Les grandes écoles qui favorisent la création d’entreprise

En 2009, six ans après le lancement de son incubateur d’entreprises, Audencia a créé son Institut Pour l’Entrepreneuriat afin de devenir une école leader en matière de formation et d’accompagnement de l’entrepreneur tout en renforçant la recherche sur ce vaste sujet. Si une telle initiative souligne la montée en puissance de l’entrepreneuriat au sein des Grandes Ecoles, il s’avère que la France n’est pas forcement en avance sur la question.

Jacques Arlotto, Responsable de l’incubateur d’Audencia, Président du réseau des incubateurs de l’enseignement supérieur (IES !)

Jacques Arlotto, Responsable de l’incubateur d’Audencia, Président du réseau des incubateurs de l’enseignement supérieur (IES !)

 

Pour comprendre pourquoi il faut une petite parenthèse historique.
En 1685, Louis XIV révoque l’Edit de Nantes et ainsi ,rouvre la voie à la persécution des protestants. Par ,conséquent, un grand nombre de protestants – une ,communauté ayant une forte fibre entrepreneuriale ,– quittent la France pour l’Allemagne, les Pays-Bas ,et même l’Afrique-du-Sud. Cette décision prise au ,17e siècle explique en partie le retard historique des ,français dans le domaine.

 

Pendant longtemps les Grandes Ecoles ne favorisaient pas le « profil entrepreneur »,
misant sur les étudiants destinés à faire ,carrière dans de grandes entreprises. Bien que le mot ‘entrepreneur’ vienne du français et soit adopté par les pays anglophones, les français avaient un peu oublié comment entreprendre. Puis, vers 1995, avec la première bulle Internet les « business schools » américaines constatèrent une baisse du nombre de candidats. De jeunes talents tournaient le dos aux formations en gestion afin de fonder leurs propres entreprises. Ces écoles réagirent en mettant l’entrepreneuriat au  coeur de leur enseignement. Ce constat a amené les écoles françaises à ,véritablement se poser la question de l’incubation de projets. Aujourd’hui, plusieurs dizaines d’incubateurs d’entreprises existent dans les Grandes Ecoles et leur nombre ne cesse d’augmenter. En février 2010, une dizaine d’écoles de commerce et d’ingénieurs, dont Audencia, ont créé ,IES ! (Incubateurs de l’Enseignement Supérieur) pour permettre aux responsables d’incubateurs de mutualiser leurs moyens, de développer leur savoir-faire, leur expertise, et leurs services. Malgré cette prise de conscience, certaines écoles continuent à enseigner ,l’entrepreneuriat d’une façon assez théorique. Cependant, les méthodes pédagogiques évoluent. Ainsi, à Audencia, la pédagogie repose sur l’intervention d’experts externes, de chefs d’entreprises et d’enseignants-chercheurs qui ont vécu ou continuent à vivre une expérience entrepreneuriale. Leurs témoignages montrent la réalité de l’entrepreneuriat.

 

Devant le succès de cette démarche, l’Ecole propose désormais deux sessions par an de sa Majeure Entrepreneuriat.
Les 70 élèves concernés sont obligés de passer des tests d’aptitude à entreprendre avant d’intégrer la majeure. Pourtant, le but principal n’est pas de créer le plus grand nombre d‘entreprises rentables. Si un projet ne rencontre pas de succès l’étudiant aura tout de même acquis des compétences supplémentaires et sortira plus fort de son expérience. L’incubateur de l’école accompagne environ 25 projets. Une quinzaine d’entre eux bénéficient des services de l’incubateur ainsi que de ses moyens logistiques, les autres, d’une incubation hors murs. La demande croissante, et les durées d’incubation variables (de 6 mois à 36 mois) font que tous les élèves-créateurs d’entreprise ne peuvent être hébergés sur site. Pour que les créateurs plus lointains sentent moins seul face au monde l’Ecole reste en contact grâce aux réseaux sociaux, aux dîners thématiques, aux rencontres professionnelles …. Pour autant, la philosophie est de laisser l’étudiant prendre ses propres décisions et d’agir par la suite jusqu’à ce qu’il se rende compte qu’il a besoin de conseil. En cas d’impasse, l’équipe de l’Ecole vient en recours pour débloquer la situation. Dans le cadre de sa Fondation, Audencia vise l’accompagnement de 50 porteurs de projets à l’horizon 2015 : ambitieux, mais essentiel. Après tout, ceux qui créent leurs propres entreprises embauchent souvent d’autres diplômés par la suite.

 

Jacques Arlotto, Président du réseau des IES

 

 

Contact : www.audencia.com