Cette année, le prix Marius Lavet a distingué un entrepreneur-innovateur, docteur en virologie moléculaire, André Choulika. Plus de 300 personnes étaient réunies pour cet événement dont IESF est membre fondateur.

 

André Choulika est docteur en virologie moléculaire, Fondateur et P-DG de Cellectis une entreprise biopharmaceutique spécialisée dans le développement d’immunothérapies et dans l’ingénierie du génome. Ce chercheur-entrepreneur au profil atypique est un visionnaire qui travaille à la conception des produits thérapeutiques qui changent la donne, et prépare le monde de demain. Son projet : développer une nouvelle génération de traitement contre le cancer, grâce aux cellules T ingénierées.

 

Une concurrence rude

Face à André Choulika, deux projets : celui de François Bourdoncle. Diplômé de l’Ecole polytechnique (1984), corps des Mines (85-87) et docteur en informatique, il crée en 2010 Exalead. Son projet : un moteur de recherche qui guide l’utilisateur, connu sous le nom de Search Based Applications (BSA). Il n’existe pas une version du moteur de recherche Exalead, mais trois : la « Corporate », pour explorer la masse de documents non structurés stockés dans les serveurs des entreprises ; un moteur grand public, pour explorer le web.

Face à eux se trouvait le projet de Sébastien Bigo, ingénieur de l’Institut d’Optique Graduate School d’Orsay, docteur de l’Université de Besançon. Il a développé, au sein des laboratoires d’Alcatel-Lucent, des solutions optiques destinées à contrer les effets perturbateurs grevant la portée et la bande passante des câbles de télécommunication.

 

Prix spécial pour Jacques Lewiner

Jacques Lewiner a plus de 1 000 brevets à son actif et ne compte plus les entreprises qu’il a lancées. Il continue de se pencher avec passion sur le berceau des pépites de la tech. Son objectif : aider les Français si doués pour la recherche à la mettre enfin en application. Après avoir passé un demi-siècle à chercher, innover, enseigner et entreprendre, le directeur scientifique honoraire de l’ESPCI n’a visiblement rien perdu de la fougue de sa jeunesse, qu’il regarde derrière ou… devant lui.

 

Récompenser aussi la capacité à négocier

Pour Pierre Breesé président de l’association Marius Lavet, les candidats ne sont pas uniquement jugés sur leurs seules inventions, mais également sur leur capacité à les porter jusqu’à leur mise en œuvre industrielle et commerciale. « Le Prix Marius Lavet récompense précisément des hommes et des femmes qui savent négocier avec succès la périlleuse interface entre l’innovation technologique et les marchés économiques ».

 

Qui est Marius Lavet ?

Marius Lavet, Ingénieur de l’Ecole Nationale des Arts et Métiers et de l’Ecole Supérieure d’Electricité (1911), est à l’origine de la montre à quartz qui fit sa fortune et celle de l’industrie horlogère. De nombreuses innovations technologiques lui sont attribuées. Il a par ailleurs déposé une centaine de brevets au cours de sa carrière. Né en 1894 à Clermont-Ferrand, il est décédé à Paris le 14 février 1980.

 

http://lavet.fr

http://home.iesf.fr