Attirer, recruter et fidéliser les talents : trois enjeux majeurs pour les entreprises. Les jeunes générations sont ciblées en particulier : les « Y », les fameux millenials nés entre 1980 et 2000, et surtout désormais les « Z », nés après 2000.

 

Les Directions des Ressources Humaines et Directions de de la Communication scrutent de près ces populations d’étudiants et de jeunes diplômés, pour décrypter leurs comportements, leurs visions de l’entreprise, leurs motivations par rapport au monde professionnel. Pour les séduire, comment parler leur langage ? Pour les garder, comment anticiper les nécessaires évolutions des organisations et y préparer les managers actuels ?

Les analyses fleurissent*. Dans ces enquêtes, si les échantillons interrogés ne sont pas toujours identiques et si les questions peuvent différer, des récurrences apparaissent toutefois dans les aspirations des jeunes sur le monde professionnel :
Une structure d’entreprise moins verticale, plus décentralisée
Une organisation du travail plus libre
Le lieu de travail comme un espace convivial, favorisant les échanges, le bien-être et la qualité de vie
Un manager bienveillant et respectueux, jouant le rôle de coach
La possibilité d’apprendre et de développer ses talents.

L’importance de la dimension humaine de l’entreprise revient régulièrement. L’engagement sociétal de l’employeur est également abordé, dans quelques études. Le format du CDI est plébiscité, même si des épisodes ultérieurs en freelance sont envisagés aussi. La rémunération est évoquée, parmi les critères prioritaires de choix d’une entreprise, et d’engagement dans le travail.

Un Hackathon, pour explorer les représentations des étudiants sur « l’Employeur idéal »

Pour contribuer à ces débats, le Pôle Léonard de Vinci a organisé, en mars dernier, une semaine pédagogique transversale en mode projet. Les mille étudiants de 2e année des trois écoles du Pôle, Management (EMLV), Ingénieurs (ESILV) et Digital (IIM), étaient organisés en 180 équipes pluridisciplinaires. Âgés en moyenne de 19 à 20 ans, les étudiants avaient une connaissance encore assez succincte de l’entreprise : une opportunité intéressante, pour étudier leurs représentations « naïves » sur le monde professionnel. Les premiers résultats font écho aux études citées*.

Quels mots pour évoquer le Travail et l’Employeur idéal ?

Au démarrage de cette semaine Hackathon, les étudiants ont choisi des termes pour définir ces deux notions.
Le concept de « Travail » est prioritairement associé à la rémunération. « Salaires », « argent », « revenu », « rémunération »… Si l’on regroupe ces termes dans une même classe, celle-ci arrive très largement en tête dans les citations des étudiants.
La vision que ces jeunes étudiants de 20 ans ont du travail semble donc pragmatique et utilitariste. On travaille d’abord pour gagner sa vie.
On peut citer également les autres mots fréquemment cités par les étudiants à propos du concept de Travail : « la responsabilité », « les équipes », « la hiérarchie »… Cette terminologie évoque l’organisation interne des entreprises, et relève davantage d’une description un peu distanciée, plutôt que d’un engagement personnel.
Ensuite, il apparait dans les résultats que « l’Employeur idéal » est incarné, aux yeux des étudiants. C’est le manager et non l’entreprise. Et ce manager-employeur-idéal est caractérisé en premier lieu par ses qualités humaines. Le premier adjectif choisi pour le définir est « à l’écoute ». Suivent de près : « compréhensif », « bienveillant », « respectueux », « empathique ».

Quelles visions de l’Employeur idéal, proposées par les étudiants aux entreprises ?

A la fin de la semaine transversale, en mode showroom, les 180 équipes ont présenté leurs visions de l’Employeur idéal. Beaucoup des projets ont exprimé la perception d’une différence entre le fonctionnement des entreprises et les attentes des jeunes, ainsi que la nécessité de changements importants. Voici quelques-unes des recommandations aux entreprises que font ces étudiants de 20 ans :

Viser l’épanouissement des collaborateurs et les accompagner dans leur développement
Valoriser l’empathie, mettre en place des relations humaines respectueuses
Développer la reconnaissance du travail des collaborateurs, et de leurs soft skills; donner des objectifs clairs et du feed-back régulier
Créer un label ISO, qui certifie que les entreprises respectent des valeurs et pratiques de confiance et de communication avec les salariés
Prendre le temps d’une véritable intégration, où les nouveaux arrivants sont accompagnés par des collègues expérimentés, de façon accueillante et chaleureuse
Favoriser la cohésion et la collaboration entre les générations : parrainage des jeunes par les seniors pour les former et les guider dans l’entreprise, reverse mentoring (par exemple sur les réseaux sociaux), activités de groupe mensuelles mixant les différentes générations
Conseiller les collaborateurs sur leurs choix de parcours, leur laisser la parole sur leur vision de l’entreprise et sur leur environnement de travail
Utiliser la gamification dans le recrutement et dans la formation, rendre le travail plus ludique, motiver ses équipes par le Jeu, créer des activités collectives conviviales sur le lieu de travail (sport, aventure, challenges) et en dehors (week-end d’intégration, afterwork)
Instaurer des horaires flexibles, laisser de la liberté dans l’organisation de son temps
Motiver les collaborateurs par des missions variées pour éviter la routine, créer un « flow » d’expériences et de missions innovantes
Créer un cadre de travail chaleureux, lumineux et verdoyant, où la Nature a sa place, prévoir des lieux de réunion et d’échanges
Stimuler la coopération interservices, mettre en place des semaines-projet collaboratives avec des salariés de différents services
Partager les valeurs de l’entreprise, créer une communauté où la hiérarchie n’est pas un critère. Privilégier l’aide, plutôt que la sanction.

Autant de pistes intéressantes à explorer…

A propos de l’auteur

Laure BERTRAND, Docteur en Ressources Humaines, Directrice Soft Skills et Services Pédagogiques Transversaux Pole Léonard de Vinci (EMLV, ESILV, IIM)

 

 

*Sur les six derniers mois, au moins 5 études ont été publiées : « Millenial Survey 2019 » de Deloitte ; « NewGen for Good : comment la nouvelle génération va transformer l’entreprise », par l’Edhec ; l’étude de Dell sur la Génération Z ; l’enquête de Mazars « Quelles attentes de la GenZ sur l’entreprise de demain ? » ; le « Palmarès 2019 des Entreprises préférées des étudiants et jeunes diplômés », par Harris Interactive.

 

Finance / marketing : la guerre des sexes a toujours lieu

Pousser vers plus de parité dans les grandes écoles de management est essentiel pour tendre vers plus de mixité en entreprise.

Les secrets des championnes de la mixité

Caroline de la Marnierre, DG de l’Institut du Capitalisme Responsable vous donne les clés pour que votre entreprise fasse rimer succès, mixité et performance business.

Kellogg’s : l’égalité femmes – hommes, c’est du concret !

Focus sur la politique diversité de Kellogg’s France avec Aude Pichaud, Directrice Nationales des Ventes et Rachida Saraka, DRH.

JJA : C’est la maison du bonheur !

Suivez les conseils de Catherine Abiteboul, (TBS 93), Secrétaire Générale de JJA, pour performer chez le leader B to B de l’équipement et de la décoration de la maison.

Lallemand met aussi le talent en culture

Delphine Le Compès-Andro, DRH chez Lallemand incite les jeunes talents à découvrir une entreprise où les opportunités métiers sont infinies

Chimie, bio, agro : recherche hommes désespérément

Pourquoi les grandes écoles de chimie, de biologie et d’agronomie affichent-elles la proportion inverse d’élèves filles-garçons ?

[Tuto] : 4 astuces pour une coloc bio réussie

Alliant bien-être et respect de la nature, cohabiter bio renforce le sentiment de communauté,  facilite l’échange et le partage avec vos colocataires. Mais quelles sont les clefs pour cultiver ce nouvel art de vivre ? Suivez notre guide !

Le grand témoin : Dominique Carlac’h Porte-Parole & VP du Medef

Dominique Carlac’h Porte-Parole & VP du Medef revient sans détour sur son parcours, ses engagements de chef d’entreprise et ses combats de femme.

Chez CBo Territoria, c’est « act like a lady, think like a boss »

50 % de femmes et 50 % d’hommes dans les équipes du géant de l’immobilier réunionnais. Trois femmes témoignent.

Kit du futur décideur à l’attention du jeune ingénieur

Face à l’émergence d’un ingénieur qui travaille en mode projet et 100 % collaboratif quels sont les trucs et astuces pour transformer un diplômé de CentraleSupélec en décideur hors pair ?