Vendredi 9 novembre 2018, les membres du Bureau de la CDEFI (Conférence des Directeurs des Ecoles d’Ingénieurs Françaises) ont fait le point sur les cinq sujets chauds qui animeront les écoles d’ingénieurs dans les prochains mois. Retour sur les actus et les perspectives évoquées.

 

Regroupements : non au modèle unique, vive l’agilité !

Objectif des regroupements entre écoles d’ingénieurs et universités : créer des champions français internationaux. Une dynamique impliquant un processus de transformation complète de ces établissements mais « sans faire disparaître ce qui fait leurs forces. Ils donneront naissance à des acteurs plus compétitifs sur la scène internationale sans gommer les spécificités (recherche, agilité…) de nos écoles d’ingénieurs », insiste Marc Renner, Président de la CDEFI.

Second maître-mot de cette dynamique de regroupements : l’expérimentation. « Si nous nous regroupons pour faire ce qui se fait déjà dans les universités, je ne crois pas que nous ferons un pas de géant », insiste Marc Renner. A l’heure de l’hybridation, la CDEFI appelle par ailleurs de ses vœux le développement d’une boite à outils pour les accompagner dans les process législatifs complexes implémentés par ces regroupements.

 

Le bureau de la CDEFI

 

Réforme du Bac : un pas vers la féminisation des études scientifiques ?

Autre point chaud pour les écoles d’ingénieurs : la réforme du Bac. Alors qu’elle impacte les écoles recrutant aux niveaux Bac et Bac+2, elle pose la question de l’accompagnement des élèves et futurs élèves dans le continuum Bac-3 / Bac+8. Tout l’enjeu réside donc dans l’orientation. Mais attention, il ne s’agit pas « d’orienter vers une spécificité, une école ou un concours, mais bien de proposer un schéma de discours pour encourager l’entrée dans des études scientifiques longues. »

Si cette réforme impacte l’ensemble des jeunes, elle pourrait avoir un effet collatéral non négligeable sur la féminisation des études scientifiques. « En renforçant l’information sur les carrières scientifiques, en favorisant le décloisonnement et une approche transverse des disciplines, la réforme pourrait pousser plus de jeunes femmes à connaître et à se lancer dans des carrières scientifiques », indique Marc Renner.

« 25 % d’apprentis en école d’ingé : c’est jouable ! »

Avec un taux de 15 % dans les écoles d’ingénieurs françaises, l’apprentissage s’impose également comme un sujet de préoccupation majeure pour la CDEFI. Alors qu’un peu plus de la moitié d’entre elles proposent des formations en apprentissage sur 3 ans, leur financement reste encore marqué d’un point d’interrogation pour l’avenir, la réforme de l’apprentissage faisant toujours l’objet de débats mouvementés. « Arrêtons de penser qu’on peut financer l’apprentissage sur des coûts marginaux. C’est seulement en le finançant à son vrai coût que nous pourrons atteindre un taux satisfaisant de 25 %. »

Vers une harmonisation des droits d’inscription ?

Autre sujet en proie aux débats : les droits d’inscription. Car si leur augmentation serait « une vraie bouffée d’oxygène pour certains établissements, elle est à même de réduire l’ouverture sociale dans d’autres écoles. Un système de bourses et de compensations devrait donc être mis en place en parallèle. A moyen terme, l’idéal serait un alignement des droits ». Un objectif toujours au stade du vœu pieu à cette heure.

Développement international : les clés de la réussite

Last but not least, la dynamique d’internationalisation des écoles d’ingénieurs s’impose comme un enjeu majeur pour la CDEFI. « Il ne s’agit pas pour ces établissements de s’implanter ex nihilo avec tous leurs moyens, mais plutôt de collaborer avec des sites étrangers pour développer des modèles inédits. » Signes de leur succès les formations et travaux de recherche appuyés par de grands organismes de recherche et l’arrivée d’étudiants français sur ces sites aux quatre coins du monde. « Une école française a vraiment gagné son pari à l’international lorsque ses propres étudiants demandent à faire un semestre sur un de ses campus à l’étranger » conclut Marc Renner.

Résultats historiques pour la Prép’ENA Paris 1 – ENS en 2018

Sur les quarante places qu’offre l’École nationale d’administration (ENA), vingt admis et deux sur liste complémentaire sont issus de la Prép’ENA Paris 1-ENS (École normale supérieure) cette année. Un résultat historique qui témoigne de la qualité de cette formation, portée par l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Dans les coulisses de la formation des IAE

Pédagogie, proximité avec les entreprises, accréditations, égalité hommes/femmes dans les IAE, Marie Joncour et Virginie de Barnier, nous disent tout !

Dans les coulisses de la formation des factoriens

Projets, accompagnement, pluridisciplinarité, Vincent Curt et Bruno Faure, nous dévoilent la pédagogie de la Web School Factory

Formation ingénieur de demain de l’ICAM : campus numérique déployé sur les 6 sites français

Projet initialisé en 2016, puis déployé sur tous les sites Icam en 2018 en partenariat avec S-Cube, filiale de SPIE ICS, le campus numérique s’inscrit dans le cadre de la stratégie globale de l’école qui fait évoluer ses formations pour s’adapter aux multiples mutations du rôle de l’ingénieur dans la société (agilité, interculturalité, ouverture aux autres…). Parcours Ouvert, développement à l’international ou encore déploiement des Fablab et de l’entrepreneuriat : le campus numérique vient soutenir les différents projets de l’Icam.

Horizons ESCE : une troisième édition sous le signe de l’échange

Alors que l’ESCE célèbre son 50e anniversaire, c’est parti pour la troisième édition d’Horizons ESCE ! Sous le thème « Libéralisation des échanges, ouverture des frontières, bilatéralisme : stop ou encore », cette soirée organisée par ESCE Alumni sera une...

Rennes School of Business part à la conquête du phare west

Nouvel axe stratégique 2018-2023centré sur le #UnframedThinking, pour une Rennes School of Business qui vise le top 10 des business schools.

Après Cachan et Troyes, un nouveau campus de l’ESTP Paris s’installe à Dijon dès la rentrée 2019

Dijon Métropole accueillera dès la rentrée 2019 l’École Spéciale des Travaux Publics, du Bâtiment et de l’Industrie (ESTP Paris), grande école d’ingénieurs spécialisée dans la construction durable, l’aménagement urbain et des territoires. L’école proposera à ses 300 étudiants, installés sur un nouveau campus de 10 000 m2 en cours de construction, une formation et un diplôme identiques à ceux délivrés sur ses campus de Cachan et de Troyes.

Efrei Paris se dote d’une Chief Happiness Officer

Elaborer une culture de travail positive, améliorer les relations et créer du lien entre les collaborateurs et les étudiants : telle est la mission d’Anne Chanard, qui vient d’être nommée Chief Happiness Officer par Efrei Paris

Lever de rideau sur ISC Paris

Au Cirque d’Hiver, la troupe d’ISC Paris a annoncé lors du show caritatif d’Human ISC ses nouveaux projets : un nouveau chapiteau à Orléans, plus de jongle avec l’alternance, des acrobaties en philosophie …

L’UNIVERSITÉ PARIS NANTERRE SIGNATAIRE DE DORA, LA DÉCLARATION DE SAN FRANCISCO SUR L’ÉVALUATION DE LA RECHERCHE

Récemment, l’université Paris Nanterre, a rejoint plus de 600 organismes internationaux signataires de la Déclaration de San Francisco sur l’évaluation de la recherche i.e DORA, pour San Francisco Declaration on Research Assessment