Au sein du CEA, quelle est la spécialité du Centre d’études scientifiques et techniques d’Aquitaine (Cesta) ? Les technologies laser ! Son expertise s’étend de la recherche en amont au suivi industriel. Le centre d’excellence rayonne grâce à Jean-Pierre Giannini (Supélec 81), son directeur.

 

« Épanouissez-vous à travers des programmes très ambitieux au sein d’équipes pluridisciplinaires. »

 

Quels sont vos principaux challenges ?

Notre mission historique consiste à doter la France d’une dissuasion nucléaire crédible. Depuis l’arrêt des essais nucléaires, nous sommes donc amenés à relever des enjeux exceptionnels à travers des outils numériques et des moyens d’expérimentation ultra innovants à l’image de notre laser Mégajoule. Notre challenge pour au moins les 20 prochaines années : être en permanence force de proposition pour proposer les meilleures solutions technologiques.

Votre métier a donc fortement évolué ?

Nous avons mené des ruptures technologiques profondes. Le laser a été mis en exploitation en 2014 et nous sommes l’un des 2 seuls centres au monde à en disposer avec les États-Unis. Ce genre de défi maintient la motivation tout au long d’une carrière ! Le laser va nous permettre d’étudier en laboratoire et de modéliser le comportement de nos matériaux à des températures de plusieurs centaines de millions de degrés, et soumis à plusieurs milliards de fois la pression atmosphérique. Nous reproduisons des phénomènes nucléaires à toute petite échelle (le millimètre).

Sur la Route des Lasers « Le CEA souhaitait que ce grand projet de la défense irrigue d’autres domaines applicatifs. Nous avons donc travaillé avec le conseil régional de Nouvelle Aquitaine pour développer la Route des Lasers. Cet écosystème ouvert sur l’extérieur a permis de développer des plateformes pour porter les maturations technologiques, construire de grandes zones industrielles et attirer les entreprises. Dix ans après, plus de 60 sociétés, dont 30 startups, ont été créées ! »

Quelle place pour les jeunes Supélec ?

Ils possèdent cette capacité à s’intéresser à tous ces nouveaux développements grâce à leur esprit d’ouverture et de travail en équipe. Ils montrent un goût prononcé pour les grands projets. Ils peuvent ainsi immédiatement intégrer des équipes pluridisciplinaires et couvrir un large spectre de domaines. Ils disposent ensuite d’une puissance de calcul incomparable et d’un environnement technique de très haut niveau pour mener à bien leurs projets et leurs expérimentations.

Qu’attendez-vous de ces jeunes talents ?

Nous attendons d’eux qu’ils soient toujours capables de se remettre en question pour s’approprier de nouvelles compétences, de nouveaux projets…C’est pourquoi l’ouverture vers le monde extérieur est fondamentale. Environ 10 % du temps est consacré à la créativité. Notre culture managériale repose sur l’autonomie mais aussi la solidarité pour créer en permanence cet esprit d’équipe. Les jeunes sont dans un dialogue étroit avec la hiérarchie et l’ensemble des salariés. C’est un vrai facteur d’épanouissement. Ici, chacun participe à l’innovation.

 

© CEA

La DAM du CEA vue par une jeune Supélec

Maëlle Le Pennec (Supélec 2012) a rejoint le CEA DAM Île de France en tant qu’ingénieur chercheur dès la fin de son doctorat. « Je touche à des domaines très variés comme la physique des plasmas, la détonique, physique expérimentale… À la DAM, je suis en contact permanent avec des experts scientifiques de très haut niveau. C’est intellectuellement très stimulant. Les jeunes bénéficient d’une grande autonomie mais aussi de la transmission des connaissances de la part des plus expérimentés. »

Maëlle Le Pennec, et votre message aux jeunes ingénieures ?

Il est vraiment possible de trouver sa place dans le domaine scientifique et de s’épanouir au quotidien. Alors ne vous censurez jamais ! Si vous faites ce qui vous plaît, vous y arriverez même dans un milieu très masculin. Dans mon laboratoire par exemple, nous atteignons quasiment la parité. Mais quoi qu’il en soit, la DAM est une grande famille donc les relations y sont toujours très bonnes.

 

 

Contact : jean-pierre.giannini@cea.fr