Découvrez le pouvoir de la reconnaissance au travail et faites bouger les lignes de votre organisation. Car loin d’être un effet de mode, récompenser l’engagement de vos collaborateurs est un véritable vecteur de performance. Jean-Pierre Brun, professeur de management à l’Université de Laval (Canada) et co-auteur du livre-outil Le pouvoir de la reconnaissance au travail (Editions Eyrolles) vous donne des pistes pour enclencher ce cercle vertueux dans votre entreprise.

 

#1 Savoir de quoi on parle

La reconnaissance du travail accompli ne passe pas que par de la gratitude. Les « merci », « bravo », « félicitations » et autres tableaux d’honneur c’est bien mais… ce n’est pas ce que vos collaborateurs attendent. Ce qu’ils veulent, c’est de la confiance, du sens, du respect, des conseils, du partage et la possibilité de s’exprimer. Too much ? Ne vous y trompez pas : il ne s’agit pas là d’une activité sociale mais bien d’une pratique de management et d’un levier de performance particulièrement efficaces.

#2 Donner des outils et des moyens

Le sentiment de bien faire son travail, de disposer des bons outils, des bonnes équipes, du bon matériel et des bons process contribue à la reconnaissance au travail. En écoutant les besoins de vos collaborateurs, vous leur offrez les moyens d’effectuer un travail de qualité et d’en être fier. L’auto-reconnaissance, c’est la première marche de la reconnaissance.

#3 Aider à résoudre les problèmes

Autre élément phare de la reconnaissance : l’accompagnement. Quand un de vos collaborateurs rencontre un problème dans un process, un dossier ou un groupe de travail, aidez-le à le résoudre rapidement. Ainsi libéré il pourra avancer sur son activité et effectuer un travail de qualité. Le petit coup de pouce qui fait toute la différence en somme !

#4 S’intéresser au travail des autres

De même, intéressez-vous au travail de vos collaborateurs. Passez du temps pour échanger avec eux, voir ce qui les intéresse, ce qu’ils font vraiment au quotidien. La proximité physique et intellectuelle est une des clés de la performance individuelle et collective.

#5 Y penser tous les jours 

Vos collaborateurs ne demandent pas à être félicités à longueur de temps. En faire trop serait même contre-productif : sans nuance, impossible d’apprécier les vrais moments de reconnaissance. En revanche, il faut y penser tous les jours. Vous êtes satisfait d’un rapport, d’un produit, d’un service ? Dites-le ! Vous manquez de temps ? Ne vous cachez pas derrière de fausses excuses. Un message du type « j’ai entendu parler de toi en réunion, bravo pour ton travail », ne prend même pas 20 secondes à être envoyé. Alors misez sur la spontanéité !

#6 Distinguer le travail d’équipe

« Seul on va vite mais ensemble on va plus loin ». C’est pour cela qu’il est important de reconnaître vos collaborateurs à la fois comme individus mais aussi comme parties d’un collectif. Reconnaître régulièrement les efforts et l’énergie d’une équipe est indispensable pour éviter les logiques trop concurrentielles et favoriser les coopérations. N’hésitez pas à distinguer l’entraide au sein d’un collectif de travail, revaloriser l’image de certains métiers, favoriser des moments de convivialité ou célébrer des réussites d’équipe.

#7 Reconnaître… et considérer

La reconnaissance au travail ne se limite pas à la gratitude : vos collaborateurs n’attendent plus seulement d’être remerciés, ils veulent être considérés à leur juste valeur. Une forme de reconnaissance plus intégrative permettant à chacun de sentir qu’il est consulté, qu’il participe aux décisions, bref : qu’il fait partie de l’entreprise.

#8 Savoir dire quand ça ne va pas

La chose la plus importante en matière de reconnaissance au travail c’est l’authenticité. Quand quelque chose ne va pas, ne pensez pas que le temps va arranger les choses. Recadrez systématiquement les comportements inacceptables dans une discussion franche et constructive. Misez sur la bienveillance et le courage : exigez des résultats bien sûr, mais toujours dans le respect des personnes.