Fort d’un très haut niveau d’expertise en France et en Allemagne et d’un centre de recherche interne dédié AKKA Research , le leader européen d’Ingénierie et de Conseil en Technologies, AKKA est au coeur de l’anticipation future. Rencontre avec Matthieu Balescut (Sciences Po 2001), Secrétaire Général d’un Groupe qui fait rimer passion avec innovation !

 

Matthieu Balescut © AKKA Technologies

Matthieu Balescut © AKKA Technologies

 

AKKA Technologies est le fruit du rapprochement de plusieurs entreprises. Le Groupe, qui a vu le jour le 1er avril 1984 avec Renault comme premier client, s’est construit de manière très maitrisée, avec tout d’abord un renforcement de son marché historique français, avec l’acquisition de Coframi en 2007, Aeroconseil en 2010, puis celle de la société allemande MBtech en 2012. AKKA a construit de solides fondations et dispose d’une vingtaine de centres d’excellence capables d’accompagner le développement des grands comptes qui doivent faire face à la mondialisation de leurs activités dans plus de 20 pays (Europe, Asie, Amérique).

 

AKKA, la Passion des Technologies

Proche du client à l’échelle locale et globale
Les ingénieurs d’AKKA assurent la gestion et l’accompagnement d’une grande partie du cycle de vie du projet, puis du produit de sa conception jusqu’à sa sortie d’usine pour le compte d’acteurs majeurs de la mobilité (automobile, ferroviaire, aéronautique, etc.), mais aussi des secteurs énergie, santé, télécom, spatial et défense. « La société, qui a toujours à sa tête son Président- Fondateur Maurice Ricci et dont la famille détient la majorité des parts du Groupe, s’appuie sur des valeurs très fortes (comme l’ambition, le respect et le courage) en mettant l’homme au coeur du projet d’entreprise, insiste Matthieu Balescut, Secrétaire Général d’AKKA Technologies. Nos 12 000 salariés, leaders d’innovation, participent à cette passion des technologies qui nous rassemble. AKKA a construit son succès sur une stratégie constante et visionnaire basée sur quatre équilibres : clients, géographique, financier et sectoriel. Cette juste répartition est le garant de notre pérennité et notre indépendance car chacun de ces points cardinaux connait des cycles spécifiques et conjoncturels. Enfin l’effet de taille nous permet de répondre à l’ensemble des grands projets globaux et internationaux. » Pour ce faire, le Groupe dispose de 21 centres d’excellence structurés par métier en cohérence avec les activités « core » de ses clients, mais aussi de ses 3 filiales MBtech à Stuttgart (n° 1 de l’ingénierie automobile en Allemagne), Aeroconseil à Toulouse (expert européen en ingénierie aéronautique) et le cabinet de consulting Casciope à Paris.

 

Link & Go : un concept devenu réalité !
Pour favoriser les transferts de synergie d’un secteur à l’autre, développer de nouveaux marchés et apporter des solutions innovantes aux enjeux sociétaux et environnementaux actuels, le Groupe européen d’ingénierie et de conseil en technologie dispose de son propre centre de recherche. Chaque année, plus de 600 ingénieurs, stagiaires et jeunes diplômés d’une trentaine d’écoles partenaires collaborent sur les projets d’AKKA Research dont certains deviennent réalité. C’est le cas de la Link & Go, une plateforme technologique autonome 100 % électrique connectée en WiFi/4G qui, à la différence de la Google Car, peut se conduire en mode autonome ou manuel. « Etre technicien le matin puis généraliste l’après-midi, voilà deux rôles de la fonction protéiforme du Secrétaire Général, précise Matthieu Balescut. C’est un poste d’observation à vision transversale qui s’assure que la vision du Président se décline dans les différentes BU de l’entreprise. Statutairement je suis en charge de la communication, des partenariats, des affaires publiques, de la gestion des risques (humain, informatique) et également de la mise en application de la stratégie. » Après avoir débuté en gestion privée à la banque Rothschild puis en analyse financière chez Dexia, Matthieu Balescut s’est vite rendu compte que la finance n’était pas sa tasse de thé même si ce socle lui est encore utile. « En restant dans les chiffres après khâgne et Sciences Po, je perdais en richesse humaine et politique, ce que j’ai retrouvé dès 2004, au côté du Président du Groupe Dassault, et aujourd’hui au sein du Groupe AKKA Technologies. Finalement, Sciences Po, c’est un sésame qui ouvre des portes à la fin de vos études, mais c’est surtout un esprit de synthèse et des clés de compréhension qui restent durant toute votre carrière ! »

 

B.B.

 

Contact : http://recrutement.akka.eu