Audencia Nantes a lancé en 2016 son plan de développement « Audencia 2020 ». Nouvelles ambitions, nouveau directeur ! En septembre 2016, c’est Emeric Peyredieu du Charlat (Centrale Lille 88, ESSEC Business School 90), qui a pris les rênes avec un challenge de taille : entrer dans le Top 20 européen des business schools. Par Violaine Cherrier

 

« Plus on connaît l’école, plus on découvre qu’elle fait de belles choses à l’image de Nantes, ville ultra dynamique avec une tonicité remarquable. »

Quelle est votre conviction ?

Il faut casser la logique marché domestique d’un côté et marché export de l’autre. Nous sommes une école globale : ce que nous faisons, nous le faisons en pensant pour l’ensemble du monde. Notre objectif : 40 % d’étudiants internationaux en 2020 et le recrutement de nombreux enseignants-chercheurs internationaux.

 

Audencia met le cap sur le monde ?

Nos programmes sont démultipliés sur la planète comme avec les universités de Shenzhen et de Pékin en Chine. Nous finalisons un développement avec l’Institut national Polytechnique Houphouët-Boigny en Côte d’Ivoire.

 

L’international pour faire la différence ?

Notre stratégie de différentiation repose sur la transversalité, aujourd’hui plébiscitée par les entreprises. Nous renforçons notre collaboration avec Centrale Nantes et l’École nationale d’Architecture de Nantes ouvrant la voie aux double-diplômes et à de nombreux cours communs. Une évidence pour moi qui suis à la fois Centralien et diplômé de l’ESSEC. Un incubateur commun sera également hébergé sur le campus.

 

La semaine blanche : Pendant une semaine, 1 000 étudiants de l’alliance travaillent ensemble sur des problématiques émises par les professeurs des 3 écoles. L’idée : brasser les profils, les idées… montrer que l’on est plus efficace ensemble.

 

L’innovation est une vraie caractéristique de l’école ?

Une de nos valeurs fondamentales repose sur la co-construction. Nous venons ainsi signer un accord très innovant issu d’une réflexion menée avec nos salariés qui autorise le télétravail. Même démarche pour nos collaborateurs et nos professeurs qui ont accepté de travailler dans des espaces de coworking le temps nécessaire à la rénovation des bâtiments.

 

C’est très en phase avec le monde du travail actuel ?

La donne a changé. De plus en plus de jeunes sont tentés par l’entrepreneuriat. La majeure entrepreneuriale de notre PGE va en ce sens tout comme notre chaire de recherche sur la transmission des entreprises familiales. L’incubateur permet aux diplômés d’aller jusqu’à la création de leur entreprise. 70 entreprises ont été créées par des jeunes diplômés et 22 start-ups sont hébergées à l’école.

 

Un conseil aux jeunes ?

Soyez acteurs ! Demandez-vous si l’entreprise vous correspond bien. Nous avons mis en place l’initiative Competencies for Business – C for B – qui amène les étudiants à se confronter à des spécialistes du monde du travail et les pousse à mieux se connaître. C’est une démarche participative. Donc réfléchissez en permanence sur ce que vous voulez faire, parlez-en à votre réseau et revenez nous voir avec les alumni.

 

En un mot :

  • En 2020, Audencia, c’est : une école hybride et globale ancrée sur son territoire et dans le monde.
  • Ce que vous préférez dans votre vie nantaise : la bienveillance dans les rapports humains et la qualité de vie.
  • Ce qui vous déstabilise le plus à Nantes : le double rond-point, une invention nantaise.
  • Votre campus insolite : nous avons commandé une sculpture à l’artiste Pascale Marthine Tayou, le Treeg. C’est un projet collectif inattendu et très sympa en partenariat avec la Fondation de France.
  • Audencia vs Essec : elles ont beaucoup de points communs mais Audencia est plus proche de l’océan !