Un projet qui tombe à l’eau, un autre qui prend le relais. Adaptabilité et détermination guident Antoine Riquier et Benoît de Champs, importateurs de la marque Fluogram à Bogota en Colombie. Récit d’un retournement de situation réussi, ce que les startupers appellent « pivoter ».

 

Antoine Riquier a attrapé le « virus latino » durant une année sabbatique « sac au dos » en Amérique Latine avant son Master en management d’entreprise au Collège de Paris. Ce désir d’ailleurs se double d’une envie d’entreprendre. « Je suis issu d’une famille d’entrepreneurs, et après mon alternance, je me suis rendu compte que je ne voulais pas d’une vie « métro-boulot-dodo ». Nous avons mis de l’argent de côté, nous avions des compétences acquises en école, en entreprise, nous voulions tenter notre chance ». L’aventure entrepreneuriale n’est pas un vain mot pour le jeune homme.

L’audacieux

« Je voulais être mon propre chef et faire des choses auxquelles je crois » 

 

Aléas administratifs et culturels

Ce sera Bogota en Colombie, pour des raisons économiques et géopolitiques. Et puis les deux amis ont une idée : importer du saucisson ! Ils ont fait le tour du pays avec des produits, et le marché existe. Ils organisent leur arrivée après avoir mandaté un jeune avocat pour monter l’entreprise. A peine débarqués, c’est la douche froide : « ce n’était plus 4 mois mais 1 an pour monter l’entreprise, et non plus 4 000 mais 8 000$… » se souvient Antoine. Qu’à ne cela ne tienne, après une soirée de déprime, la détermination des amis reprend le dessus. « Je me suis réveillé avec la conviction que nous devions rester. Nous avions encore des fonds et plein de choses à faire ! » Les jeunes-hommes créent leur société Antonio & Benito SAS. Le hasard va leur servir une nouvelle idée sur un plateau.

Hasard et détermination

Antoine a glissé dans sa valise un souvenir de France : un feutre à encre invisible récupéré lors d’une soirée. « Le feutre écrit sur les murs, la peau, et ne se voit qu’à la lumière ultraviolette. En Colombie la tradition de la fête est très ancrée, et ils n’ont pas encore cette encre. » Les entrepreneurs découvrent que les Colombiens utilisent des lampes ultraviolettes dans leurs soirées de mariage pour la « hora loca » et de fête des 15 ans « quince años ».

Pivotement

Le produit plaît beaucoup, mais la « sauce ne prend pas. » Et pour cause, ils découvrent qu’ici aucun business n’est possible sans être recommandé. Nouveau coup au moral, mais les deux battants s’accrochent, soutenus par leurs proches. « Nous avons changé de tactique, redoublant de rencontres avec des patrons de bars, de discothèques, d’agence d’évènementiel…proposant une expérience nouvelle. »

Buzz et néons

Ils finissent par décrocher l’animation d’une soirée de la marque Absolut, « qui cartonne, mais à nouveau c’est le trou noir…. » Ils décident de faire un lancement officiel de la marque Fluogram, dans une discothèque phare de Bogota, Armando. Ils médiatisent la soirée auprès d’une revue artistique « Revista Shock », et de « Caracol TV ». La soirée booste leur notoriété et les soirées s’enchaînent. Les deux gringos sont invités à animer la soirée de clôture du grand raout de la pub en Amérique Latine, le congrès « Cumbre Cartagena ». Ils y auront aussi un stand. « Cela a été une opportunité extraordinaire pour nouer des contacts. Si je me lance, je le fais à fond pour n’avoir aucun regret. Et si l’aventure s’arrête un jour, elle nous sera utile pour la suite ! »

Des pépites issues de PSL Trois équipes d’étudiants entrepreneurs de PSL figurent parmi les lauréats nationaux du 5e Prix PEPITE Tremplin pour l’Entrepreneuriat Etudiant. Bouillons de légumes 100 % naturels et garantis sans additifs, intelligence artificielle appliquée à l’analyse des émotions, lutte contre le gaspillage alimentaire par la récupération de fruits et légumes retirés des rayons par des commerçants Carrés Futés, Darweem et Graapz développent des projets innovants à l’écoute du marché. Sélectionnées parmi 200 dossiers, les trois jeunes pousses recevront chacune 10 000€ et bénéficieront du soutien de Pépite France.

Handicap sans frontières

La CGE et MHA ont remis à 13 étudiants en situation de handicap des bourses en présence de Richard Ferrand et Sophie Cluzel à l’Assemblée nationale.

Plastic Omnium : le handicap nous concerne tous !

Agnès Rabuel, chargée de Mission Handicap travaille pour renforcer l’engagement des collaborateurs de l’équipementier automobile en France sur le handicap

Imaginez une ville plus connectée et ecofriendly avec SPIE CityNetworks

Acteur majeur de la transition énergétique et numérique des territoires, SPIE CityNetworks offre le terrain de jeu idéal pour construire une société plus responsable.

Terra Lacta : au cœur des territoires, au cœur de la société

Terra Lacta est la première coopérative laitière de Nouvelle-Aquitaine. Découvrez l’entreprise avec Philippe Dantas (Université Nancy-II et ENSAIA 08), CFO et CIO.

Adova Group : l’humain au cœur de la transformation

ADOVA veut réveiller le marché des matelas et des canapés dépliables à grand renfort de technologies. Coulisses d’une transformation aussi bien numérique que managériale.

[ÉPISODE 5] Pourquoi NEOMA BS transforme-t-il ses spécialités en MSc ?

Focus sur NEOMA Business School qui transforment les spécialisations de son PGE en MSc. Pour quoi faire ? La réponse d’Anne-Sophie Courtier !

Accor : les juristes dans le mouvement

Les équipes juridiques d’Accor sont très impliquées dans le business explique Besma Boumaza (DEA Droit Assas 2000), directeur juridique et conformité.

Jeumont Electric : rejoindre une startup de 120 ans, ça vous branche ?

Alain Berrada, CFO, vous présente la finance au cœur d’une entreprise spécialiste de la conversion énergétique. Rencontre avec une centenaire en prise avec l’innovation.

[ÉPISODE 4] Comment faire rimer formation et passion ?

Vous voulez vous spécialiser dans une discipline très pointue qui colle avec votre passion et ne savez pas dans quelle école aller ? Zoom sur les Masters originaux

Le Directeur juridique, ce legal geek qui s’ignore

La digitalisation des professions juridiques : une menace sur l’intégrité des professionnels du droit ? Analyse d’Olivier Chaduteau du cabinet Day One