Hugo Langlois, étudiant en 3ème année de Bachelor à EM Strasbourg, est cofondateur de Reflex Esport Club. Un projet entrepreneurial tourné vers le sport électronique. En plein boom, c’est un marché innovant d’avenir que l’apprenti manager entend conquérir. Portrait d’un successfull startuper, loin du game over.

 

Aux manettes

Les jeux vidéo, c’est toute la vie d’Hugo. Après avoir longtemps manié le joystick, le jeune homme s’est mis à regarder des vidéos de joueurs en live avant de découvrir les compétitions d’esport. « Pas assez no-life pour devenir un joueur pro », le grand fan du jeu Counter-Strike : Global Offensive tient quand même à mettre un pied dans cet univers. « Dès l’âge de 15 ans, j’ai commencé à accompagner les joueurs prometteurs que je rencontrais en ligne pour les aider à se professionnaliser », raconte-t-il. Goût du coaching, fibre entrepreneuriale, il saute sur l’occasion d’en faire un vrai projet d’entreprise à EM Strasbourg. En « mode multijoueur », il lance donc en 2018 Reflex Esport Club avec trois autres passionnés, Lucas Singer, Pierre Froidevaux et Quentin Morin.

Reflex Esport Club

Deux objectifs pour la startup : accompagner et former. « D’une part, nous recrutons dans notre structure des équipes de joueurs professionnels pour les mener au top des compétitions avec un coach et un manager », explique Hugo, fier d’annoncer qu’au dernier championnat national de League of Legends à Colmar, la team Reflex Esport Club a remporté la 2ème place.

D’autre part, la startup propose un centre de formation prodiguant entraînement, conseils, recrutement … « Nous les aidons aussi à gérer leurs déplacement et à se faire une image sur internet, à trouver des sponsors, à gagner en crédibilité et en légitimité grâce à une communication béton. » Prochaine étape : des stages intensifs entre joueurs pour continuer à se perfectionner et performer.

 

« Certains de nos anciens joueurs ont bien évolué à nos côtés et sont désormais dans de très grosses équipes, parfois même les meilleures du monde comme Vitality et LeStream. »

 

Level up 

Management des équipes, gestion administrative, démarches juridiques, prises de décision, communication, l’étudiant-entrepreneur balaye tous les aspects de l’entreprise. Beaucoup de travail mais peu importe, il adore « voir évoluer son idée, c’est ce qui rend l’entrepreneuriat tellement intéressant et gratifiant ». Même s’il reconnaît bien volontiers que ce n’est pas toujours facile de se lancer. « Un projet est toujours perfectible et rien ne sert d’attendre, il ne faut pas trop réfléchir et le faire », conseille-t-il.

Dans cette aventure professionnelle, EM Strasbourg et son corps professoral ont été d’un grand soutien. « Le Directeur du programme nous a beaucoup aidé à trouver les contacts et nous a donné les clés essentielles de l’entrepreneuriat. Sans lui et l’école nous n’en serions pas là où nous en sommes aujourd’hui », remercie Hugo. Reflex Esport Club a d’ailleurs été récompensée par l’association EPA (Entreprendre pour Apprendre) et le concours entrepreneurial de la région Grand-Est. Et maintenant prêt à passer au niveau supérieur !

 

Retrouvez les actus de Reflex Esport Club sur Twitter : @EsportReflex

Lallemand met aussi le talent en culture

Delphine Le Compès-Andro, DRH chez Lallemand incite les jeunes talents à découvrir une entreprise où les opportunités métiers sont infinies

Chimie, bio, agro : recherche hommes désespérément

Pourquoi les grandes écoles de chimie, de biologie et d’agronomie affichent-elles la proportion inverse d’élèves filles-garçons ?

[Tuto] : 4 astuces pour une coloc bio réussie

Alliant bien-être et respect de la nature, cohabiter bio renforce le sentiment de communauté,  facilite l’échange et le partage avec vos colocataires. Mais quelles sont les clefs pour cultiver ce nouvel art de vivre ? Suivez notre guide !

Le grand témoin : Dominique Carlac’h Porte-Parole & VP du Medef

Dominique Carlac’h Porte-Parole & VP du Medef revient sans détour sur son parcours, ses engagements de chef d’entreprise et ses combats de femme.

Chez CBo Territoria, c’est « act like a lady, think like a boss »

50 % de femmes et 50 % d’hommes dans les équipes du géant de l’immobilier réunionnais. Trois femmes témoignent.

Kit du futur décideur à l’attention du jeune ingénieur

Face à l’émergence d’un ingénieur qui travaille en mode projet et 100 % collaboratif quels sont les trucs et astuces pour transformer un diplômé de CentraleSupélec en décideur hors pair ?

Les écoles d’ingés déconstruisent les préjugés

Sensibilisation des lycéennes, meilleure orientation et valorisation des parcours de femmes scientifiques, les écoles d’ingénieurs progressent en matière de mixité. Décryptage

Prysmian : connecter les hommes

Leader mondial des câbles, Prysmian mise sur l’innovation de ses ingénieurs R&D, dont fait partie David Boivin, South Europe Connectivity – Telecom Engineering Manager.

Sous le capot de Club Identicar

Le moteur de ce club auto : la bienveillance, le collaboratif et la quête du bonheur au travail ! Une façon de travailler qui lui a fait remporter le prix HappyAtWork 2019.

[Premier emploi] Diplômé de CentraleSupélec, je vais où ?

Plutôt tradis ou fans d’innovations de rupture ? Secteurs, domaines, métiers : coup de projecteur sur les les opportunités à ne pas rater pour un ingénieur CentraleSupélec