La diversité est une valeur forte à l’EM Strasbourg : en sensibilisant ses étudiants comme ses personnels à la question du handicap, l’école aspire à devenir une référence dans l’accueil et la prise en charge des personnes handicapées. Rencontre avec Sarah Richard, doctorante et chargée de mission handicap de l’école.

© fotolia

© fotolia

 

Quels types de handicaps l’EM Strasbourg prend-elle en charge ?
Le dispositif handicap s’adapte à tous les handicaps, y compris les problématiques temporaires. Tout étudiant se retrouvant face à une difficulté empêchant la poursuite de ses études dans des conditions normales peut être accompagné. Il s’agit d’une obligation légale, que le handicap soit de nature motrice, sensorielle, psychique ou cognitive.

 

Quels aménagements avez -vous prévu pour accueillir les personnes handicapées ?
Les actions portent à la fois sur l’accessibilité généralisée des locaux, mais également sur l’accessibilité immatérielle (politique de bourses dédiées, concours passerelle handicap) et l’organisation des cursus d’études (aménagements). L’accompagnement dépend de la situation : par exemple, nous avons aménagé le cursus de l’un de nos étudiants, en lui permettant de « remplacer » son année à l’étranger par une année en apprentissage. Nous aménageons également des tiers-temps lors des examens, et nous nous arrangeons pour mettre en place des dispositifs de prise de note en lien avec la mission handicap de l’Université de Strasbourg.

 

Le personnel, les étudiants et les entreprises partenaires de l’EM Strasbourg sont-ils sensibilisés aux problèmes liés au handicap ? Comment ?
L’école sensibilise les étudiants et futurs managers à la question sociale que constitue le handicap,
et ce, par le biais de différents moyens pédagogiques et événements spécifiquement consacrés. Nous intervenons particulièrement lors de la journée de la diversité à l’école, une journée d’information et de débats sur ce sujet (diversité culturelle, sexuelle, ethnique, etc.). L’an dernier, lors des ateliers dédiés au handicap, nous avons travaillé sur les stéréotypes : l’idée était de confronter les étudiants aux préjugés les plus courants en matière de handicap. La sensibilisation fait également partie de la pédagogie, notamment durant les cours de gestion des ressources humaines.
La particularité de l’EM Strasbourg, c’est que le handicap est aussi un sujet de recherche : il y a donc en permanence un apport de connaissances pointues sur la question. Ces connaissances peuvent être réinvesties dans la pédagogie. Les étudiants sont aussi acteurs en matière de sensibilisation, notamment grâce à notre association étudiante, le Bureau de la diversité (BDD). D’ailleurs, ce sont cinq étudiants de l’école qui ont remporté le prix « Toushanscène » de la meilleure initiative 2013, au concours organisé par l’association Tremplin : trois minutes pour mettre en scène en vidéo la politique de l’EM Strasbourg en matière de handicap. L’EM Strasbourg développe également des partenariats en lien avec des entreprises. Une de nos actions phares est la convention de partenariat signée en mai 2013 avec Hewlett Packard France. L’objectif : favoriser l’accès étudiants en situation de handicap. D’un montant de 10 000 €, l’accord, signé pour une durée d’un an et demi, prévoit de nombreuses mesures visant à faciliter le parcours d’études et l’insertion professionnelle de ces étudiants.

 

Avez-vous identifié des axes d’amélioration de votre action ?
Il arrive que l’accompagnement soit déclenché trop tard dans la scolarité. C’est pourquoi nous devons nouer des liens avec l’enseignement secondaire : il s’agit de dispositifs longs à mettre en place. Je souhaiterais également davantage valoriser la place accordée aux étudiants dans la politique handicap de l’école, en renforçant les liens avec le Bureau de la diversité.
La diversité est une valeur forte à l’EM Strasbourg : en sensibilisant ses étudiants comme ses personnels à la question du handicap, l’école aspire à devenir une référence dans l’accueil et la prise en charge des personnes handicapées. Rencontre avec Sarah Richard, doctorante et chargée de mission handicap de l’école.

 

Par Sarah Richard, doctorante et chargée de mission handicap à l’EM Strasbourg Business School