En quête de challenges et de mobilité ? Rejoignez le groupe pharmaceutique mondial AstraZeneca ! Il vous promet une carrière épanouissante dans un secteur en pleine mutation. « Mettez vos connaissances du numérique au service des patients » lance Gabriel Thabut (UPMC 2000), Directeur Médical de l’Aire Thérapeutique Respiratoire.

 

Les lignes de force du département médical d’AstraZeneca ?

Nous avons trois domaines thérapeutiques phares : les maladies cardiovasculaires et métaboliques, les pathologies respiratoires et l’oncologie. Je suis directeur de l’aire thérapeutique respiratoire.

Nos missions ?

Auparavant, l’industrie pharmaceutique était un écosystème uniquement centré sur le développement de nouvelles molécules avec des profils de pharmaciens et de chercheurs en biologie. Accompagner le lancement de nouveaux médicaments auprès des professionnels de santé au travers notamment de partenariats scientifiques innovants reste au cœur de notre métier. De même que renforcer notre leadership scientifique demeure un objectif essentiel. Mais aujourd’hui, on s’intéresse aussi beaucoup à la compréhension fine de l’environnement des patients afin de leur proposer une médecine de plus en plus personnalisée et d’améliorer ainsi leur qualité de vie : diagnostic précoce, outils d’aide au suivi et à la prise en charge thérapeutique… Le recueil de données, leur analyse et leur exploitation sont donc essentiels et nous amènent à recruter de nouveaux profils.

Quels sont les postes à pourvoir immédiatement ?

Nous accueillons à bras ouverts les data scientists, les statisticiens et les passionnés d’intelligence artificielle. Mais la volonté d’accompagnement des mobilités et des évolutions, ajoutée au fait que notre groupe est en plein développement, offre de belles opportunités de recrutement dans tous les départements.

 Y a-t-il des opportunités d’évolutions ?

L’évolution de carrière n’est pas une hypothèse, mais presque une obligation ! Notre politique consiste à recruter des personnes qui ont vocation à se développer et à exercer différents jobs s’ils le souhaitent. Chez AstraZeneca, on peut changer de métiers tous les trois ans et la mobilité est aisée entre la maison-mère et nos filiales. Nous avons également développé des programmes de missions temporaires, « Breaking the walls » et « Development without borders », qui permettent par exemple, à un collaborateur de réaliser une mission et de passer ainsi de la vente médicale à un projet marketing en Angleterre, puis de participer à une étude pour les pays en voie de développement aux Etats-Unis. Vous voulez avoir des perspectives de carrière ? Il faut bouger !

Y a-t-il des profils types ?

On ne cherche surtout pas l’hyper expert du micro domaine qui va faire la même chose toute sa vie. Outre le background scientifique pour certains postes ou l’appétence pour le monde de la santé, nous attendons surtout un état d’esprit et des gens curieux qui vont interagir avec les autres et travailler en équipe avec un unique objectif : participer à améliorer la vie des patients.

#SuperUniversité « J’ai été étudiant à l’UMPC  pendant 20 ans. J’y ai fait des études aussi différentes que de la médecine, des biostatistiques, de la biologie cellulaire, de la pédagogie et j’y ai même enseigné. Je reste bluffé par l’excellence de cette formation et sa capacité à instruire les individus tout au long de leur vie. J’ai eu la chance d’être formé par des personnes exceptionnelles et de côtoyer de très grands noms de la médecine. »

Un compagnon virtuel « Le monde des réseaux sociaux s’ouvre désormais à l’industrie pharmaceutique. Nous avons développé sur Facebook messenger un chatbot pour informer les patients sur la pathologie asthmatique. Ce compagnon virtuel, @VikAsthme, répond aux questions sur la maladie et la prise en charge aux individus qui ont dans leurs centres d’intérêt l’asthme ou une maladie respiratoire. Là encore, les jeunes data scientists, en pointe dans de tels projets utilisant l’intelligence artificielle, sont des profils à recruter. »

Chiffres clés : 64 600 000 collaborateurs dans le monde / 22 milliards de dollars de chiffres d’affaires / 1 050 employés en France

Contact : gabriel.thabut@astrazeneca.com

 

 

Finance / marketing : la guerre des sexes a toujours lieu

Pousser vers plus de parité dans les grandes écoles de management est essentiel pour tendre vers plus de mixité en entreprise.

Les secrets des championnes de la mixité

Caroline de la Marnierre, DG de l’Institut du Capitalisme Responsable vous donne les clés pour que votre entreprise fasse rimer succès, mixité et performance business.

Kellogg’s : l’égalité femmes – hommes, c’est du concret !

Focus sur la politique diversité de Kellogg’s France avec Aude Pichaud, Directrice Nationales des Ventes et Rachida Saraka, DRH.

JJA : C’est la maison du bonheur !

Suivez les conseils de Catherine Abiteboul, (TBS 93), Secrétaire Générale de JJA, pour performer chez le leader B to B de l’équipement et de la décoration de la maison.

Lallemand met aussi le talent en culture

Delphine Le Compès-Andro, DRH chez Lallemand incite les jeunes talents à découvrir une entreprise où les opportunités métiers sont infinies

Chimie, bio, agro : recherche hommes désespérément

Pourquoi les grandes écoles de chimie, de biologie et d’agronomie affichent-elles la proportion inverse d’élèves filles-garçons ?

[Tuto] : 4 astuces pour une coloc bio réussie

Alliant bien-être et respect de la nature, cohabiter bio renforce le sentiment de communauté,  facilite l’échange et le partage avec vos colocataires. Mais quelles sont les clefs pour cultiver ce nouvel art de vivre ? Suivez notre guide !

Le grand témoin : Dominique Carlac’h Porte-Parole & VP du Medef

Dominique Carlac’h Porte-Parole & VP du Medef revient sans détour sur son parcours, ses engagements de chef d’entreprise et ses combats de femme.

Chez CBo Territoria, c’est « act like a lady, think like a boss »

50 % de femmes et 50 % d’hommes dans les équipes du géant de l’immobilier réunionnais. Trois femmes témoignent.

Kit du futur décideur à l’attention du jeune ingénieur

Face à l’émergence d’un ingénieur qui travaille en mode projet et 100 % collaboratif quels sont les trucs et astuces pour transformer un diplômé de CentraleSupélec en décideur hors pair ?