Faut-il encore présenter cet artiste à la voix écorchée ? L’auteur-compositeur-interprète israélien Asaf Avidan, est l’artiste du moment. Son premier album solo Different Pulses, sorti en début d’année est salué par la critique. Ses récents concerts à l’Olympia puis au Zénith de Paris ont fait salle pleine.  Retour sur LE phénomène musical de 2013.

Avec son allure de poète-punk, ses textes mélancoliques et sa voix éraillée, Asaf Avidan s’attire depuis le début de l’année les foudres positives de la critique musicale. Le nom de cet artiste de 33 ans né à Jérusalem, occupe depuis le printemps dernier quasiment toutes les affiches de grands festivals en France et en Europe : Les Vieilles Charrues, Main Square Festival, Les Eurockéennes, Rock Wechter Festival…  L’interprète de Love It or Leave It impressionne par son talent.

 

Des débuts réussis avec Les Mojos
Rien ne prédestinait cet artiste à embrasser une carrière dans la musique. Jeune, Asaf Avidan est plutôt solitaire, encore marqué par l’expérience difficile de son service militaire en Israël.  A l’université, il choisit d’étudier le cinéma d’animation, un monde qui lui plaît pendant quelques temps mais qu’il finira par quitter pour tenter sa grande aventure musicale. Le déclic ? L’annonce d’un cancer du système lympathique à 21 ans et une rupture amoureuse à 26 ans. Le sort d’Asaf Avidan est jeté. Ces traumatismes l’incitent à débuter une « thérapie » par l’écriture et à former en 2006, après la sortie d’un EP (enregistrement de 6 titres) autoproduit, Now That You Are Leaving, le groupe Les Mojos. Asaf Avidan et Les Mojos, ce sont notamment deux albums forts : The Reckoning (2008) et Poor Boy/Lucky Man (2011). Le groupe propose un univers rock-blues-folk assez entraînant. Les textes, tous composés par Asaf Avidan parlent du chaos de la vie, de la mort et certaines ballades décrivent les turbulences de l’amour. Les prestations sur scène des Mojos, en Israël surtout, mais aussi en Europe et aux Etats-Unis font l’unanimité. Le groupe surprend et plaît. Avec le remix électro du titre One Day/ Reckoning Son en 2012 par le DJ allemand Wankelmut, Asaf Avidan et sa voix tranchante sortent du lot. La Toile s’empare du titre qu’on entend dès lors partout. Le Buzz Avidan est né.

 

Different Pulses, un album mélancolique
Dans ce premier album solo, Asaf Avidan parle d’amour, d’espoirs et de déceptions, différentes pulsations qui rythment son quotidien. Ici, la voix rauque et étranglée du chanteur se dévoile plus. C’est d’ailleurs ce qui explique en partie son succès, selon Esther Degbe, journaliste musicale et culturelle sur le web. Pour elle, Asaf Avidan n’est ni un buzz ni un phénomène mais une révélation. « Aujourd’hui, il y a de moins en moins d’innovations musicales, beaucoup de choses ont tendance à se ressembler en matière de composition ou de tessitures de voix. On est dans le règne du lisse et de la normalité. Avec Asaf Avidan, ce n’est pas le cas. Il est entre deux mondes. Sa voix nous rappelle quelque chose de passé mais d’agréable… Le rétro qu’on aime tant aujourd’hui. Ce chanteur fait partie de ces voix qui marquent et qui prennent aux tripes. De plus avec les Mojos, sa musique était un mélange de blues-rock, aussi puissant que Led Zepppelin, portée par cette voix similaire à celle de Janis Joplin. On sent une vraie sincérité qui accroche n’importe quel amateur de musique. »Un ovni ? Une voix androgyne ? Un nouveau Jeff Buckley ? Asaf Avidan est sans doute les trois à la fois, un artiste rare et vrai comme on les aime.

Yslande Bossé