de ParisTech réaffirment leur volonté de mener ensemble des actions qui contribuent à promouvoir la formation d’ingénieur d’excellence à la française, à l’améliorer, à la développer, à l’ouvrir socialement et à l’international.

L’IAE Caen propose des Masters Management en Cycle Accéléré

L’IAE Caen, école universitaire de management, donne la possibilité de suivre l’un de ses Masters Management en cycle accéléré. Destinée aux demandeurs d’emplois ou salariés de niveau Bac +2/3, cette formation s’inscrit dans le cadre de la Formation Professionnelle et permet en un an d’obtenir un niveau Master 2. 5 Masters sont concernés : Gestion des Ressources Humaines, Marketing digital, Gestion de Production/Logistique/Achats, Contrôle de Gestion et Management des Organisations Sociales.

L’École centrale de Marseille confirme sa stratégie volontaire et ambitieuse en ouvrant trois nouvelles formations à la rentrée 2019

Centrale Marseille poursuit sa dynamique de progression et proposera dès septembre trois nouveaux diplômes en phase avec les mutations les plus récentes du monde du travail, à savoir, l’ouverture à l’international, la montée en puissance de l’intelligence artificielle et des énergies marines renouvelables.

Un nouveau directeur à la tête de Montpellier Business School

Coup de foudre ou suite logique de ses sept ans passés à la direction générale de la CCI de l’Hérault ? Bruno Ducasse voit surtout sa nouvelle mission de directeur de Montpellier Business School (MBS) comme une grande fierté. Une fierté d’autant plus grande qu’il a lui-même usé les bancs de l’école en tant qu’étudiant. Il revient sur les challenges qui l’attendent.

Sommet Education investit dans DUCASSE Education, l’acteur de renommée mondiale en formations des arts culinaires et pâtissiers

Sommet Education a le plaisir d’annoncer la signature d’un accord en vertu duquel il acquiert la majorité des parts de DUCASSE Education. À travers cette opération, Sommet Education consolide sa position de groupe leader et élargit son périmètre de formation afin de préparer la future génération de professionnels de l’hôtellerie et de la gastronomie.