Louise Doulliet (Sup’Biotech 2014) et Michel Desportes (Sup’Biotech 2015) co-créateurs d’Aéromate font partie des lauréats de l’appel à projet 2016 Parisculteurs de la Mairie de Paris pour végétaliser la ville. Ces scientifiques préfigurent l’agriculteur urbain du futur. Louise nous dit tout sur cette startup innovante qui cultive déjà 4 400 plantes aromatiques en hydroponie sur des toits-terrasses.

 

Comment est née Aéromate ?                                                       

C’est Michel qui a lancé la société. Habité par l’entrepreneuriat, il a suivi un parcours dédié. Il m’a contactée car nous nous sommes tous les deux sensibles à l’écologie et que nous aimons manger J. Avec Aéromate, nous participons au développement de l’agriculture urbaine, et proposons une offre variée et haut de gamme d’herbes aromatiques fraîches.

Cultiver en ville présente des contraintes, vous les avez prises en compte en faisant appel à la science ?

Nous travaillons en effet tels les ingénieurs biotech que nous sommes ! Nous avons opté pour l’hydroponie qui présente de nombreux atouts pour une culture sur toits plats. C’est un système très léger, moins de 100 kgs/m2, adapté à la portance de ces toits. Dans cette culture hors-sol, la terre est remplacée par un substrat stérile et l’eau est en circuit fermé, donc largement économisée. En outre, nous pouvons nous appuyer sur des systèmes existants et les adapter à notre usage.

Être lauréat de Parisculteurs, une étape clé ?

Cela a été déterminant car nous avons pu tester notre système d’hydroponie et nos cultures in situ. Nous avons remporté 3 toits pour nos cultures, soit 1 200 m2 en tout. Nous proposons déjà une soixantaine de variétés, dont certaines méconnues comme l’herbe à huître (mertensia). L’un des toits appartient à la RATP qui a financé une partie de nos investissements. Nous vendons nos cultures en BtoC et en BtoB, via la Ruche qui dit oui, le Comptoir local, à des Chefs, aux salariés de la RATP…

Vous avez été incubés au sein de IONIS361, l’incubateur de votre école ?

Cela nous a permis d’avancer dans la constitution de la société début 2017. Nous avons établi la preuve de concept grâce à nos tests et finalisé notre business model. Nous allons maintenant rejoindre l’incubateur Paris&Co.

Pouvez-vous cultiver toute l’année ?

C’est tout l’enjeu pour assurer la pérennité d’Aéromate. Avec notre premier toit, nous avons produit 2 tonnes d’herbes aromatiques, nos cultures d’été. Cet hiver nous testons des choux, du cresson, des capucines, du pourpier d’hiver.

Entreprendre, une aventure collective ?

Entreprendre n’est pas un acte individuel en ce qui me concerne. Je m’entends très bien avec Michel et avec notre 3e associé, Théo Manesse. Diplômé d’AgroParisTech, c’est un spécialiste d’agriculture urbaine. L’entente entre associés est déterminante pour réussir. Nous nous entraidons pour avancer. Ce qui importe le plus à mes yeux, c’est de faire quelque chose qui a du sens, l’agriculture, liée à des dimensions essentielles de la vie : l’alimentation et l’écologie.

De jeunes pousses végétalisent Paris : Aéromate fait partie des 32 lauréats de l’appel à projet 2016 de la Mairie de Paris, Parisculteurs, retenus parmi 144 candidats. La Ville entend végétaliser 100 hectares de bâti d’ici à 2020. La saison 2 du concours propose 43 nouveaux sites à végétaliser. Le projet est soutenu par 33 entreprises, acteurs publics et parapublics propriétaires parisiens. Des copropriétés sont associées à la démarche dès la saison 2. Toits, façades et murs se parent de vert.

 

Hackez le futur avec la prospective

Technologies, économie, conflits… Pour contrer les incertitudes, dans un monde en constant mouvement, une seule solution : la prospective

IMT Atlantique fait une belle percée dans les classements

Nouvelle née parmi les écoles d’ingénieurs, IMT Atlantique est très engagée dans la promotion de son nouveau positionnement et de sa marque. Les classements sont un outil parfait pour cela comme en témoigne Anne Beauval, sa directrice déléguée....

Métropolisation de l’emploi : les métropoles concentrent près de la moitié des offres d’emploi

Alors que la question de l’égalité des territoires est au centre de tous les débats, la société HelloWork (ex-groupe RegionsJob), l’acteur de référence sur le marché de l’emploi, du recrutement et de la formation sur Internet en France publie une étude sur le phénomène de métropolisation de l’emploi dans l’hexagone.

L’EDHEC porte une attention particulière aux classements à tous les sens du terme

Michelle Sisto, directrice du PGE et des MSc, lève le voile sur les secrets de la performance de l’EDHEC dans les classements

[philo] Rencontre avec Jean Staune La révolution du management a déjà commencé…

Cinq fois diplômé au plus haut niveau, de la physique quantique au management des entreprises, jusqu’à Science Po section Economique …

Les classements, reflet d’une stratégie gagnante pour SKEMA

Indicateurs de réussite et surtout vecteurs incomparables de visibilité et de notoriété à l’international, les classements sont appréhendés comme des outils chez SKEMA Business School. Pas de stratégie dédiée, mais une attention appuyée portée aux critères et aux...

Top managers : les secrets pour faire de votre entreprise une entreprise centenaire

L’espérance moyenne d’une entreprise dans le monde est de 12 ans. Comment passer le cap de l’adolescence et transformer votre entreprise en centenaire fringante ? Suivez les conseils de Richard Soparnot, Directeur académique de l’ESC Clermont.

INSEEC U. : Résultats de l’enquête ‘Les étudiants et leurs attentes à l’égard de l’enseignement supérieur’

INSEEC U., en collaboration avec Harris Interactive, révèle les résultats de son enquête : « Réussir dans un monde en transition. Les étudiants et leurs attentes à l’égard de l’enseignement supérieur. ». Celle-ci met l’accent sur la conception de la réussite par les étudiants, leurs attentes vis-à-vis de la formation et leur regard sur le monde du travail.

Comment les entreprises tentent-elles de séduire les développeurs ?

La start-up montpelliéraine CodinGame publie officiellement son rapport annuel sur le métier de développeur après avoir interrogé 9 000 passionnés du code dans 120 pays différents. Pour la deuxième année consécutive, l’entreprise dresse le portrait de sa communauté de développeurs, leurs habitudes et les particularités de leur profession. Focus sur les résultats de la plus grande étude au monde qui met en lumière les techniques que les entreprises françaises utilisent pour séduire des développeurs.

Qui sont les dirigeants du CAC 40 ?

Qui sont les dirigeants du CAC 40 ? S’il ne peut y avoir de « portrait-robot » du leader made in France tant la personnalité des top dirigeants qui managent nos fleurons nationaux sont diverses, les points communs de leur réussite sont nombreux. Panorama avec Léon Laulusa, DGA d’ESCP Europe et spécialiste de la question du leadership.